Parce que la science est essentielle à l’innovation durable dans le domaine de la beauté, L’Oréal a toujours fait le choix d’une recherche forte. Laurent Gilbert (ENS Saint-Cloud 85), Directeur de l’Innovation durable, invite les profils scientifiques à rejoindre le leader du groupe cosmétique pour inventer son futur et continuer l’aventure !

 

Sur quels piliers repose le succès de L’Oréal ?

L’entreprise a été fondée en 1909 par un chimiste. C’est un groupe qui est éminemment ancré dans la recherche afin de proposer le meilleur de la beauté dans le monde entier. Avec plus d’une trentaine de disciplines scientifiques différentes, notre recherche touche à de multiples aspects qui vont de la création d’ingrédients ou d’actifs de performance, à la formulation, à l’évaluation de la sécurité de ces produits, à la compréhension de la biologie de la peau ou des cheveux. Cette expertise scientifique, mal connue des étudiants, est partagée par notre excellence opérationnelle (L’Oréal fabrique la majeure partie des produits qu’il vend), logistique et marketing. C’est l’ensemble qui fait le succès du groupe. L’Oréal est leader dans son domaine, mais agit comme un challenger ! Innover sans cesse, tel est notre credo pour offrir des produits nouveaux et meilleurs, à très haut niveau de performance.

L’innovation durable, cela veut dire quoi ?

Derrière ce titre, qui a peu d’équivalents ailleurs, on trouve plusieurs éléments clés. Le premier jalon durable, L’Oréal l’a posé dès 1995, en créant un laboratoire de recherche environnementale. Son rôle ? Evaluer l’impact de nos produits et de leurs ingrédients grâce à des méthodes automatisées pour mesurer leur biodégradabilité. Aujourd’hui le groupe a développé un portefeuille basé sur des ressources d’origine végétale et utilise plus de 59 % de matières premières renouvelables. La recherche est un acteur clé du programme RSE du groupe en améliorant le profil environnemental et social des formules avec une priorité à la lutte contre le changement climatique, à l’eau et au respect de la biodiversité.

Comment les jeunes recrues peuvent-ils porter l’innovation durable ?

Sur ce sujet très important pour les Millennials, le groupe est très ouvert à leur force de propositions. A l’image de la quarantaine de jeunes collaborateurs L’Oréal qui participent chaque année au One Young World Summit pour construire un monde plus responsable, on leur demande d’être des entrepreneurs, de prendre des initiatives et des risques. D’initier des projets innovants pour les porter au plus haut niveau.

En quoi beauté et diversité sont liées dans la tribu « #WeAreLoreal » ?

La beauté pour tous dans leur infinie diversité : telle est la mission du groupe ! En interne, je retrouve cette diversité des interactions avec mes collègues issus d’AgroParisTech, d’écoles d’ingénieurs ou d’universités, mais aussi auprès des laboratoires ou des ONG sociales et environnementales partenaires. C’est passionnant de faire travailler ensemble ces gens qui ont des approches différentes sur des projets qui peuvent ainsi s’inscrire dans la durée.

L’aspect le plus exaltant de votre métier ?

Réussir à réconcilier performance produit et performances économique, environnementale et sociale. Ce n’est pas facile, mais c’est possible dans un groupe qui a conscience de sa responsabilité !

Quand on évoque l’ENS Saint-Cloud, à quoi pensez-vous immédiatement ?

A la diversité des formations, à l’ouverture des cultures et des approches. Je pense également à cette vision 360 des sciences physiques et chimiques que j’ai développée auprès de mathématiciens, d’historiens et de géographes. C’est ce type d’environnement que j’ai retrouvé avec bonheur chez L’Oréal. Une dynamique qui s’inscrit dans notre programme d’engagements de développement durable pour transformer concrètement la manière de concevoir nos nouveaux produits.

 

CONTACT  https://careers.loreal.com/global/fr

 

Faites la paix économique, pas la guerre !

La paix économique : autre regard sur le monde du business. Mais quel rôle les top managers ont-ils à jouer dans la diffusion de ce nouvel avenir économique ?

Le management interculturel en questions

Alors que l’interculturalité est devenu un must-have pour la quasi-totalité des entreprises, comment le management interculturel peut-il s’adapter dans le monde d’après.

Checkout.com : challengez la Data !

« Vous êtes passionnés de Data et créatifs, bienvenus chez nous ! » assure Valentin Vincendon, VP Business Intelligence at Checkout.com

Bollé Brands : l’excellence du sport designé en France

La technologie, l’ergonomie et le design des produits de Bollé Brands ont été testés et approuvés par les plus grands sportifs !

Europorte : un train d’avance dans l’innovation !

Nommé directeur général d’Europorte, opérateur privé de fret ferroviaire français, en juillet 2020, Raphaël Doutrebente nous parle de ces projets pour l’entreprise.

Managers intermédiaires : alliés ou challengers du DG ?

Entre top managers et collaborateurs, entre reporting et animation d’équipe, les managers intermédiaires sont entre le marteau et l’enclume. Comment redorer la fonction ?

KNEIP Hugues Delcourt : « Dans la finance, apprenez à oser ! »

Président de Kneip depuis le début de l’année et ex-CEO de BIL, banque internationale à Luxembourg, Hugues Delcourt connait très bien le secteur de la finance. Il nous parle de son parcours et de sa vision du management. Rencontre.

L’holacratie c’est la vie ?

L’heure est à la prise de décision collective. Mais les top managers sont-ils prêts à partager le pouvoir ? Et leurs collaborateurs, sont-ils partants pour y prendre part ?

Le manager résilient : le meilleur boss du monde d’après ?

La résilience ou l’art de résister aux chocs. Un must-have pour les managers au plein cœur du post-Covid. Mais comment muter en quelques mois en dirigeant résilient ?

Manager la transition, telle est votre mission !

Transitions économique, écologique et managériale sont au cœur des enjeux des entreprises pour faire face au « monde d’après ». Mais comment manager la transition avec succès ?