La demande mondiale d’électricité devrait plus que doubler à l’horizon 2040 ! Comment répondre à cette demande croissante ? En contribuant au quotidien à agir en faveur d’une économie décarbonée comme le fait François Terrier (ESTP 92, IAE Paris 93), directeur général France Ouest de Bouygues Energies & Services. Objectif : proposer un avenir durable aux collaborateurs comme aux citoyens. Par Violaine Cherrier

 

Quelle est votre approche métier ?

Bouygues Energies & Services est positionné sur des enjeux majeurs de notre époque : la transition énergétique, la révolution numérique et la ville. 75 % de la population mondiale vivra en ville en 2050. Le plus crucial à mes yeux, c’est notre capacité collective à imaginer une économie décarbonée. C’est un enjeu vital pour notre planète.

 

Quels sont alors vos principaux challenges ?

Il est nécessaire de traiter l’énergie de manière déterminée en agissant sur l’ensemble des leviers :

  • L’énergie que l’on ne consomme pas à travers la conception bioclimatique des bâtiments et le pilotage de leur performance énergétique.
  • La mutualisation de l’énergieen fonction des usages grâce à des systèmes intelligents.
  • Le stockage de l’énergie du fait de la multiplication des lieux de production d’énergie.
  • Les énergies renouvelables.

 

Quel est l’impact sur votre métier ?

Nous déployons de nombreux projets de R&D au niveau européen et des projets de type plateformes photovoltaïques ou centrales biomasse partout dans le monde, aux Philippines, en Australie, au Japon… Cela donne du sens à ma vie professionnelle, d’autant que la dimension humaine est au cœur de notre projet.

L’innovation partagée : Bouygues Energies & Services n’hésite pas à proposer des offres nouvelles à ses clients. Exemple concret : le candélabre intelligent, un éclairage public pilotable à distance, pouvant se transformer en borne Wi-Fi, en système de sonorisation ou en borne électrique pour recharger les véhicules ! De nombreux projets de R&D sont également en cours de développement avec des partenaires industriels – comme Renault – et universitaires.

 

La mutation aujourd’hui est à la fois énergétique ET numérique ?

Tout à fait. C’est la combinaison de la transition énergétique et de la révolution numérique qui rend notre époque parfois inquiétante mais surtout exaltante. La puissance du numérique se met au service de la gestion des énergies. Le digital devient la norme en matière de gestion de l’information complexe et du pilotage des infrastructures et bâtiments.

 

De la métamorphose des métiers

Les jeunes talents sont amenés à évoluer dans un secteur en pleine mutation à tous les niveaux :

  • Les équipements de travail, notamment avec la révolution IoT
  • La production d’énergie
  • Les infrastructures numériques, en particulier via Axione, filiale du groupe dédiée à l’aménagement numérique des territoires
  • La maquette numérique
  • Le pilotage à distance des bâtiments

 

Quelles perspectives alors pour les jeunes diplômés ?

Nous sommes au cœur des enjeux. Bouygues Construction propose 1 000 postes ouverts en France, dont la moitié au sein de Bouygues Energies & Services. Dans le monde, ce sont même environ 800 postes qui sont ouverts à tous les niveaux de Bouygues Energies et Services : électriciens, chargés d’affaires en électricité ou en climatisation, en grands projets, en smart cities, en performance énergétiques…

 

Very good trip : Dès leur 1re année, les hauts potentiels passent 4 mois à 3 postes différents, parfois dans des pays différents. Une vraie opportunité d’ouvrir son champ de vision et de constituer son réseau. « Nous avons également des modules d’enrichissement culturel qui permettent aux talents de côtoyer pendant plusieurs semaines, souvent à l’étranger, des collaborateurs d’horizons différents. Ces learning expeditions leur permettent de travailler ensemble sur des thématiques précises avec des intervenants extérieurs. »

Quels profils recherchez-vous en particulier ?

Nous avons besoin de profils très variés : compagnons, BTS, ingénieurs informatique, télécoms, construction ; école de commerce. Nous souhaitons diversifier les profils recrutés, et féminiser rapidement nos effectifs. Avec un point commun pour nos recrues : une grande capacité d’adaptation et de collaboration. Nous souhaitons une entreprise dans laquelle les gens se sentent bien et prennent plaisir à travailler ensemble. C’est la combinaison de plusieurs compétences qui font avancer les projets complexes et nous aide à faire les meilleures offres. Nous recrutons des compétences mais surtout des savoir-être.

 

Les femmes font le plein d’énergie : quelle est la principale source d’énergie de l’entreprise ? Sa diversité ! À commencer par la mixité, ambition majeure de Bouygues Energies & Services. « Les % de femmes ETAM / Cadres progressent (~20 % aujourd’hui) mais sont encore très insuffisants. Notre volonté est très forte, d’autant que nous pouvons apprécier leur succès et la valeur qu’elles apportent à nos métiers même ceux considérés comme les plus masculins. Il n’y a plus de frein, tout le monde est convaincu. » Avis aux candidates : sur la centaine de recrutements prévus cette année dans son périmètre, François Terrier souhaite un tiers de femmes a minima !

 

Et ensuite ?

Tout est ouvert. Nous consacrons 4,5 % de la masse salariale à la formation. Il y a ici une diversité de métiers qui existe peu ailleurs. Et le projet en lui-même est une source de motivation ! C’est exaltant. Ce n’est pas un métier de routine. Nous sommes en contact permanent avec des clients ce qui est très enrichissant.

 

Faire des collaborateurs des acteurs de leur entreprise : nous lançons un dispositif original autour de projets innovants proposés par des groupes de collaborateurs. Une fois les projets validés par le comité exécutif, nous leur mettons à disposition le temps et les moyens nécessaires pour les déployer à l’échelle de l’entreprise. Nous formons ainsi 60 personnes community managers, sur la base du volontariat, aux techniques d’animation collaborative et créative de groupe pour les aider à faire émerger leurs idées et à bâtir l’entreprise de demain.

 

Quels conseils pourriez-vous donner à ces jeunes talents ?

Mon meilleur conseil est de ne pas donner de conseil. À titre personnel, je n’ai jamais imaginé le poste suivant : dans 90 % des cas, ce n’était pas du tout ce que j’avais envisagé. Et c’est une bonne manière d’être assez heureux dans sa vie professionnelle. C’est même souvent un facteur de « succès ». Il est toujours plus enrichissant de penser épanouissement que carrière. Donc suivez votre chemin et ne pensez pas qu’il puisse exister une voie royale. Écoutez vos intuitions !

 

Donner du sens à votre métier : à l’ESTP, je n’étais pas encore totalement convaincu de l’intérêt de nos métiers et c’est finalement au gré des rencontres et des expériences que j’ai pris goût à ce secteur. Au sein de Bouygues Energies & Services, la diversité donne à nos métiers une richesse humaine très rare. Contribuer à la promotion sociale des collaborateurs donne un vrai sens à ma vie professionnelle. Il est encore possible d’entrer chez nous avec un CAP et espérer devenir directeur. Notre modèle repose sur le mérite à l’image de notre mode de rémunération.

 

 

 « Notre grande ambition : réconcilier la performance économique et l’épanouissement humain. »

(c) BOUYGUES

(c) BOUYGUES

 

 

Contact : f.terrier@bouygues-es.com