N°1 de la literie en Europe, ADOVA veut réveiller le marché des matelas et des canapés dépliables à grand renfort de technologies. Jacques Schaffnit (Polytech Clermont Ferrand 86, IAE 87), Président du Directoire du groupe, dévoile les coulisses de cette transformation aussi bien numérique que managériale.

 

Pour être le leader dans son secteur, Jacques Schaffnit n’a pas hésité à secouer les habitudes de collaborateurs… et ses habitudes de managers ! Son objectif : développer une culture d’entreprise mêlant diversité et la communication. « L’intergénérationnel est un élément clé de nos équipes car il est essentiel pour une société d’être le reflet de la France. La communication est aussi un de nos piliers. En tant que top manager, je souhaite partager clairement notre stratégie et offrir un regard concret sur notre situation. C’est essentiel pour atteindre les objectifs commerciaux et industriels que nous nous sommes fixés. Ici, pas de non-dits, nous pouvons tout nous dire. » Le collaborateur occupe ainsi une place centrale chez ADOVA. « Une entreprise, ce n’est pas que des produits, c’est aussi ceux qui les fabriquent. » Jacques Schaffnit met un point d’honneur à mettre en avant ses équipes. « Nous avons à cœur d’accompagner nos équipes pour se développer professionnellement et personnellement avec nous. Les aider à trouver cet équilibre, voilà notre ambition. »

 Au cœur de l’industrie du futur

La proximité est donc le maitre-mot d’ADOVA. Son Président du Directoire s’illustre ainsi comme un fervent défenseur du made in France, un objectif qu’il entend atteindre grâce à la technologie. « Nous avons développé un plan très ambitieux qui se traduit par la refonte de nos bâtiments pour créer les premières usines 4.0. Nous impliquons les étudiants et les jeunes diplômés dans ce projet, car ils représentent le savoir-faire français. » Grâce à un partenariat avec l’Université Technologique de Troyes et l’Université de Troyes, ADOVA entend d’ailleurs rendre à l’industrie française ses lettres de noblesse. « La France possède le savoir-faire intellectuel et manuel. Avec la refonte de nos sites de productions, nous restons compétitifs. » Digitalisation des process, prévention des risques et des pannes, commande automatique des pièces de remplacement lorsqu’une machine est défectueuse… Qu’on se le dise, travailler pour ADOVA, c’est être acteur de la révolution industrielle ! Et si vous êtes attirés par cet acteur majeur de l’industrie de la literie, n’oubliez pas de faire valoir vos qualités d’écoute. « Savoir écouter les autres est une compétence qui s’est perdue. Les managers sautent trop vite aux conclusions sans prendre le temps de s’intéresser à leurs collaborateurs. Il faut savoir poser des questions et écouter les réponses. »

Polytech, la meilleure école pour devenir Président d’un grand groupe ? « Elle m’a doté de solides bases, notamment au niveau des capacités de raisonnement, qui m’ont permis de construire mon parcours. Polytech m’a aussi appris à rester humble et à prendre de la hauteur sur une situation. Elle m’a transmis un important bagage technique et intellectuel. »

Le + ADOVA ? L’ambition dans le plaisir !

Chiffres clés : 7 marques (Dunlopillo, Simmons, Tréca, Sleepeezee, Diva, Steiner et Bliss) / 1 500 collaborateurs en France / 7 sites de productions en France / Présent en Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Espagne, Portugal, Pologne, Tunisie, Roumanie et Chine 

Contact : jschaffnit@adova-group.com

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.