POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

ATOS RENDRE POSSIBLE AUJOURD’HUI CE QUI FERA LE QUOTIDIEN DE DEMAIN

reflexions2013-p37-7220

A L’IMAGE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES QUI RÉVOLUTIONNENT NOS VIES EN CONTINU EN PLAÇANT TOUJOURS LE CONSOMMATEUR AU CENTRE DE LEURS INNOVATIONS, ATOS A COMPRIS QUE SON EXCELLENCE COLLECTIVE NAISSAIT DE LA FACULTÉ OFFERTE À CHAQUE COLLABORATEUR DE DONNER LE MEILLEUR DE LUI-MÊME. UNE MISSION QU’ASSUME AVEC PASSION SON DRH POUR LA FRANCE, JEAN-MICHEL ESTRADE.

« THE FIRM OF THE FUTURE »
Les réseaux sociaux constituant le phénomène de société remarquable de notre temps, les équipes d’Atos s’enorgueillissent d’avoir travaillé à l’organisation des J.O. de Londres sur ce modèle, obtenant une certification « zéro e-mail ». « Avec 21 000 journalistes à qui nousdélivrions l’information en direct via tous les canaux technologiques, nous ne pouvions rêver vitrine plus voyante, mais également… plus exposée et implacable ! Aucun droit à l’erreur… » De bug, il n’y en eut point. Conseil, intégration de systèmes, infogérance (n°1 en Europe), Cloud Computing ou services transactionnels de haute technologie, Atos, SSII française employant 74 000 personnes (!) dans 48 pays se place, selon le métier, dans le Top 5 ou le Top 10 mondial. L’ADN de cette entreprise qui a fait de l’innovation sa clé de voûte ? Etre en prise constante avec la réalité de demain. « Parce que ce qui nous paraît extraordinaire aujourd’hui sera d’une banalité confondante dans deux ans. » Cartes d’embarquement dématérialisées sur smartphone ? Passeports biométriques, dossier patient électronique ? Atos était de la partie. Une telle vision suppose de se l’appliquer, d’abord, à soi-même.

 

« ÊTRE ACTEUR DE SA VIE PROFESSIONNELLE »
« Nous déployons nos solutions zéro e-mail au quotidien, ce qui modifie les styles managériaux. Au plan mondial, un comité Wellbeing@ work, réunissant une trentaine de jeunes collaborateurs, réfléchit à des initiatives susceptibles de transformer le quotidien et le fonctionnement de travail. Quelle peut être alors la mission d’un DRH chapeautant 10 500 collaborateurs ? « Définir des stratégies qui font que chaque constituant de ce collectif qu’est l’entreprise puisse servir au mieux le but commun. Cela n’est possible que si l’on s’ancre résolument dans l’humain, inventant règles, moyens (conciergerie, salle de sport, crèche de proximité, flotte de véhicules électriques au siège qui emploie 4 500 personnes) et leviers (communautés, formation, information…) pour que chacun soit l’acteur de sa vie professionnelle, augmente ses compétences et s’épanouisse. C’est aussi exigeant que passionnant. Deux qualificatifs que nous attendons de nos futurs collaborateurs – forcément bilingues – pour une approche naturellement progressiste des nouvelles technologie. Dans un univers de technologie en évolution permanente et accélérée, nous avons adopté un rythme semestriel pour arrêter les objectifs et mesurer les actions. Chez Atos, une année dure 6 mois avons-nous coutume de dire… organisation et collaborateurs doivent s’inscrire dans ce rythme qui suppose une réelle capacité à se remettre constamment en question. Le rythme est soutenu, et l’ennui ne nous guette donc pas… »

 

Jean-Michel Estrade (HEC 83), Senior Vice-Président et Directeur des Ressources Humaines d’Atos pour la France depuis 2011
Jean-Michel Estrade (HEC 83), Senior Vice-Président et Directeur des Ressources Humaines d’Atos pour la France depuis 2011

PASSION
« J’adore lire. Des polars, par exemple, que je dévore, Ian Rankin, Reginald Hill et Michael Connelly en tête, mais également des ouvrages d’analyse et de réflexion comme ceux publiés dans l’excellente collection « La République des idées ». Cela nourrit mon vif appétit de connaissances nouvelles, le transformant en un plaisir tout aussi vif d’apprendre et de comprendre. »

SOUVENIR DE PROMO
« J’ai acquis à HEC trois ou quatre fondamentaux, à commencer par l’humilité : ce que je faisais, 300 autres personnes étaient capables de le faire. Puis la capacité  de décomposer un problème complexe en problématiques plus simples ; c’estprécieux. Il y a aussi, bien sûr, cette formidable ouverture à l’international qui s’est encore accrue. Au cours d’un électif, un Ethnologue m’avait particulièrement marqué en nous montrant que nous étions définis sur des normes de compétition (donc de déséquilibre), alors que des sociétés humaines, dites « primitives », pouvaient être fondées sur des principes d’égalité parfaite. Issu d’un processus sélectif de concours, ce fut pour moi une réelle et profonde remise en question. »

 

Contact :
www.atos.net • Rubrique carreers

Partager sur print
Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter