23 mai, Paris 2ème. Après « 14 ans de loyaux et bons services », l’heure de la retraite a sonné pour Hervé Passeron. « Je me suis toujours dit que je prendrais ma retraite à 65 ans » déclare t’il serein. Dès le 4 juin prochain, Pierre Dreux, directeur-adjoint de l’Ecole Centrale de Lyon, prendra ses nouvelles fonctions à la tête du Groupe Toulouse Business School. « Je vous rassure, ajoute Hervé Passeron amusé, il ne faut pas nécessairement être Centralien pour prendre les manettes de l’école ! » faisant référence à la formation commune des deux hommes. Ce changement de direction s’accompagne de la nomination d’une nouvelle directrice du programme Grande Ecole, Isabelle Assassi. Doyen élu du corps professoral et professeur de marketing, cette diplômée de l’ESC Toulouse aura pour mission de poursuivre le projet de réforme pédagogique grâce à l’impulsion donnée par Pierre Dreux.

 

 

Hervé Passeron : « Une évolution « fantastique » au cours de ces 14 ans »

« Le contexte était très différent de celui d’aujourd’hui, c’était le début des accréditations. A cette époque, les écoles se demandaient s’il fallait se diriger dans cette voie. Au final, cela a été un vrai driver pour définir notre propre identité et, un levier exigeant pour structurer notre Recherche et notre corps professoral » annonce Hervé Passeron. Grâce à ses efforts, le Groupe ESC Toulouse aura été la 3ème ESC française à décroché dès 2003 les 3 accréditations internationales (AACSB, EQUIS et AMBA) après HEC et ESCP-EAP.

L’école aura aussi réussi son pari à l’international. « Nous avons mis un fort accent sur la dimension internationale de l’école avec le développement de nos campus propres à Barcelone et Casablanca ». Le campus de Casablanca devient ainsi en 2012 le premier programme Grande Ecole délivré à l’étranger !

« J’ai du mal à croire à France Business School. Ce projet cumule beaucoup d’inconvénients. Chapeau à François Duvergé s’il réussit son pari ! » Hervé Passeron.

Pierre Dreux à la conquête de l’Europe !

Repéré initialement par un chasseur de tête pour assurer la direction de l’UTC, c’est à l’Ecole Centrale de Lyon que Pierre Dreux officiera pendant près de 2 ans comme directeur-adjoint.  « La fusée a été lancée par Hervé, je dois poursuivre maintenant le travail. A 10 ans, nous avons pour objectif de faire du Groupe la 6e ou 7e structure de formation française reconnue en Europe et dans le monde. Notre succès combinera une bonne compréhension des marchés, un ancrage régional et une offre globale sur le modèle du leadership que nous avons au Maroc. »

 

Sur la route des fusions / acquisitions ?

« Nous n’avons pas une vision unique de croissance interne. Nous n’avons pas non plus des projets de fusion, mais des idées de partenariats sur d’autres plans dont vous serez tenus informés d’ici la fin de l’année. » Pas d’effet d’annonce donc pour Pierre Dreux ! Isabelle Assassi complète : « 2 fusions sur 3 échouent dans le monde de l’entreprise. Il y a plusieurs étapes avant la fusion : les alliances, partenariats etc. ». Et à Hervé Passeron de conclure : « Je serais ouvert à l’idée d’un un mariage à 2 écoles, mais à 3 ou 4 le pouvoir est inévitablement dilué. En 14 ans, l’école a été multipliée par 4 ; l’enjeu de demain est donc de s’interroger aujourd’hui sur les limites de l’école en termes de taille critique. »

 

« A l’avenir, on distinguera davantage des Business School qui auront un rayonnement international et d’autres qui seront reconnues au niveau national. C’est la notion de ‘brand business’ établie par Bernard Ramanantsoa, directeur général du Groupe HEC Paris, qui fera la différence dans l’univers dans les grandes écoles. » Hervé Passeron.

Fier de son engagement et du chemin parcouru depuis 1998, Hervé Passeron quitte définitivement le monde de l’enseignement supérieur.  « Quand on vend une voiture, on ne la conduit plus ! » aime t’il à dire. « Bien sûr dans les 1ers temps je serai à la disposition de Pierre s’il a des questions. Aujourd’hui j’ai envie de me consacrer à mes hobbies ! La guitare, l’art, le jardinage etc. »

 

AF