POUR ALAIN BONNIN, PRÉSIDENT DE L’UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE, PRÉPARER L’AVENIR DE L’UB PASSE PAR DES PROJETS AMBITIEUX ET INNOVANTS : INTENSIFIER LES LIENS AVEC LES MILIEUX ÉCONOMIQUES, PROPOSER DES MASTERS INTERNATIONALISÉS, DÉVELOPPER L’APPRENTISSAGE, ET SURTOUT UNE DIFFÉRENCIATION INTELLIGENTE DE SES DOMAINES D’EXCELLENCE SCIENTIFIQUE.

© Y. Arbelet

© Y. Arbelet

Pourquoi est-ce si essentiel que l’université innove ?
Il s’agit de se préparer aux mutations, de préparer notre avenir. Pour cela, il faut une stratégie solide et ambitieuse, adossée à des investissements. En 4 ans, nous aurons investi plus de 8 millions d’euros sur fonds propres notamment pour développer nos installations scientifiques et pédagogiques. La bonne gestion de l’uB est une de mes fiertés.

 

Quelle impulsion avez-vous engagée dans vos relations avec le monde économique ?
Mon ambition est de transformer la nature de nos relations à l’instar de notre chaire industrielle adossée au nouveau parcours du master science de la matière dédié au nucléaire. L’objectif est d’en monter une dans chacun de nos 6 domaines scientifiques.

 

L’offre de masters internationalisés se développe également ?
Un master internationalisé, c’est un master en anglais, une approche de contenu et des étudiants internationaux. Je souhaite que notre offre s’étoffe pour développer notre visibilité et notre attractivité à l’international. C’est pour nos étudiants une opportunité de préparer leur avenir professionnel en développant leur adaptabilité, leur ouverture aux autres, à d’autres cultures, leur maîtrise de l’anglais.

 

Quel projet en matière d’apprentissage ?
Le projet « Cité de l’alternance » comprend deux volets. Un volet pédagogique permet à des étudiants en difficulté en 1e année de basculer vers un cursus en alternance. Et inversement aux alternants les plus talentueux de poursuivre des études longues et plus théoriques. Ce dispositif sera en place fin 2015. Le volet hébergement vise à offrir une gestion hôtelière adaptée aux besoins des alternants.

 

6 DOMAINES SCIENTIFIQUES
Aliment et environnement
Santé (health) et ingénierie moléculaire
Photonique et matériaux avancés
Apprentissage et santé (care)
Patrimoine et territoires
Vigne et vin

 

Comment assurer la réussite de 27 000 étudiants ?
Les étudiants sont notre raison d’être. Leur réussite passe par le travail quotidien de nos équipes, des actions stratégiques et la mise en place de dispositifs dédiés. Notre journée d’accueil des nouveaux étudiants est devenue une semaine d’accueil. Cela leur permet de prendre leurs marques, de découvrir le campus, ses services et dispositifs d’accompagnement, de rencontrer les associations étudiantes. Ils sont tout de suite inclus dans un collectif. La réussite passe lorsque nécessaire par des aides spécifiques. Ainsi, une soixantaine d’étudiants a déjà bénéficié des services de notre centre des pratiques de l’écrit et de l’oral pour développer leur maîtrise de la langue française. Le pendant existe en anglais et permet de se certifier CLES de niveau 2. Construire des cursus en lien avec les entreprises est crucial pour assurer l’employabilité de nos diplômés. Cela vient en complément de nos dispositifs de préparation à la vie active.

 

Comment entendez-vous différencier l’uB dans sa recherche ?
La nature de la recherche évolue. Elle se doit d’être plus inter et pluri disciplinaire. Il faut marier les expertises pour travailler sur des phénomènes complexes. La cartographie de la recherche est issue d’un travail avec nos 29 laboratoires et avec les membres de la ComUE Bourgogne Franche- Comté. L’uB participe pleinement à la stratégie régionale de l’innovation pour une spécialisation intelligente (SRI-SI). Au final, l’uB est pluridisciplinaire tout en étant clairement identifiée sur ses forces dans 6 domaines scientifiques ; c’est cela la différentiation intelligente. Je suis heureux d’avoir engagé l’uB dans cette mutation essentielle pour notre avenir.
www.u-bourgogne.fr

 

La ComUE Université Bourgogne Franche-Comté est née le 1er avril 2015
« L’union est la seule façon de rayonner dans un monde universitaire compétitif et international. »
La ComUE est surtout pour le président Bonnin un outil clé pour maintenir la pluridisciplinarité et l’excellence, « dans la diversité des champs académiques du savoir. » Via une stratégie de différentiation intelligente, la ComUE sera identifiée dans un nombre limité de domaines scientifiques au plus haut niveau. « Par exemple, autour du domaine Vigne et vin s’articulent des expertises en microbiologie, en géologie, en chimie, en géographie, en management, en commerce international, etc… La communauté académique pourra déployer une recherche et une formation de haut niveau, les valoriser auprès des entreprises et des étudiants, nous connecter aux forces économiques et aux pôles de compétitivité, rayonner à l’international. » Dès 2017, les écoles doctorales de la ComUE seront conjointes.

 

A. D-F