Wavestone, leader français du conseil en transformation d’entreprises connaît depuis sa création en 1990 une croissance forte, et est de plus en plus présente à l’international. Une formidable success-story que Maximilien Bouilly (Supélec 05), l’un de ses managers, partage depuis maintenant dix ans. Rencontre…

 

Qu’est-ce qui explique le succès de Wavestone, entreprise qualifiée « d’innovante » par BPI France ?

Tout d’abord, et c’est essentiel, Wavestone est totalement indépendant. L’entreprise ne fait que du conseil, n’a noué aucun lien commercial et est guidée par le seul intérêt de ses clients. Extrêmement dynamique, elle est en croissance interne continue et réalise de nombreuses acquisitions lui permettant d’élargir ses terrains d’excellence. Se développant à l’international il y a quelques années, elle y accompagne ses clients (les très grandes entreprises) sur 4 continents. Pour illustrer le caractère innovant de Wavestone, je citerais trois initiatives : le Creadesk, un espace pour booster la créativité, le Data-lab pour créer de la valeur à partir de la donnée et enfin la Faktory pour transformer les concepts en réalité tangible.

Pourriez-vous évoquer pour vos condisciples votre parcours et nous dire ce qui, dans cette entreprise, vous a permis de vous sentir immédiatement en confiance et inspiré ?

Ayant intégré Wavestone à l’occasion de mon stage de fin d’études, je m’y suis aussitôt plu en raison notamment de l’encadrement de proximité mis en œuvre qui comportait beaucoup d’entraide et de partage avec les collaborateurs plus expérimentés. Ayant appris le métier comme consultant, j’ai peu à peu intégré le management et le pilotage d’activités. Et, après un crochet à l’international, en pionnier, à Londres durant un an (au terme duquel, nous avons ouvert un bureau sur place), j’ai pris la responsabilité d’équipes plus larges et de projets de plus en plus importants et stratégiques. Dix ans plus tard, après une soixantaine de missions réalisées, je ne vois toujours pas le temps passer ! L’extrême diversité du métier me permet de grandir et de m’épanouir. J’apprécie particulièrement d’être en prise directe avec le développement de ce cabinet.

Majorellle – Solucom – La défense 2015

Pouvez-vous nous parler du dispositif d’intégration mis en place au sein de Wavestone  pour optimiser l’intégration des jeunes recrues et leur permettre de s’épanouir professionnellement ?

Ce dispositif compte 4 temps forts : journée d’accueil, réunion d’intégration générale (tout le monde est là), parcours de formation (au sein de notre université d’entreprise, via une sélection mensuelle de MOOC ou encore notre plate-forme de e-learning), et enfin un management de proximité complété par un parrainage mis en place les premiers temps (même pour les stagiaires). Derrière le label évoqué, c’est l’attention portée au parcours personnalisé de chacun qui compte. Également, les collaborateurs de Wavestone ont la possibilité de s’impliquer dans le plan stratégique de l’entreprise à l’occasion d’ateliers ; ces échanges nous permettant d’avancer collectivement beaucoup plus vite. Enfin, l’implication de Wavestone en matière de RSE (fondation, partenariats, journée de solidarité power day…) est un petit supplément très apprécié de tous.

Quel message ou conseil souhaiteriez-vous transmettre aux jeunes diplômés au moment où ils vont aborder leur vie professionnelle ? N’hésitez surtout pas à vous appuyer sur le réseau des anciens de Supélec, large et puissant, j’y ai toujours été très bien accueilli. C’est un outil dont nous pouvons être fiers et qu’il faut pérenniser.

 

Micro-CV :  Avril 2006 : stage de fin d’étude chez Wavestone /  Octobre 2006 : consultant chez Wavestone, practice Digital and Emerging Technologies / 2010 : manager / 2011 : 1 an à Londres, en partenariat avec le cabinet DMW

Chiffres clés : 2500 collaborateurs / CA pro-forma : 326 M€ pour 2015/2016 / 500 embauches (70% de jeunes diplômés) et 200 stages par an

Contact : maximilien.bouilly@wavestone.fr