DIPLÔMÉ D’UN MASTER 2 MANAGEMENT STRATÉGIQUE INTERNATIONAL EN 2012, ÉRIC DARTIGUELONGUE EST À LA FOIS UN JEUNE DIPLÔMÉ ET UN JEUNE PRÉSIDENT. FONCTION QU’IL OCCUPE DEPUIS 2013 AU SEIN DE L’AMICALE GESTION SORBONNE, L’ASSOCIATION DES ANCIENS DE L’ÉCOLE DE MANAGEMENT DE LA SORBONNE (EMS) DE L’UNIVERSITÉ PARIS 1 QUI REGROUPE PLUS DE 18 000 DIPLÔMÉS.

ÉRIC DARTIGUELONGUE

ÉRIC DARTIGUELONGUE

À 29 ans, Éric Dartiguelongue est déjà un jeune retraité… de son poste de président des anciens. Après trois ans, il cède la place à une équipe… encore plus jeune ! « À la fin de mon Master 2, j’avais envie de garder un lien avec la Sorbonne. Au même moment, l’association des anciens de l’Ecole de Management m’a contactée. J’ai sauté sur l’occasion. »

 

Créer un esprit de corps
« Une association des anciens se doit fédérer les anciens à travers un esprit de corps. Le sentiment d’appartenance est indispensable. » Comment ? Par de multiples actions telles que l’organisation de la grande cérémonie de remise de diplômes, du salon des Masters, de conférences, d’un think tank associatif pour les Master 2… mais aussi d’événements plus conviviaux comme le pot des anciens ou le brunch gestion Sorbonne. Une carrière de président qui s’est fait par étape. « Le premier mandat nous a permis de redynamiser l’association, la 2e année a été celle des grands chantiers. Notre objectif été de rendre plus accessible le réseau des anciens aux étudiants. » Témoin de cette nouvelle dynamique, le programme de mentoring lancé en 2015. « Cent étudiants déjà ont pu bénéficier de l’aide de nos anciens pour améliorer leur CV ou réaliser un entretien blanc. » Ou encore : les bilans sur l’insertion professionnelle. « Lors de la première édition, près de 84 % des diplômés de la promotion sortante ont participés. » Des « petites actions » qui ont de grandes conséquences ? « Nous pensons que les étudiants, s’ils ont pu bénéficier de l’aide du réseau des anciens durant leurs études seront, d’une part, mieux préparés pour leur insertion professionnelle et, d’autre part, également plus facilement susceptibles de nous apporter leur aide dans nos actions. C’est ce cercle vertueux qui doit faire avancer l’association. » Enfin, un troisième mandat concentré sur la passation. Assurer la transmission et la pérennité de l’association, une mission essentielle pour un président.

 

« L’université nous apprend à être curieux et autonome, deux qualités indispensables à un président. »

Être pilote et moteur
Impliquer les personnes motivées et rendre les actions menées visibles. En apparence, un travail « classique » de président mais qui implique des tâches parfois ingrates et du temps. « Le président doit driver l’association mais qui également savoir mettre les mains dans le cambouis pour faire fonctionner l’association. Il doit aller au front et faire bouger les lignes pour donner envie aux autres de les faire bouger à leur tour. » Le président doit donc se montrer capable de fédérer les membres sur un objectif et de les canaliser pour maintenir le cap. Comment y parvenir ? « La patience est la première qualité d’un président. Il ne faut pas aller trop vite car certaines démarches prennent du temps. »

 

La relève est déjà prête
Toutefois, une association ne se gère pas comme une entreprise : elle se veut beaucoup plus agile et dirigées par des équipes souvent jeunes. Le charisme apparaît alors comme une qualité essentielle pour les accompagner. « J’avais la passion de ce projet donc j’ai pris le temps de le faire. Je sens beaucoup de volonté de la part de la jeune génération. Elle est prête à prendre les choses en mains et à assumer les responsabilités. » Une passation qu’Éric Dartiguelongue a à coeur de réussir afin de les aider à préparer à leur tour leurs futurs remplaçants. Son conseil ? « N’hésitez pas à vous montrer proactifs. Si vous vous contentez d’être passifs, vous n’avancerez pas. Votre rôle est de bousculer les modes de fonctionnement et innover. Il faut être force de proposition et toujours viser à améliorer les choses. » Président, résolument une fonction tournée vers l’avenir !

 

Lier l’utile à l’agréable
Certes la fonction de président nécessite de consacrer du temps à son activité… mais sans pour autant s’oublier soi-même. « Je n’ai jamais arrêté de pratiquer des activités à côté. Il faut juste savoir anticiper pour ne pas se mettre dans une situation trop compliquée et éviter les pics d’activité pour mieux gérer sa vie personnelle. Les activités annexes permettent de prendre du recul et de s’avérer efficace dans la durée. Elles sont indispensables. De plus, les membres du bureau sont devenus des amis. Chaque réunion se terminait par un verre place de la Sorbonne ce qui nous donnait l’opportunité renforcer les liens. Le fait d’avoir une équipe avec moi m’a énormément aidé et m’a permis de conserver des moments pour moi. »

 

VC