Dans les années 90, tandis qu’émergeait dans la Silicon Valley la mode du design thinking, Apple nous interpellait : « Think different ». « Penser différemment », ou … « différent », pour être capable de créer, d’inventer, d’innover. Cette approche de l’innovation et de son management mérite d’être enseignée à l’ESTP Paris, où sont formés les ingénieurs qui, demain, devront relever les colossaux défis liés à la protection de notre environnement.

 

Un secteur condamné à innover

Le secteur de la construction est impacté au premier chef par les changements qui menacent notre planète : réchauffement climatique, épuisement des ressources, destruction des écosystèmes… On ne peut plus faire comme avant ! Si ce constat est communément partagé par les acteurs de la construction, il doit aussi orienter les choix pédagogiques de l’école qui forme les bâtisseurs de demain. Pour préparer nos élèves ingénieurs à devenir les acteurs de la triple révolution – sociétale, environnementale, numérique – qui est en marche, nous devons sensibiliser le créateur et l’entrepreneur qui sommeillent en chacun d’eux aux enjeux de l’avenir.

Le design thinking à l’ESTP Paris, c’est :

une initiation proposée à tous les étudiants de première année, sous la forme d’une soirée « Étincelle » destinée à faire jaillir des idées neuves
la première étape du hackathon ESTP Paris, qui se tient sur deux jours en deuxième année
le socle de l’option Entrepreneuriat de troisième année
des espaces collaboratifs et modulaires, où les étudiants peuvent travailler librement autour d’une table ou d’un écran.

Quelques étapes du Design thinking :

« Échouer, tester, échouer, tester encore… »

C’est là, sans aucun doute, l’aspect le plus déroutant de la démarche, surtout pour des élèves qui, a priori, n’ont aucun goût pour l’échec. L’idée géniale germe rarement toute faite, elle est le résultat d’une longue série de tests qui se sont soldés d’abord par des échecs. « Si vous me présentez une solution qui fonctionne du premier coup, c’est que vous n’avez rien compris à l’exercice ! », ironise ainsi Guillaume Bordeaux-Montrieux, l’expert qui coordonne l’option Entrepreneuriat. Pour accompagner cet apprentissage de « l’échec positif », Guillaume doit sans cesse rassurer les étudiants qui présentent à la hâte un projet bancal et inabouti.

« Penser avec les yeux »

Il ne s’agit plus de penser seulement avec sa raison, ou à l’aide d’une feuille de calcul, mais d’ouvrir ses yeux. Que ce soit dans la phase d’inspiration, qui requiert du design thinker une vraie curiosité (un regard d’enfant sur le monde), ou dans la phase d’idéation, au cours de laquelle l’idée en germe doit rapidement se laisser voir et partager sous la forme d’un croquis, d’un storyboard ou d’une maquette. La pensée visuelle est sollicitée, de préférence aux longues explications.

« Penser avec les autres »

Le design thinking a une autre vertu : il se pratique en groupe. Dans les challenges que nous organisons, c’est nous qui constituons les équipes, pour éviter que les affinités personnelles ne l’emportent sur les rigueurs du dialogue et de la collaboration : écouter l’autre, intégrer son point de vue, faire converger les avis vers une solution partagée… L’épreuve la plus redoutée vient ensuite : les étudiants ont l’obligation de sortir de l’École et d’aller tester leurs prototypes auprès des utilisateurs concernés. Une immersion « dans la vraie vie » dont ils ressortent eux-mêmes transformés.

L’humain au cœur de la formation

Au final, si la méthode permet à nos étudiants d’acquérir de précieuses compétences (créativité, travail collaboratif, envie d’entreprendre), l’essentiel est ailleurs. En partant de l’utilisateur final – de ses besoins, de ses aspirations, de ses pratiques quotidiennes -, et non de contraintes purement techniques, le design thinking remet l’humain au cœur de la formation. Une façon de faire comprendre à nos élèves ingénieurs qu’au-delà de leurs futurs employeurs, c’est d’abord et avant tout pour eux et leurs semblables qu’ils œuvreront demain.

L’auteur est Serge Le Strat, Responsable du département Management et Société, ESTP Paris

@estpparis

StopCovid : les questions que vous vous posez

A partir du 2 juin 2020, le gouvernement français mettra en place l’application mobile StopCovid qui signalera à ses utilisateurs un contact éventuel avec une personne contaminée par le Covid-19.

Les Millennials s’engagent : la preuve sur le terrain

Service Civique, V.I.E. & co : les jeunes français sont au taquet pour se mettre au service des autres tout en gagnant en compétences professionnelles. La preuve !

Le doute : l’arme fatale contre les fake news

Les fake news vous envahissent ? Faites place au doute et célébrez l’esprit critique

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

[La gueule de l’emploi] Les soft skills à maîtriser pour être recruté à coup sûr

62 % des dirigeants et managers sont prêts à recruter principalement sur la base des soft skills. Alors plus question de négliger ses « compétences douces » quand on cherche un job

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

Sport VS Covid : le match

Comment se portent les métiers du sport en période de crise sanitaire et économique ? C’était l’objet de la table ronde de La Sports Management School sur BeSport.

Reconversion professionnelle : ils ont osé !

C’est décidé, ils ont changé de vie ! Découvrez trois témoignages d’étudiants qui ont décidé de changer leur avenir professionnel.