Face aux révolutions économique, numérique, écologique, en partie liées à la crise sanitaire, la transformation des métiers est en marche ! Au cœur de cette mutation : le Directeur Administratif et Financier (DAF), meilleur allié d’une stratégie d’entreprise durable. Fiche métier.

 

« Souvent perçu comme un métier peu glamour, les étudiants qui préféraient devenir traders dans les banques d’investissements se tournent de plus en plus vers les directions financières », se réjouit Philippe Thomas, professeur de finance à ESCP Business School. Un métier dont l’évolution séduit les jeunes générations.

De gestionnaire à visionnaire

Autrefois gestionnaire, le Directeur Administratif et Financier s’impose désormais en véritable visionnaire, détecteur d’opportunités. 55 % des DAF jouent en effet un rôle de business partner d’après une étude de PwC. « Le DAF est de moins en moins A et de plus en plus F ! Historiquement fonction support, c’est aujourd’hui une fonction déterminante dans l’élaboration de la stratégie d’entreprise. Membre du COMEX, il gère une ressource-clé : la finance », a constaté Philippe Thomas. Fini le cliché du comptable au fond du couloir !

Directeur Administratif et Financier 4.0

La cause de cette évolution ? Le digital. Grâce aux nouveaux outils numériques, le DAF robotise une partie de ses processus et peut ainsi s’ouvrir à d’autres missions. « Les tâches basiques administratives réalisées en backoffice sont numérisées pour laisser place à des opérations financières plus importantes », confirme le professeur. Pas moins de 45 % des responsables financiers investiront dans l’analyse de données dans le cadre de leur programme de numérisation en 2020 selon Robert Half.

>>> (Re)lire : L’IA, le nouveau booster du Directeur Administratif et Financier

Un « couteau suisse »

Une numérisation qui nécessite de nouvelles compétences techniques. La gestion du big data sera cruciale dans les cinq prochaines années. D’après Philippe Thomas, c’est aussi l’occasion pour les directeurs financiers de renforcer d’autres compétences, plus relationnelles et managériales. « Savoir communiquer en interne et en externe et être capable de lancer des alertes est essentiel. »

La RSE, c’est aussi une affaire de DAF

Aussi essentiel que la RSE. Agir pour conjuguer finance et gestion d’entreprise avec développement durable est aussi une des nouvelles missions du DAF version 2020. « Le DAF ne peut plus seulement prendre en compte les enjeux financiers. Il doit intégrer les enjeux environnementaux et sociétaux car il est en prise direct avec le marché. La demande des investisseurs est croissante sur ces sujets-là. » Ce garant de la performance de l’entreprise devient de fait un gatekeeper du rating social et environnemental.

Une féminisation du métier

Autre évolution : la féminisation du métier. « La finance est souvent perçue comme un monde d’hommes. Mais je suis ravi de voir que les femmes arrivent de plus en plus dans les directions financières. Ce phénomène est croissant et c’est tant mieux ! Elles n’ont pas de raisons de ne pas y être sous couvert de certains clichés », combat le professeur d’ESCP Business School. Avis partagé par Christine Lagarde, pour qui « la féminisation de la finance n’est pas une option, c’est une nécessité ! » 42 % des personnes interrogées par PwC pour son étude 2020 sur la place des femmes dans le secteur financier pensent d’ailleurs que sa féminisation augmentera le bénéfice de l’entreprise.

Le Directeur Administratif et Financier aux premières loges en temps de crise

Si le DAF s’est transformé, la crise sanitaire du Covid-19 a rappelé un des fondamentaux de la fonction : la gestion du risque. « Pendant la crise, ils ont joué les pompiers. Ils ont dû éteindre les feux et sauver des situations. Ils doivent continuer de rappeler au reste de l’entreprise qu’ils vivent avec des risques et qu’il faut s’y préparer, même quand tout semble aller pour le mieux. »