Depuis 1800, l’histoire de la Banque de France est étroitement liée à celle de la nation française. Son rôle n’a alors jamais cessé d’évoluer pour se positionner comme une institution bancaire centrale en France mais aussi en Europe. Dans ce contexte, Sébastien Husson (Supélec 2011), responsable du pôle Sécurité des réseaux à la DSI, occupe lui aussi une place centrale. Violaine Cherrier

 

Le secteur bancaire est en pleine transformation. Comment y participez-vous ?

Le rôle de la DSI est en effet stratégique. Nos métiers ne peuvent plus évoluer sans l’aide de l’informatique. La DSI est désormais un facilitateur. Ma mission : anticiper les besoins à venir pour offrir en permanence un haut niveau de sécurité. Or, les systèmes ne cessent d’évoluer. Il faut donc se montrer particulièrement réactif et agile vis-à-vis des besoins internes mais aussi externes. En effet, la Banque de France est un maillon important dans le SI du Système Européen des Banques Centrales (SEBC). Nous avons vocation à offrir des services aux autres institutions européennes. Cela change fondamentalement le rôle d’une DSI. Notre challenge : apporter plus de valeur ajoutée, délivrer plus vite et proposer un mode self-service. C’est une mutation passionnante et une innovation tant technologique qu’organisationnelle.

« Une entreprise actrice de sa transformation qui place les jeunes talents au cœur de l’innovation. »

Comment vous organisez-vous pour y répondre ?

Au sein de la DSI, quelques dizaines de personnes travaillent ainsi en relation étroite avec, d’une part, les commanditaires et, d’autre part, les fournisseurs de service. Une telle organisation favorise une réelle proximité entre des métiers très différents. Chaque équipe intègre ainsi 4 à 5 collaborateurs aux expertises très pointues – sécurité, architecture applicative, réseau… – et un chef de projet que nous dégageons par exemple de leurs responsabilités quotidiennes pour les faire travailler avec le moins de contraintes possibles. Nous allons donc chercher des profils experts mais ouverts sur d’autres spécialités. Tous doivent afficher un état d’esprit ouvert au dialogue et se montrer capables de monter en compétences sur d’autres sujets… à l’image d’un ingénieur. Ce contexte de transformation de l’entreprise rend la Banque de France très attractive.

1er hackathon à la Banque de France – 20 mai 2016 © Banque de France - Organisation et Information - 2016

1er hackathon à la Banque de France – 20 mai 2016 © Banque de France – Organisation et Information – 2016

Donc les opportunités sont nombreuses pour un jeune Supélec ?

Absolument. Le secteur bancaire et La Banque de France en particulier bouillonnent d’idées et de projets avec les évolutions importantes des métiers et des systèmes complexes qui sous-tendent leur activité ainsi que l’émergence de nouveaux acteurs bancaires. C’est un écosystème très riche dans lequel les nouveaux métiers de la donnée et de l’information représentent un enjeu critique. Il faut être capable de prendre du recul et d’analyser les contextes métiers. De manière plus générale, la sécurité de la donnée nécessite de changer complètement de modèle pour pouvoir bien l’aborder. Les jeunes Supélec, par leur capacité à emmagasiner des concepts et à s’adapter très rapidement, sont très appréciés. Supélec aide à développer un esprit entrepreneurial voire d’innovation très précieux pour accompagner ces transformations.

« Apprenez à apprendre » : « À l’école, je me suis particulièrement investi dans l’association Rézo qui gère toute la partie informatique des campus étudiants, aux caractéristiques spécifiques. J’y ai alors appris à travailler en équipe. Je m’occupais principalement de la partie infrastructure mais je travaillais avec d’autres élèves réseau, systèmes, web… Une expérience qui me permet aujourd’hui d’échanger avec ces différents profils en interne en toute connaissance de cause. C’est un vrai plus. Supélec nous donne le temps et l’opportunité de nous investir sur des projets techniques. C’est très enrichissant pour appréhender le monde de l’entreprise. »

 

Chiffres clés : 12 000 collaborateurs en France dont 1 500 à la DSI /2,8 mds de billets fabriqués et livrés / 80 personnes détachées à la BCE dans le cadre du Mécanisme de Supervision Unique / 777 établissements bancaires et 827 entreprises d’assurance et mutuelles agréées / 253 000 entreprises cotées et 7,2 millions d’entreprises référencées dans le fichier bancaire des entreprises

 

Mini-CV : 2013 – 16 : Banque de France, Responsable du pôle Sécurité des réseaux à la DSI / 2011-13: Banque de France, responsable du pôle Applications Réseaux et Sécurité / 2011 : Supélec, spécialité Sciences de l’informatique et Sécurité

 

Contact : sebastien.husson@banque-france.fr