CGI, GDF SUEZ et Lagardère ont rejoint l’aventure du CDMGEU dès sa création en 2008. Retour sur cette belle histoire avec Julien Cotte, Directeur du Recrutement et de la Mobilité CGI, René Rozot, Directeur Attraction des Talents et Marque Employeur GDF SUEZ et Marion Genieis, Responsable Emploi Groupe Lagardère.

 

Les collaborateurs GDF SUEZ avant le relais 4x100 m Partenaires !

Les collaborateurs GDF SUEZ avant le relais 4x100 m Partenaires !

1. Il y a 6 ans le CDMGEU n’était qu’un projet un peu  » fou  » et innovant. Quelles sont les raisons qui vous ont poussés à vous lancer dans l’aventure ?
Marion Genieis : Nous cherchions un événement décalé, original et jamais vu. Cette opportunité de rencontrer un maximum d’étudiants de grandes écoles et universités sur une même journée nous a séduits immédiatement. Cela correspondait parfaitement à nos attentes ! L’une des valeurs du Groupe est l’Audace, c’est donc sans hésiter que nous nous sommes lancés dans cette aventure, avec dès le départ la volonté de nous inscrire dans la durée.
René Rozot : En 2008, GDF SUEZ naissait de la fusion Gaz de France et SUEZ. Notre ambition était de communiquer sur notre nouvelle image et nos métiers. L’enjeu était davantage lié à notre notoriété qu’à une politique de recrutement. Et le concept même du CDMGEU nous a convaincus : un événement ludique, fun, qui casse les codes ! Il offre la possibilité d’avoir de vrais échanges avec de nombreux étudiants de profils très variés.
Julien Cotte : Vous l’avez dit parce que c’était un projet innovant ! CGI, en tant que société de services en technologies de l’information, a pour fondement de suivre tout ce qui se rattache à l’innovation. Le large panel d’écoles et d’universités était aussi décisif puisque parmi les plus de 1 200 personnes que nous recrutons chaque année, 60 % sont des jeunes diplômés. Enfin les valeurs sportives d’effort collectif et de dépassement de soi font écho aux valeurs de notre Groupe et à notre quotidien.

 

2. Le CDMGEU devient un rendez-vous incontournable dans la vie étudiante des grandes écoles & universités. Quel regard portez-vous sur cette évolution ?
M. Genieis : Nous avions très vite perçu le succès du CDMGEU, beaucoup d’étudiants avaient répondu présents pour la Saison 1. C’est une évolution incroyable ! Aujourd’hui le CDMGEU est intégré dans notre calendrier d’une année à l’autre, et il est devenu un rendez-vous incontournable pour nos équipes. Même si c’est un samedi, les collaborateurs reviennent avec le sourire !
R. Rozot : Lors de la conférence de lancement en janvier, j’étais étonné de l’engouement des étudiants qui se préparaient déjà pour cette Saison 6 ! C’est un événement attendu des étudiants et important pour eux. En interne, nous n’avons plus besoin de convaincre la centaine de collaborateurs présente chaque année. Et nous avons souhaité très vite donner une dimension internationale au CDMGEU, devenue incontournable.
J. Cotte : Le CDMGEU gagne en maturité au fil des ans. La sensibilisation au Handicap est venue s’ajouter aux autres dimensions de l’événement, cela révèle une ouverture d’esprit : il est important de continuer à se battre pour faire tomber les préjugés. Le travail de proximité des organisateurs avec les écoles et les universités est également significatif. Aujourd’hui, c’est une manifestation rodée !

 

3. Un souvenir marquant
M. Genieis : Sans hésiter, l’ambiance ! Avec le bruit des fanfares, l’effervescence collective, c’est une journée intense où l’entreprise doit donner de la voix pour se faire entendre ! Au-delà des guerres de classement inter-écoles, les étudiants célèbrent le fair-play et la convivialité.
R. Rozot : Je dirai la cérémonie de remise des prix. C’est un moment très intense ! Je me souviens avoir été une année collé contre le mur à l’arrivée de la centaine d’étudiants venue récupérer leur prix sur l’estrade. Je me suis alors demandé  » Mais que va-t-il m’arriver  » !
J. Cotte : Le plus étonnant ce sont les mascottes qui viennent avec leurs CV échanger sur nos stands ! Cela nous oblige en tant que recruteur à nous mettre dans une autre posture, et à ne pas se fier aux apparences. Le fun est allié à l’emploi, ces dimensions ne sont pas incompatibles !

 

Audrey Froitier