Les doubles diplômes X/HEC et ESSEC/Ulm

 

Les recruteurs valorisent de plus en plus la double compétence et la double culture. En signant des accords en 2012, l’École Polytechnique et HEC, l’ESSEC et l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, institutionnalisent des filières que certains de leurs étudiants avaient déjà explorées. Ces doubles diplômes sont noués entre partenaires de longue date, dans une optique de complémentarité et de préparation de profils très performants.

Françoise Rey, directrice générale adjointe de l’ESSEC

Françoise Rey, directrice générale adjointe de l’ESSEC

Double diplôme X/HEC : une double culture du management

S’agit-il de former des ingénieurs managers ?
« L’École Polytechnique forme de futurs managers avec un accent marqué sur le leadership, explique Rachel-Marie Pradeilles-Duval, son directeur des études. Ce double diplôme vise donc à intégrer une forme de multiculturalité du management ingénieur et axé sur la gestion, l’économie, la finance. »

 

Quelle sera la valeur ajoutée des diplômés ?
Ils pourront intégrer les mêmes métiers et secteurs que tous les diplômés des deux écoles, ce qui élargit le spectre des opportunités. « Ils seront identifiés comme possédant une forte culture scientifique, une capacité à l’entreprise », souligne Rachel-Marie Pradeilles-Duval. Ils se placeront dans des domaines valorisant une double culture comme le conseil, la banque diplôme leur permettra d’y renforcer leur légitimité, précise Bernard Ramanantsoa, directeur d’HEC. Pour de nombreuses entreprises les doubles formations deviennent presque une nécessité. Les débouchés sont donc innombrables et aussi en matière de création d’entreprise. » Les premiers étudiants intègreront le double diplôme X/HEC à la rentrée 2013. Depuis la réforme de la scolarité X 2000, les élèves-Polytechniciens réalisent un an dans un autre établissement au titre de leur 4ème année. Depuis plus de 10 ans, 10 à 20 d’entre eux font le choix de passer un an à HEC au sein d’une spécialité d’ouverture : « Business strategy », « Finance » ou « HEC Entrepreneurs ». « Nos écoles membres de ParisTech ont une tradition d’échange sur leur pédagogie, sur la double compétence, rappelle Rachel-Marie Pradeilles-Duval. Nous partageons nos critères d’excellence et de multiculturalité. » De plus, il existe un parcours commun aux écoles, la Majeure « Quantitative Economics & Finance » qui accueille 10 à 20 élèves par an. « Ce qui nous amène à proposer un double diplôme est notre certitude de pouvoir former des profils intéressants, originaux et très performants » ajoute Rachel-Marie Pradeilles-Duval. « Le double diplôme s’inscrit dans le prolongement de relations anciennes en matière de formation conjointe, de recherche, souligne le directeur d’HEC. Nous pensons que, dans un monde où la technologie est reine, ces étudiants auront une formation idéale pour se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. » Les établissements prévoient que 5 élèves de chaque école intègrent chaque année le double diplôme.

 

Comment intégrer le double diplôme
Pour les X : Les élèves soumettront une lettre de candidature au printemps de leur 3ème année. Ceux retenus, passeront le triptyque épreuve orale d’entrée à la Grande École HEC.
Pour les HEC : En parallèle de leur 1ère année à HEC, les élèves préparent une licence de mathématiques, ils sont 36 actuellement dans ce cas. Ceux qui le souhaitent pourront présenter en mars leur candidature au concours réservé aux universitaires de l’École Polytechnique.

Une Scolarité en 5 ans
Pour les X : Ils suivent les 2 ans de cursus master d’HEC après 3 ans à l’X.
Pour les HEC : Après un an à HEC, ils intègrent la 1ère année de l’X qui débute par 8 mois de formation humaine et militaire en tant qu’élèves- officiers, puis réalisent le cycle ingénieur. La 4ème année est réalisée à mi-temps entre l’X et HEC. Ils terminent leur formation en intégrant une majeure à HEC.

