Entre les écoles de management et les écoles d’ingénieurs, c’est une grande histoire d’amour. Partenariats, doubles diplômes, formations communes, livres blancs… Pourquoi ça matche si bien ? Top 5 des bonnes raisons.

 

Grâce aux rapprochements entre ces établissements du Supérieur, devenir ingénieur-manager est désormais possible. Et c’est même un bon plan. Voici pourquoi.

#1 Répondre aux enjeux de demain

Digitalisation, mondialisation, transversalité, agilité… Les profils hybrides sont devenus des must-have pour répondre aux enjeux auxquels sont désormais confrontées les entreprises. D’où l’importance de croiser les regards des ingénieurs et des managers. D’unir leurs forces. C’est l’ambition des Arts et Métiers et de NEOMA Business School qui ont publié conjointement le livre blanc « Se former aux métiers de demain ». « Des nouvelles organisations de travail voient le jour et nous devons imaginer comment former de plus en plus d’ingénieurs managers », annonçait Laurent Champaney, Directeur des Arts et Métiers, lors du lancement. « Les métiers et les pratiques changent. Il est donc important de croiser les points de vue et, en tant que business school, d’échanger avec les écoles d’ingénieurs », complète Delphine Manceau, Directrice de NEOMA Business School. Ingénieur et manager : un duo plus qu’un duel.

#2 Multiplier les débouchés

Ces nouvelles attentes du marché du travail donnent ainsi naissance à des formations transversales de premier choix qui assurent des carrières de premier plan. Car élargir son champ de compétences, c’est finalement élargir son champ d’opportunités professionnelles. « Les perspectives professionnelles s’annoncent immenses pour des jeunes avec des compétences business, digitales et une capacité avérée à travailler dans un environnement international », soutient Emmanuel Peter, Directeur de l’IIM, qui vient de lancer le Bachelor Digital & International Business avec l’EMLV.

Pour la mise en ligne

>>> Plus d’infos sur le nouveau Bachelor de l’EMLV et de l’IIM !

#3 Booster les perspectives d’évolution

Par la même occasion, cette mise en commun des expertises est un formidable accélérateur de carrière pour garantir l’accès à des postes à hautes responsabilités. C’est l’objectif fixé par l’EM Normandie et l’EBI. Les deux grandes écoles ont signé un accord de partenariat pour permettre aux élèves-ingénieurs de l’école spécialisée en biologie industrielle suivant la filière marketing et management, d’obtenir le diplôme Programme Grande Ecole de la business school. Management, esprit d’entreprise, mise en pratique de la RSE, anglais des affaires… « Autant d’aptitudes essentielles pour ceux qui seront amenés à prendre des postes de direction ou à créer leur entreprise », explique Elian Pilvin, Directeur de l’EM Normandie.

#4 Offrir de nouvelles possibilités de spécialisation

L’EM Normandie n’en est pas à sa première collaboration. Avec l’EPITA, elle ouvre pour le début de l’année 2021 une nouvelle formation 100 % en anglais : MSc Artificial Intelligence for Marketing Strategy. « Fondamentaux marketing et expertise technique sont devenus indissociables pour analyser les comportements, personnaliser les communications, gérer des chatbots… Nos étudiants français et internationaux deviendront des stratèges marketing, capables de comprendre le background technique et d’utiliser les technologies d’IA », présente Rabih Haddad, Directeur des Programmes Internationaux de l’EPITA. Un programme mutualisé qui permet aux étudiants d’être à la pointe des dernières tendances et de valoriser cette spécialisation, encore peu courante, auprès des recruteurs. « Un deux-en-un » très apprécié.

#5 Avancer ensemble

Enfin, si les grandes écoles aiment autant collaborer ensemble c’est parce qu’elles ont des valeurs, des savoir-faire et des talents à la fois semblables et complémentaires. Ces synergies éveillent la curiosité, ouvrent l’esprit et révèlent la capacité d’adaptation de leurs étudiants : la mission de toutes grandes écoles de commerce ou d’ingénieurs. Alors, comment ne pas matcher ?