Parce que la science est essentielle à l’innovation durable dans le domaine de la beauté, L’Oréal a toujours fait le choix d’une recherche forte. Laurent Gilbert (ENS Saint-Cloud 85), Directeur de l’Innovation durable, invite les profils scientifiques à rejoindre le leader du groupe cosmétique pour inventer son futur et continuer l’aventure !

 

Sur quels piliers repose le succès de L’Oréal ?

L’entreprise a été fondée en 1909 par un chimiste. C’est un groupe qui est éminemment ancré dans la recherche afin de proposer le meilleur de la beauté dans le monde entier. Avec plus d’une trentaine de disciplines scientifiques différentes, notre recherche touche à de multiples aspects qui vont de la création d’ingrédients ou d’actifs de performance, à la formulation, à l’évaluation de la sécurité de ces produits, à la compréhension de la biologie de la peau ou des cheveux. Cette expertise scientifique, mal connue des étudiants, est partagée par notre excellence opérationnelle (L’Oréal fabrique la majeure partie des produits qu’il vend), logistique et marketing. C’est l’ensemble qui fait le succès du groupe. L’Oréal est leader dans son domaine, mais agit comme un challenger ! Innover sans cesse, tel est notre credo pour offrir des produits nouveaux et meilleurs, à très haut niveau de performance.

L’innovation durable, cela veut dire quoi ?

Derrière ce titre, qui a peu d’équivalents ailleurs, on trouve plusieurs éléments clés. Le premier jalon durable, L’Oréal l’a posé dès 1995, en créant un laboratoire de recherche environnementale. Son rôle ? Evaluer l’impact de nos produits et de leurs ingrédients grâce à des méthodes automatisées pour mesurer leur biodégradabilité. Aujourd’hui le groupe a développé un portefeuille basé sur des ressources d’origine végétale et utilise plus de 59 % de matières premières renouvelables. La recherche est un acteur clé du programme RSE du groupe en améliorant le profil environnemental et social des formules avec une priorité à la lutte contre le changement climatique, à l’eau et au respect de la biodiversité.

Comment les jeunes recrues peuvent-ils porter l’innovation durable ?

Sur ce sujet très important pour les Millennials, le groupe est très ouvert à leur force de propositions. A l’image de la quarantaine de jeunes collaborateurs L’Oréal qui participent chaque année au One Young World Summit pour construire un monde plus responsable, on leur demande d’être des entrepreneurs, de prendre des initiatives et des risques. D’initier des projets innovants pour les porter au plus haut niveau.

En quoi beauté et diversité sont liées dans la tribu « #WeAreLoreal » ?

La beauté pour tous dans leur infinie diversité : telle est la mission du groupe ! En interne, je retrouve cette diversité des interactions avec mes collègues issus d’AgroParisTech, d’écoles d’ingénieurs ou d’universités, mais aussi auprès des laboratoires ou des ONG sociales et environnementales partenaires. C’est passionnant de faire travailler ensemble ces gens qui ont des approches différentes sur des projets qui peuvent ainsi s’inscrire dans la durée.

L’aspect le plus exaltant de votre métier ?

Réussir à réconcilier performance produit et performances économique, environnementale et sociale. Ce n’est pas facile, mais c’est possible dans un groupe qui a conscience de sa responsabilité !

Quand on évoque l’ENS Saint-Cloud, à quoi pensez-vous immédiatement ?

A la diversité des formations, à l’ouverture des cultures et des approches. Je pense également à cette vision 360 des sciences physiques et chimiques que j’ai développée auprès de mathématiciens, d’historiens et de géographes. C’est ce type d’environnement que j’ai retrouvé avec bonheur chez L’Oréal. Une dynamique qui s’inscrit dans notre programme d’engagements de développement durable pour transformer concrètement la manière de concevoir nos nouveaux produits.

 

CONTACT  https://careers.loreal.com/global/fr

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.