 

Double diplôme ESSEC/ENS Ulm : une hybridation des compétences

Les Khâgneux pouvaient déjà présenter les concours des ENS et des écoles de management, et intégrer deux formations en double admission (lire interview de Thibaut Normand). « L’accord signé l’an dernier va plus loin, explique Françoise Rey, directrice générale adjointe de l’ESSEC, en donnant la possibilité un double diplôme. Trois étudiants de l’ESSEC viennent de faire ce choix, nous sommes en train de finaliser l’arrivée des normaliens. » Les écoles prévoient des effectifs de 5 étudiants de chaque école par an, co-sélectionnés sur dossier.

 

Quelles filières peuvent suivre les étudiants ?
Les ESSEC peuvent suivre deux filières à Ulm : Géographie et Sciences cognitives, « il y en aura d’autres, annonce Françoise Rey. Les élèves sont sélectionnés sur leur motivation et l’assurance que la double formation leur apporte la complémentarité dont ils ont besoin pour réaliser leur projet professionnel. L’ESSEC nourrit un fort soucis d’hybridation des compétences, de pluridisciplinarité. Ces doubles diplômés auront une agilité, une intuition, une écoute des autres et de leur environnement hors pair. » Pour quels métiers ? Les ESSEC de la filière géographie pourront exercer en collectivité locale, en entreprises nouant des partenariats/ public/privé. Ceux des Sciences cognitives les appliqueront à l’étude du consommateur, la communication, la publicité, le marketing, les réseaux sociaux. De leur côté, les ENS pourront apprendre tous les métiers du management.

Un cursus en 5 ans
Les 1ère et 2ème années se déroulent dans l’école d’origine, puis les élèves intègrent le master de l’école partenaire pour 2 ans. Les ESSEC suivent un master recherche à l’ENS dans les filières Géographie ou Sciences cognitives. Puis passent la 5ème année à l’ESSEC et finalisent les exigences de 18 mois en entreprise et 9 mois à l’international. Pour les ENS il s’agit d’obtenir les 24 UV du cycle master de l’ESSEC qui leur accorde une équivalence de 8 UV ; de réaliser les 18 mois en entreprise – par exemple en réalisant la 5ème année à Ulm en alternance en entreprise – ; et les 9 mois à l’étranger.

 

Thibaut Normand a intégré l’ESSEC et l’ENS Ulm en double admission , il sera double diplômé en 2015.
Pourquoi avoir tenté les deux concours ?
Après ma prépa littéraire, je visais l’ENS Ulm où les places sont chères. J’ai tenté ma chance en école de management pour pouvoir rebondir en cas d’échec à l’ENS. Lorsque j’ai été reçu aux deux concours, j’ai contacté l’ESSEC qui m’a permis de retarder mon admission d’un an et d’aménager les deux cursus.
Comment se déroule votre cursus ?
En alternance sur 5 ans à Ulm et à l’ESSEC. Je dois aussi valider les obligations de stages et séjours à l’étranger. Après la 1ère année d’Ulm, j’ai choisi en master la filière Sciences cognitives. A l’ESSEC, je suis heureux de découvrir de nouveaux domaines via les cours électifs (musicologie, histoire, économie, latin) comme fondamentaux.
Quelle est sa valeur ajoutée pour vous ?
Je suis passionné par mes études littéraires, mais je savais que je ne souhaitais pas exercer dans l’enseignement ou la recherche. C’est donc une opportunité unique de m’ouvrir au monde de l’entreprise tout en poursuivant une formation intellectuelle. J’ai gagné en polyvalence. Le développement  humain est un autre atout de l’ESSEC grâce àune vie associative et de promo très intense, un esprit « de famille ». Ce double diplôme sera un passeport pour exercer dans le domaine qui me plaira. J’hésite encore entre la finance, les RH ou le marketing.

 

A. D-F