En rythmant la formation pour alterner acquisition de connaissances et assimilation de ces dernières, je m’efforce de créer les conditions idéales pour que chacun puisse développer sa propre « expertise ». Inviter chacune et chacun à se dépasser en utilisant tous les leviers possibles, voilà ma conception de mon rôle.

L’auteur est  Jennifer Dahan, Responsable de la filière Expert UX/UI Design, www.digitalschool.paris

 

Rythmer l’enseignement, quand la forme est essentielle pour valoriser le contenu 

Rendre les cours plus attrayants sans altérer pour autant l’objectif initial de tout enseignement : garantir l’acquisition de connaissances et de compétences. C’est une question récurrente pour tous les enseignants et les intervenants, et ce n’est pas toujours facile. Pour ma part, mes semaines de formation sont toujours scindées en deux grandes parties. Les 3 premiers jours sont consacrés aux cours proprement dits, avec des journées alternant enseignement théorique et travaux pratiques.  Les deux dernières journées   permettent une mise en situation à travers un grand TP.  Attention, même pour les premiers cours, je montre aux étudiants des vidéos sur Internet, je leur dévoile les travaux d’experts reconnus dans leur spécialité… Cela constitue des exemples concrets, amusants, distrayant, une sorte de pause pendant un enseignement, et cela m’assure d’attirer à nouveau l’attention de celles et ceux, qui auraient pu se déconcentrer. Au-delà de ces 3 premiers jours, ce sont les étudiants, qui prennent la relève.

Des travaux pratiques pensés pour tous les profils et imaginés pour susciter curiosité et intérêt

Les travaux pratiques doivent permettre à mes étudiants de se révéler, en démontrant l’acquisition des connaissances et des compétences. Mais j’estime que c’est à moi de m’adapter à des classes très hétérogènes, que ce soit en ce qui concerne les origines, les niveaux ou même les ambitions de chacun. C’est pourquoi, je m’adapte à cette diversité, en proposant toujours 3 sujets. L’un de ceux-ci sera plus axé communication et marketing, alors qu’un second fera la part belle au design. Un troisième sujet doit permettre aux étudiants, qui se sentent mal à l’aise, de réussir.  En revanche, ce sujet que l’on peut qualifier de « bateau » même si je préfère le terme de généraliste permet d’appréhender toutes les compétences et les savoir-faire du chef de projet. Il s’agit bien, dans tous les cas, de partir d’un projet et de le conduire jusqu’à la restitution finale.

Il faut considérer les travaux pratiques comme une voie devant permettre l’apprentissage des étudiants. C’est pourquoi, je m’inspire toujours de concepts ou de technologiques modernes et innovantes. Cela représente un TP adapté mais aussi un moyen efficace d’amener tous les étudiants à s’intéresser à l’actualité au sens large du terme. Créer un logo, imaginer la création d’un jeu typographique, la conception d’une affiche, d’un menu ou encore travailler le minimalisme pour ne sortir que l’idée essentielle… voilà des exemples concrets des travaux demandés lors de ces séances.

Plonger les étudiants dans la réalité du quotidien, un apprentissage par la pratique avec les TP

Bien évidemment, ces travaux pratiques permettent d’aborder tout le travail, effectué durant la semaine et de mettre en pratique les enseignements. Il s’agit bien de les confronter à la réalité du terrain, en les amenant à visualiser ces apprentissages sur des supports concrets. Lors des TP, l’heure n’est plus à la conceptualisation.  C’est pourquoi, dès la distribution des sujets, je les avertis d’une deadline très serrée, puisqu’ils n’ont que 48 heures pour restituer leur travail. Une pression supplémentaire, qui sera une véritable motivation pour certains et un frein ou un obstacle pour d’autres. Il faut aussi apprendre à se surpasser et à travailler dans l’urgence.

Un travail sous pression, un TP nécessitant d’aborder toutes les thématiques du cours et une présentation devant leurs camarades, voilà ce à quoi sont confrontés les étudiants et étudiantes. C’est de cette manière, que les apprentissages plus théoriques sont durablement assimilés par les étudiants, et les échanges, qui découlent de la présentation de chaque TP, permettent de répondre à bien des questionnements, que nous n’aurions probablement pas abordés sans ces exercices pratiques.

 

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

Le management de la culture, ça se cultive !

Alors que la crise du Covid-19 a mis un coup d’arrêt brutal à la vie culturelle mondiale, l’industrie française de la culture et de l’évènementiel a plus que jamais besoin de managers ultra spécialisés pour revenir en force. Mais comment les diplômés des business schools peuvent-ils truster les pages Culture ?