« Je l’ai dit : l’emploi des jeunes est une priorité. »

 

Xavier Bertrand

Xavier Bertrand

Quelles sont les priorités de la présidence française du G20 qui sont à l’ordre du jour en matière de travail et d’emploi en septembre ?
Cette deuxième réunion ministérielle a pour objectif de formuler des recommandations pour le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui aura lieu en novembre prochain à Cannes. Associer la dimension sociale aux dimensions économiques et financières est au coeur des priorités de la Présidence française du G20. Parmi les priorités à l’ordre du jour, il y aura bien sur la question de l’emploi notamment des jeunes et des plus vulnérables. Il s’agira également de réfléchir au développement d’un socle de protection sociale adapté à la situation de chaque pays, d’assurer un meilleur respect des droits sociaux du travail, et de favoriser une meilleure cohérence des politiques entre les différentes organisations internationales. Notre volonté est de répondre aux préoccupations sociales, en amortissant les effets de la crise économique mondiale et en promouvant une forte dimension sociale.

 

La lutte contre la fraude sociale !
La lutte contre la fraude est une question de justice et elle est indissociable de la valeur travail. Nous allons renforcer la lutte contre les fraudes. Pour lutter efficacement contre la fraude il faut mieux prévenir les fraudes et les abus, renforcer les outils de contrôle, et mieux sanctionner. Nous allons par exemple renforcer la lutte contre les arrêts de travail abusifs. De la même façon, celui qui fraude aux allocations doit être sanctionné. Sur le travail clandestin, le dernier texte sur l’immigration dit très clairement qu’on pourra fermer administrativement l’entreprise qui fonctionne avec le travail clandestin. Rendre plus efficace la lutte contre les fraudes c’est aussi croiser davantage les informations entre services et organismes. J’en ai bien conscience, certains des outils sont récents et il est normal que les acteurs aient besoin de se les approprier. Mais les fraudeurs doivent savoir qu’il n’y aura aucune indulgence. Le fraudeur ne devra plus seulement rembourser mais il aura également une pénalité. Enfin, en ce qui concerne la méthode, il faut agir au plus près du terrain et cibler nos actions en s’intéressant prioritairement aux secteurs d’activité dans lesquels nous savons qu’il y a davantage de fraude.

 

Pensez-vous que la tendance du chômage à la baisse va perdurer ?
La lutte contre le chômage s’inscrit sur le long terme. Il n’est donc pas question de relâcher nos efforts. J’ai une double priorité l’emploi des jeunes et les chômeurs longue durée. Mon objectif est de passer avant la fin de l’année, à un taux de chômage inférieur à 9 % en métropole. De nouvelles mesures pour l’emploi vont entrer en vigueur très prochainement. Parmi ces mesures, près de 300 millions d’euros seront réorientés vers les contrats de professionnalisation, et le contrat de sécurisation professionnelle, voulu par le Gouvernement et les partenaires sociaux, permettra aux bénéficiaires de retrouver plus rapidement un emploi grâce à un accompagnement renforcé.

 

Tout pour l’emploi des jeunes
Je l’ai dit l’emploi des jeunes est une priorité. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de mettre en place un plan très ambitieux en faveur de la formation en alternance. La formation en alternance répond aux besoins aussi bien des jeunes que des entreprises et je rappelle que pour le jeune c’est plus de 8 chances sur 10 d’être en emploi moins d’un an après son diplôme. Contrairement aux idées reçues, la formation en alternance est une voie inédite de promotion sociale et de réussite professionnelle. Choisir cette voie signifie gagner en autonomie tout en continuant ses études et augmenter ses chances d’obtention d’un emploi à la sortie. Les mesures que nous proposons ont pour objectif d’inciter les entreprises à embaucher davantage d’alternants et de simplifier les démarches pour les jeunes et pour les entreprises. Je rappelle que c’est un demi milliard d’euros qui a été mobilisé dans le cadre du Grand Emprunt pour la création de CFA ou de logements pour les apprentis. Par ailleurs, la proposition de loi Cherpion permet d’apporter des garanties pour développer, simplifier la formation en alternance, et valoriser le statut des apprentis en leur donnant les mêmes droits qu’aux étudiants en termes d’accès aux restaurants et aux logements universitaires. Pour les jeunes les plus difficulté, la création d’une prépa-apprentissage permettra de bénéficier d’une remise à niveau en CFA avant de s’engager dans une formation diplômante en apprentissage.

 

La mobilisation des sous-préfets pour « coordonner l’action des services publics de l’emploi, en lien notamment avec les chefs d’entreprises et les organismes de formation » sur les territoires fait-elle partie de vos actions prioritaires ?
J’ai une approche très pragmatique de la politique de l’emploi, et je l’assume. Je pense qu’il faut agir au plus près du terrain pour le maximum d’efficacité. J’ai ainsi demandé aux sous-préfets de mobiliser sur leur territoire tous les acteurs locaux de l’emploi. Cette méthode obtient des résultats parce qu’elle permet une réponse adaptée à chaque bassin d’emploi pour rapprocher l’offre et la demande d’emplois. ll faut aussi travailler à réduire le délai de satisfaction des offres et j’ai fait du recrutement pour les métiers en tension, c’est-à-dire les métiers qui rencontrent des difficultés de recrutement, une vraie priorité.

 

Votre plan de carrière politique ?
Je n’ai jamais fait de plan de carrière, et cela m’a plutôt réussi. En tant que ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé j’ai le devoir de rester concentré sur mon action pour répondre le mieux possible aux préoccupations de nos concitoyens, que ce soit dans la lutte contre le chômage, la lutte contre les fraudes ou encore l’accès à des soins de qualité. Dans cette démarche, le travail, l’équité, la justice, sont les valeurs qui guident mon action.

 

Patrick Simon