Communiqué de presse:

L’ouverture à l’international constitue l’une des dimensions naturelles de la formation des élèves ingénieurs au sein des écoles d’Yncréa Méditerranée (ISEN Toulon – ISEN Marseille – Yncréa Nîmes). Expérience professionnelle à l’étranger obligatoire, cours en langues étrangères, intervenants étrangers, partenariats avec des universités internationales constituent le socle de la dimension internationale des cursus. C’est aussi dans ce cadre qu’Yncréa s’est attaché les services de Normand Beaudry, ancien responsable des partenariats Europe de l’Université de Laval au Québec, en tant que responsable des relations internationales.

 

La place prise aujourd’hui par la dimension internationale, au sein des cursus de l’ISEN Toulon, est de plus en plus importante. « Nos étudiants doivent réaliser, au cours de leur cursus, un minimum de 3 mois à l’étranger dans le cadre d’un stage. Nous renforçons aussi en interne les cours et projets en lien avec l’international. Cela passe par la tenue de plus de plus régulière de cours en anglais et par la participation d’enseignants-chercheurs étrangers » affirme Normand Beaudry, responsable de relations internationales d’Yncréa Méditerranée.
Les étudiants de l’ISEN ont également la possibilité de réaliser un double diplôme au sein de l’une des universités partenaires (Europe, Asie, Océanie, Amérique du Nord). L’école encourage les étudiants souhaitant se rendre à l’étranger, pour réaliser un projet personnel leur permettant d’acquérir de nouvelles compétences, à faire une année de césure. Ils poursuivent leur cursus initial à leur retour.

 

 

Les entreprises cherchent des ingénieurs au profil tourné vers l’international

La dimension internationale, c’est-à-dire la maitrise d’une langue étrangère et d’une culture de travail ouverte sur le monde, est essentielle pour l’ingénieur d’aujourd’hui et de demain. Elle est, pour beaucoup d’entreprises, une condition de base dans le recrutement d’un ingénieur. L’ISEN Toulon le constate au quotidien avec ses partenaires comme Gémalto, leader mondial de la sécurité numérique, qui favorise la venue dans ses équipes de jeunes ingénieurs ayant connu une expérience à l’étranger dans le cadre de leurs études.
« Nous souhaitons donner à nos étudiants les clés pour réussir à intégrer ces grands groupes. Par exemple, certains de nos étudiants en contrat de professionnalisation ont été amenés, en accord avec leur entreprise et l’école, à réaliser leur année d’alternance à la fois en France mais aussi sur un site à l’étranger. Nous encourageons la mobilité » affirme Normand Beaudry.

 

 

Renforcer « l’internationalisation à domicile » pour poursuivre le développement international

L’international est un axe important de développement pour Yncréa. « Il faut que la dimension internationale soit à double sens et non à sens unique. Partir étudier ou réaliser un stage à l’étranger n’aura de sens, pour un étudiant, que s’il y a une continuité dans le programme qu’il suivra en France. Nous souhaitons renforcer ce que j’appelle « l’internationalisation à domicile », c’est-à-dire la capacité d’Yncréa Méditerranée à proposer des pédagogies tournées vers l’étranger dans un environnement de travail et d’études français » affirme Normand Beaudry.
Cette pédagogie passera par la création de spécialisations dans lesquels les cours seront dispensés uniquement en langue étrangère, mais aussi par des jumelages entre les étudiants de l’ISEN et des étudiants d’universités partenaires. Le renforcement des liens est essentiel, comme ce fut le cas récemment avec l’université canadienne de Terre-Neuve, mais aussi des universités Tchèques ou Malaisiennes qui renforcent le maillage construit aux quatre coins du monde. « Nous souhaitons que l’échange soit permanent, et qu’il s’affirme aussi par l’accueil d’enseignants-chercheurs des pays étrangers pour dispenser des cours et des ateliers au sein de l’ISEN. »