Le programme Audencia SciencesCom intègre un nouvel enseignement, la communication bienveillante. S’appuyant sur la démarche de Communication Non Violente (CNV) développée par Marshall Rosenberg, ce cours apporte une approche différente dans sa communication à autrui, écoute – bienveillance – empathie. Claire Burlat, professeure de communication à Audencia SciencesCom qui a été formée à CNV par Maylis Boye et Malika Elkord, propose un dispositif pédagogique centré sur l’expérience.

 

Être dans une posture de CNV consiste à reconnaitre les états de ses interlocuteurs dans un échange, c’est-à-dire reconnaitre ce qui relève du jugement, des sentiments, du besoin, de la demande ou de l’exigence. Selon l’état relevé, la CNV permet d’adapter son discours face à ses interlocuteurs.  Cette approche est essentielle dans une posture de leadership mais pas seulement : elle se révèle utile pour toute expérience professionnelle et dans la vie privée.

Dans le cours de Claire Burlat, les étudiants sont rapidement placés en situation après quelques notions théoriques. La dernière séance, d’une durée de 2h, place une quarantaine d’étudiants dans différentes situations pédagogiques. On privilégiera un lieu spacieux, lumineux et modulable, pour s’adapter à différentes expériences d’apprentissage actif pour du collectif, des petits groupes, des temps individuels. La gestuelle mise en œuvre est tantôt collective, tantôt individuelle.

L’un des exercices proposé est un jeu de rôle : il s’agit de simuler une situation conflictuelle et de trouver un compromis en utilisant les techniques de la CNV.

La première étape consiste à vérifier la compréhension des étudiants sur les différents états caractérisés en CNV. Un quiz interactif papier permet à chacun de donner son avis lors de simulations animées par le professeur et un étudiant volontaire. Claire a ainsi un moyen rapide et direct de vérifier la compréhension de l’ensemble des étudiants avant de les laisser s’exercer en autonomie en petits groupes de 4.

Dans chaque groupe, deux étudiants jouent une scène de 5 minutes environ tandis que les deux autres observent, analysent et proposent un feedback. Afin de structurer et soutenir l’activité, Claire expérimente l’utilisation de la vidéo pour analyser et débriefer la situation. Chaque équipe dispose d’une tablette pour filmer la scène en utilisant l’application Vyfe.

Cette application offre la possibilité de tagguer ou caractériser les différentes séquences d’une scène filmée en temps réel.

 

A partir d’une grille reprenant les états identifiés en CNV (jugement, observation, sentiment, besoin, demande, exigence), deux observateurs qualifient le comportement et le dialogue utilisé par celle ou celui qui s’exerce à communiquer de manière non violente. L’exercice sollicite ainsi l’ensemble du groupe et permet d’engager davantage les observateurs en les rendant actifs et plus attentifs lors de l’exercice.

Dans les faits, l’application Vyfe devrait apporter une plus-value pédagogique pour le débriefing en offrant un feedback plus pertinent et constructif. La scénette filmée pouvant être visionnée plusieurs fois, le débriefing s’inscrit dans une démarche de peer learning. Cependant, selon les groupes, il peut être nécessaire d’apporter plus de cadre et un soutien plus important au debriefing.

Les étudiants ont été séduits par le côté ludique et interactif de cet outil vidéo. Cependant, la dimension technique peut parfois nuire à la spontanéité des échanges. Ce que les étudiants ont principalement retenu de l’exercice reste la démarche de la CNV en elle-même qui nécessite un changement de posture.

Claire note l’intérêt de l’application Vyfe pour d’autres cours comme le cours de technique d’expression ou le cours sur la rhétorique mais avec d’autres usages impliquant une exploitation plus fine des vidéos produites. Par exemple, il peut être intéressant de travailler sur des vidéos existantes afin que les étudiants proposent leur propre grille d’analyse, la partage avec d’autres pour l’appliquer ensuite à une situation filmée.

 

[Analyse GEM] Big Data : créer de la valeur en transformant des masses de données en information

L’une des clés pour que le big data soit source de croissance est de comprendre ce que représentent réellement ces données

[Expert ILV] Je n’ai rien à cacher et tout à partager

Vos données, récoltées dans de gigantesques entrepôts, traités par des algorithmes, permettent de cerner votre personnalité.

[Expert] La transformation de l’enseignement supérieur est phygitale

Pour continuer à être pertinents pour la société et pour les étudiants, tous les établissements d’enseignement doivent transformer leur modèle

[DANS MON COURS] Les étudiants s’engagent pour l’économie sociale et solidaire

les étudiants de l’EMD conseillent gratuitement des structures à finalité sociale : réinsertion professionnelle, accompagnement dans l’entreprenariat…

[Expert Digital School of Paris] L’écosystème de la data en plein Big Bang

Avec une prévision à 137 000 emplois dès 2020, le marché de la Data séduit les entreprises par des gains de productivité, rentabilité, efficacité avérés.

Cybersécurité et confidentialité des données : entrer dans une logique de confiance mutuelle « win-win »

La confidentialité des données personnelles est une préoccupation publique majeure notamment parce que ses violations peuvent avoir de graves conséquences.

[Expert] Web, Réseaux sociaux, applications : la première des cybermenaces c’est vous !

L’usager pense usuellement que les cybermenaces sont exogènes, oubliant qu’il est bien souvent à l’origine de ses déconvenues dans le cyberespace

[DANS MON COURS A EMLYON] Pass LAB, le cours qui transforme l’expérience internationale en compétences interculturelles

Selon une étude de l’IFOP la capacité d’adaptation est l’un « soft skills » les plus demandés par les entreprises

[DMC] Dans mon cours, l’application en tant que pédagogie à part entière

Responsable de la formation professionnelle au sein de TSM, j’ai à cœur de former de manière opérationnelle et réaliste nos étudiants.

Le boom des collaborations dans le luxe

Selon une étude Deloitte, les Millenials et la génération Z représenteront plus de 40 % du marché global des produits de luxe d’ici 2025, contre 30 % en 2016