Société d’investissement de la Caisse des dépôts et consignations dans les infrastructures, CDC Infrastructure réalise, sur le long terme et en fonds propres, des investissements responsables au service des territoires français et européens. Rencontre avec Marie-Laure Mazaud (EDHEC 90, EMLYON BS 91), Directeur des Investissements, et Patrick Vandevoorde (X 70, Ponts 75), Directeur Général.

Marie-Laure Mazaud (EDHEC 90, EMLYON BS 91), Directeur des Investissements, et Patrick Vandevoorde (X 70, Ponts 75), Directeur Général.

Marie-Laure Mazaud (EDHEC 90, EMLYON BS 91), Directeur des Investissements, et Patrick Vandevoorde (X 70, Ponts 75), Directeur Général.

Pouvez-vous nous présenter CDC Infrastructure ?
Nous sommes une société d’investissement qui, comme toutes les filiales détenues majoritairement par la Caisse des dépôts et consignations, est au service de l’intérêt général. Notre mission est d’aider les territoires à faire face aux grands défis actuels : transition énergétique, très haut débit, mobilité durable… Nous investissons donc essentiellement dans les secteurs clé : transports, énergie et télécommunications, relevant le double challenge d’être exemplaire en matière de développement durable (l’empreinte carbone de notre portefeuille a ainsi été réduite de 34 % entre 2010 et 2012) et financièrement efficace. Nous comptons actuellement 18 participations (dont 75 % en France) et 1,3 milliards d’euros sous gestion. On trouve, par exemple, dans notre portefeuille, le Viaduc de Millau, une ferme éolienne offshore en Allemagne ou la LGV Tours-Bordeaux (un projet d’investissement de 7,8 milliards d’euros, le plus gros réalisé en Europe depuis une décennie).

 

« Nous accueillons
2 stagiaires longue durée chaque année »

En quoi, le fait de travailler sur le long terme impactet- il votre manière de réaliser des investissements ?
Investissant en fonds propres sur des concessions allant de 30 à… 75 ans ! Nous ne pouvons envisager de bénéfices que lorsque les dépenses clé ont été payées et ne pouvons obtenir de rentabilité financière sans création de valeur. Dans un premier temps, notre rôle consiste à réunir un consensus entre toutes les parties : investisseurs, industriels, financiers, opérateurs… d’allier les compétences tout en minimisant les risques, diplomatie mais également autorité et fermeté étant de mise dans ce cadre. Par la suite, en tant qu’actionnaire de référence, il nous revient de gouverner au mieux ces projets pour les faire vivre, en construisant des relations sur le long terme et en nous inscrivant dans la durée puisque leur réalisation prend généralement quelques années et que l’on ne mesure totalement leur succès que… plus tard !

 

Quels profils recrutez-vous pour renforcer vos équipes et quelles qualités personnelles vous semblent indispensables pour s’épanouir chez CDC Infrastructure ?
Notre équipe se compose d’une quinzaine de personnes et les premières missions d’analystes seront basées sur les aspects purement financiers des projets ; ensuite, après 2 ou 3 ans d’expérience, en tant que chargé d’affaires puis directeur d’investissement, on s’occupe de la partie assemblage, puis de l’animation et de la gouvernance. Dans ce cadre nous recrutons des ingénieurs, des diplômés d’écoles de commerce de haut niveau ou des profils universitaires à dominante financière. Appétence pour la modélisation, analyse du détail, connaissance des secteurs où nous intervenons, nous apprécions particulièrement les double compétences : techniques et financières, qu’elles soient issues d’un double diplôme ou de l’expérience professionnelle acquise dans des environnements différents.

 

Vous oeuvrez clairement au service de l’intérêt public. Quels autres atouts offre l’entreprise qui puissent leur donner envie de vous rejoindre ?
On dépense trop de temps et d’énergie à son travail pour que la feuille de paye en constitue le seul intérêt. L’utilité sociale, ici évidente, est une vraie motivation, mais elle n’est pas la seule. Notre structure, légère, impose d’emblée de vraies responsabilités et la confrontation à des dossiers complexes, variés et stratégiques. On apprend et progresse donc vite. Par ailleurs, le fait d’être adossé à un groupe pluridisciplinaire comme la Caisses des dépôts et consignations ouvre des perspectives d’évolution importantes et diversifiés, dans la finance, mais aussi bien l’ingénierie ou même l’immobilier.

 

JB.

 

Contact : marie-laure.mazaud@cdcinfra.com