Aéroports de Paris exploite les trois principaux aéroports de la région parisienne ainsi qu’une dizaine d’aérodromes d’aviation générale. Des centaines de métiers exercés par des milliers de collaborateurs sur une multitude de sites. Soit autant d’opportunités pour un jeune diplômé, comme le présente Christophe Laurent (MASMA ENAC 91 et ENSMA 90), DRH adjoint d’ADP.

Christophe Laurent, (MASMA ENAC 91 et ENSMA 90), DRH adjoint d’ADP

Christophe Laurent, (MASMA ENAC 91 et ENSMA 90), DRH adjoint d’ADP

Quel est l’ADN d’Aéroports de Paris ?
Notre histoire nous identifie comme des bâtisseurs et des exploitants au service du client passager et de la communauté aéroportuaire. Plus que tout, la satisfaction client est notre priorité grâce à des services utiles et de qualité. Avec plus de 90 millions de passagers accueillis en 2013, dont près d’un quart du trafic lié aux correspondances, nous nous devons d’être et de rester attractifs. C’est notre principal enjeu. Les aéroports s’intègrent de plus en plus au sein d’un écosystème local et international. C’est pourquoi, le sens de l’autre, du client comme du collaborateur, est primordial.

 

« Être le maillon
d’une chaîne complexe d’acteurs très divers au sein d’un écosystème si humainement riche. »

Comment la DRH gère-t-elle un tel écosystème ?
ADP, c’est 700 métiers différents et 9 000 collaborateurs dans le groupe. Voilà notre richesse. Nous englobons beaucoup de corps de métiers dont, notamment l’ingénierie, les opérations aéroportuaires (ou exploitation), la maintenance des infrastructures, la sécurité, le développement commercial, l’immobilier et l’ensemble des activités dites fonctionnelles (ressources humaines, finances, achats, etc.). La mission quotidienne de nos salariés est de faire en sorte que l’ensemble des flux – passagers, bagages, fret et avions – se déroule le mieux possible. « En parallèle », mes équipes et moi-même, nous nous assurons de la meilleure gestion des « flux » de salariés en cherchant, d’une part, à avoir les meilleures compétences au bon endroit et, d’autre part, à favoriser les parcours de carrières permettant d’accompagner et de développer les compétences des collaborateurs du groupe.

 

Au sein d’un environnement international, comment favorisez-vous l’évolution des collaborateurs ?
Nous consacrons 6 % de notre masse salariale à la formation. Plus de 220 000 heures de formation sont assurées chaque année, pour l’ensemble de nos collaborateurs. Nous accompagnons chaque potentiel dans son développement grâce à nos processus de revues de carrière. Nous favorisons et accompagnons la mobilité interne au sein d’ADP mais aussi à l’intérieur du groupe et vers nos partenaires (TAV, Schipol et Incheon), en France comme à l’étranger. Les perspectives d’évolution, nos modes de rémunération, les opportunités de métiers, l’ouverture à l’international sont autant de facteurs qui fidélisent nos talents.

 

LES VIVIERS CADRES
Nous recrutons en CDI environ une centaine de personnes par an. Parmi eux, les jeunes diplômés peuvent non seulement être recrutés sur des besoins spécifiques et ciblés mais ils ont aussi l’opportunité de « faire leur gamme » au sein du programme « viviers cadres ». Affectés dans l’un des 3 pôles d’activité que sont l’exploitation, les projets techniques ou les fonctions Support (RH, finances et commerce/marketing), chaque cadre vivier réalise trois missions successives de huit mois, avant de se fixer sur un poste. « Ce dispositif leur permet de découvrir l’entreprise, ses activités et son réseau interne. Ils voient ainsi un peu mieux là où ils peuvent aller pour débuter leur carrière. Chaque pôle d’activité accueille en moyenne quatre candidats par an, ce qui ouvre les portes à une douzaine de jeunes diplômés ! En tout, nous avons déjà formé environ 70 cadres sur ce parcours (dont moi-même il y a déjà quelques années). »

 

VC

 

Contact :
christophe.laurent@adp.fr