Le nouveau visage de CentraleSupélec se dessine tandis que son directeur depuis septembre 2018, Romain Soubeyran est résolument tourné vers l’avenir. Le nouveau cursus est lancé, les anciens ont uni leurs associations, le CA sera renouvelé à l’automne, la fusion est en phase de stabilisation.

 

Comment démarre le cursus unique CentraleSupélec ?

La première promotion a fait sa rentrée en septembre. Ils sont 820. La première année du nouveau cursus est en place. Nous finalisons la seconde et travaillons sur la troisième pour la rentrée 2020 (avec un système d’options et de stage). Les deux premières années ont été conçues après une enquête approfondie auprès des entreprises. La présence de 214 d’entre elles au forum CentraleSupélec cette année signe d’ailleurs leur confiance dans le cursus et l’attractivité de nos étudiants.

L’objectif pédagogique majeur du cursus ?

L’ingénieur CentraleSupélec a vocation à gérer des systèmes complexes. Cela passe par une approche pluridisciplinaire, la pédagogie par projet, le choix d’électifs et dominantes dès la première année. Cela va nous permettre de diversifier les profils de nos diplômés : pour répondre aux attentes des entreprises, réduire la compétition entre diplômés et répondre aux aspirations de nos élèves dans leur variété. Nous sommes très attentifs à accompagner nos élèves. C’est essentiel pour ces profils qui se sont encore peu questionnés sur eux-mêmes et leur avenir.

A quelle phase de la fusion se trouve CentraleSupélec ?

En phase de stabilisation ! Au départ, on envisage tout l’intérêt stratégique, le positionnement concurrentiel. Cet enthousiasme tend à occulter les difficultés opérationnelles qui se présentent dans la mise en œuvre. Le fait que je ne sois ni Centralien ni Supélec est un atout pour faire converger et proposer une vision d’ensemble.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Notre CA sera renouvelé en octobre, entérinant l’évolution de la gouvernance. Les deux associations d’alumni ont voté leur fusion fin décembre. Le processus d’approbation des statuts de l’association unifiée et de la reconnaissance d’utilité publique est en cours, et sera finalisé à l’automne. Nous laissons les tensions et frustrations derrière nous. Nous ouvrons une nouvelle page !

Le retour à l’équilibre financier est un autre de vos objectifs ?

Nous sommes sur une trajectoire de retour à l’équilibre pour 2019-2020. Il a fallu harmoniser la sous-dotation de Supélec liée à son statut, aligner les statuts de nos personnels au mieux disant (le rattrapage se fera sur plusieurs années). Nous avons eu un soutien exceptionnel du ministère en 2019 que j’espère pérenniser. L’enjeu est désormais de dégager des marges pour investir dans notre avenir, lancer de nouveaux projets.

Comment allez-vous développer les campus de Rennes et Metz ?

Ce sont des atouts de notre école. J’insiste beaucoup sur le fait que tous nos diplômés passent les mêmes examens, suivent le même cursus et obtiennent un diplôme unique. Au plan scientifique, Rennes présente une excellence en cybersécurité et Metz en photonique ou sur les drones. Nous avons ouvert 25 places à Rennes en filière apprentissage, et ferons de même à Metz en 2019. Passer un semestre à Rennes ou Metz sera une opportunité pour suivre des options attractives (3 à Rennes et 3 à Metz sur les 14 offertes par l’école), pour développer sa capacité d’adaptation en changeant d’environnement, pour profiter de campus conviviaux, verts et proches du centre-ville et d’acteurs scientifiques et économiques.

Le futur, c’est aussi votre appartenance à l’Université Paris-Saclay ?

L’université sera officiellement constituée au 1er janvier 2020. D’ici là, nous travaillons sous la présidence très efficace de Sylvie Retailleau à la rédaction des statuts, à la définition du périmètre de chacun, à la cartographie des graduate schools et pôles, au processus de décision.  

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.