Jérôme Bancarel en est un exemple. Directeur du groupe Inflammation et Immunologie chez Pfizer, ce diplômé en pharmacie de l’université Paris XI 2001, vit une expérience entrepreneuriale passionnante au service du développement de médicaments innovants et de solutions de prescription.

 

Quelles valeurs caractérisent la vie au sein de Pfizer ?

Une valeur essentielle, la responsabilisation, qui est le pilier de notre culture d’entreprise OwnIt ! : cela consiste à prendre en main son job et le business, en considérant le succès de la société comme le sien. Dans le même état d’esprit, Pfizer a instauré le Straight Talk, qui est la possibilité de challenger sa hiérarchie sur des idées. Par exemple, le Comité de Direction se déplace plusieurs fois par an en région et organise une session de Straight Talk avec des collaborateurs de terrain. C’est une opportunité d’échanges sans intermédiaire et sans filtre avec le Comité de Direction et tous les sujets peuvent être abordés.

Autre valeur essentielle : notre engagement « patient first ». Pfizer n’est pas qu’un fournisseur de médicaments, le patient est au centre de nos actions, nous réfléchissons à l’impact positif des médicaments que nous développons et sommes engagés auprès de plus de quarante associations de patients.

 

En 16 ans dans l’industrie pharmaceutique, vous avez parcouru le monde…

Cela m’a fait grandir en maturité professionnelle, en expérience. Plus on est exposé à des cultures différentes, plus cela facilite la manière de recevoir, de comprendre des informations, de communiquer.

Quels aspects de votre fonction vous passionnent le plus ?

Je dirige la BU Inflammation et Immunologie qui traite de maladies inflammatoires chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde. J’anime une équipe d’une soixantaine de personnes et ce qui me passionne, ce sont les gens, leurs motivations. J’apprécie beaucoup de pouvoir opérer tel un chef d’entreprise. Chaque directeur de BU est patron de son activité, décide des investissements en collaboration avec les autres, gère la stratégie marketing, les aspects de coordination lors du lancement de nouveaux produits. J’ai également un rôle de représentation par rapport au Comité de Direction, de représentation de la France au niveau international pour l’intégralité du groupe.

Vous considérez-vous comme un performeur, un opérationnel, un ambassadeur, un entrepreneur ?

Les 4, avec un focus sur le performeur. Pfizer a développé une culture du succès. Cela implique de favoriser les échanges et la transversalité entre nos métiers pour plus d’innovation et d’efficience.

 

Quelles compétences essentielles pour piloter et développer votre activité ?

Une solide expérience financière. J’ai appris au fil de l’eau comment on gère un P&L. L’aspect leadership est extrêmement important, l’honnêteté, la prise de risque contrôlé avec le process « dare to try » qui donne la chance à une idée même si elle peut sembler  un peu folle. Ce qui nous pousse dans l’industrie pharmaceutique, c’est l’innovation, je suis leader pour tous les aspects digitaux, un domaine qui ouvre énormément de possibilités. Sans oublier l’orientation client, le client étant le médecin et le patient.

 

Un conseil aux jeunes qui veulent œuvrer pour un monde en meilleure santé ?

-Passer son doctorat le plus tôt possible.
-S’ouvrir aux autres, partir à l’étranger, oser, prendre des risques, il n’y a rien de plus enrichissant
-Toujours croire que c’est possible
-Ne pas oublier que c’est un univers compétitif

Chiffres clés : 97 000 personnes dans le monde dont 1 160 en France / Chiffre d’affaires 2016 : 52,8 mds $

 

 

PRENEZ CONTACT AVEC JEROME BANCAREL

11 + 2 =

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement

[#PopTaCulture] Les Enfants loups, Ame et Yuki

Sarah Bousnina, responsable cinéma du Bureau des Arts d’ICN Business School, nous partage sa passion pour les animés et nous présente l’un de ses préférés : Les Enfants loups, Ame et Yuki.

[Sup vs Covid] Communication de crise mode d’emploi

Basculer en 100 % distanciel en moins de deux semaines : les grandes écoles et universités ont relevé le défi que le confinement leur a imposé ! Un défi pédagogique et technique qui n’aurait pas pu être tenu sans une communication de crise ultra efficace....

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.