Nicolas Minvielle est professeur à Audencia Business School et Directeur du Mastère Spécialisé® Marketing, Design et Création. Il nous explique ce qu’est le design et comment les entreprises l’utilisent. L’occasion de tordre le coup à beaucoup d’idées reçues…

 

Le mot « design » est utilisé à tort et à travers, et semble souvent réduit à un simple aspect esthétique. Peut-on le définir précisément ?

Le design, c’est une stratégie de conception centrée usager. Il s’agit d’observer avec empathie l’utilisateur, et de développer son produit ou service en fonction de ses besoins réels. L’aspect esthétique en fait partie, mais on confond trop souvent le design avec l’art, sous prétexte qu’il y a une dimension graphique. Le designer fait le lien entre les différentes dimensions d’un produit ou d’un service : l’usage, le packaging, le marketing, le contrôle de gestion, l’opérationnel. C’est la seule fonction réellement transversale dans l’entreprise.

Les entreprises se sont-elles emparées du design à un moment bien précis, ou n’est-ce finalement qu’un mot devenu tendance pour désigner une pratique historique ?

En effet, le design n’est pas nouveau ! Nos chaises ont toujours été dessinées par quelqu’un !  Mais le buzz n’existe que depuis 5 ans environ, grâce notamment à l’essor du design thinking, vulgarisé dans le monde entier par l’agence américaine IDEO. C’est une méthodologie qui consiste à appliquer quelques outils du designer au service du manager, mais sans la dimension esthétique qui reste spécifique au design. Le souci, c’est qu’à force de simplifier pour démocratiser, le concept a été mal appréhendé et a généré un amalgame entre le design et le design thinking. Beaucoup pensent à tort qu’avec un cours de 3h à grand renfort de post-its, on peut faire du design. Il faut garder à l’esprit que c’est, au contraire, une démarche à long-terme et difficile. On ne parle pas d’un atelier créatif ni de buzz.

Est-ce que le design est l’apanage des grandes marques ?

Non, c’est tendance, mais finalement très banal et très répandu, de la startup à la grande multinationale ! Aëdle, par exemple, une toute jeune entreprise fondée par deux diplômés d’Audencia, a conçu un casque audio de luxe, alliant des qualités techniques très performantes et des matériaux haut de gamme. Leur succès commercial est largement dû à l’aspect esthétique du produit, grâce à la rencontre avec Eugeni Quitllet, le designer de Philippe Starck. Dès qu’une marque fait du co-branding avec un designer connu, l’effet sur les ventes est garanti.

Justement, qu’est-ce qui caractérise les collaborations entre les designers et les marques ?

C’est principalement une question de communication, car il est très rare qu’une star du design ait vraiment une proposition innovante importante en termes d’usage. La plupart du temps, c’est un travail purement esthétique. A contrario, on peut citer Nest, qui a créé un thermostat avec une proposition de valeur extrêmement simple : il suffit de tourner le seul bouton pour régler la température. Les designers ont mis un an à dessiner la vis du produit, pour qu’elle puisse s’adapter de façon universelle à tous les murs. C’est une vraie démarche design, où l’on est centré « usager » et simplicité fonctionnelle avant tout.

Quelles sont les nouvelles préoccupations du designer ?

Au départ, c’était un travail sur le produit, puis le service. Le design s’est ensuite penché sur l’expérience client et l’interface utilisateur. C’est la partie « modèle économique » que l’on voit maintenant émerger, ainsi que le « design fiction », qui fait d’ailleurs l’objet de mon dernier ouvrage, Jouer avec les futurs. L’idée, c’est que les designers peuvent aider à maquetter le futur. Par exemple, nous avions conçu un faux journal lors du dernier salon de l’agriculture, qui présentait le futur de l’agroalimentaire dans les années 2040. Ce sont des réflexions prospectives, et c’est passionnant de contribuer à créer le monde de demain !

 

ESTP ou les 4 valeurs de la construction durable

Quatre mots pour résumer l’école d’ingénieurs experte de la construction durable ? Défi relevé par sa directrice générale Florence Darmon dans son Interview Initiales

« Rennes School of Business : la plus multiculturelle des business schools françaises »

Vis ma vie de DG. Thomas Froehlicher partage « son Rennes School of Business » et nous raconte son histoire avec la plus internationale des business schools françaises

« Mon secret de Dean ? Ne pas céder à la pression de l’instant »

Herbert Castéran DG de l’EM Strasbourg se livre sur son rôle de manager de la business school, sa passion de la transmission et son engagement pour les talents de demain

Mon dej avec le boss – Elian Pilvin, directeur général d’EM Normandie

Quelques semaines après sa nomination le 01/02/2020, Elian PIlvin, DG de l’EM Normandie répond sans langue de bois aux questions posées par 3 élèves de l’école lors d’un déjeuner

Audencia, le révélateur de votre talent

Vous tâtonnez encore dans le paysage florissant des business schools françaises ? Christophe Germain vous dit pourquoi cette école est faite pour vous !

« Impossible de faire correctement mon métier de directrice du CELSA si j’arrête la recherche ! »

A la tête du CELSA Sorbonne Université depuis 5 ans, Karine Berthelot – Guiet se livre sur son rôle et son engagement de directrice pour cette école intégrée à Sorbonne Université

« Les liens entre MINES ParisTech et sa communauté sont indéfectibles ! »

Vincent Laflèche, directeur de MINES ParisTech nous raconte son histoire avec l’école d’ingénieurs qu’il a arpenté en tant qu’élève et qu’il dirige depuis 2016

Mon petit-dej’ avec le boss – Jean-Philippe Ammeux, directeur de l’IÉSEG

Jean-Philippe Ammeux, directeur de l’IÉSEG répond aux questions posées par deux étudiants de la business school à l’occasion d’un déjeuner sur le campus parisien

INSA Lyon : l’Interview Initiales

5 mots pour résumer la 1e école d’ingénieurs post-bac en France. C’est le défi relevé par Frédéric Fotiadu nouveau directeur de l’INSA Lyon dans son Interview Initiales

ENS, « notre responsabilité c’est être capable de chercher les meilleurs talents partout »

Partenariat de rêve, moyens illimités, clés du ministère de l’Enseignement supérieur : l’interview 100 % prospective de Marc Mézard, directeur de l’ENS