Ça y est : j’ai reçu mon affectation. J’irai effectuer mon expérience terrain en établissement psychiatrique. Il n’a pas été facile de choisir parmi les 600 missions proposées, mais je ne regrette pas un instant ma décision d’avoir demandé un stage en milieu psychiatrique. D’après mon planning, il s’agira d’accompagner les équipes de maintenance et d’entretien, et de participer à la prise en charge des patients pendant près d’un mois. Ce sera ma première approche de la vie interne d’une entreprise. J’ai hâte ! Arthur Boutouyrie, étudiant 1e année Grande Ecole à l’ESSEC Business School

 

Demain, dès l’aube…

Mon premier jour me fera, je l’avoue, un peu regretter ma décision : mes horaires me forcent à me lever à 5h. La journée est dure, physique – j’y fais beaucoup de plomberie et de petits travaux -, me retrouver au sein de la clinique est désarçonnant. Je me rends compte que je suis rentré dans un tout autre monde que celui que je connaissais jusqu’alors. Toutefois, mes nouveaux collègues font ce qu’ils peuvent pour m’aider et m’accompagner : ils me donnent des consignes, m’expliquent, m’accompagnent.
Il est assez difficile d’expliquer ce que l’on ressent les premiers jours lors d’un tel dépaysement : je me souviens bien m’être senti perdu, mais déterminé à la fois. J’avais envie de m’intégrer et d’être utile, bien qu’il ne m’ait jamais été donné d’exercer une quelconque activité de ce genre auparavant.

Une expérience unique

L’un des principaux atouts de cette expérience a été, pour moi, la multiplicité de ses facettes qui en font véritablement quelque chose d’unique et de formateur. C’est une aventure avant tout professionnelle : à la fois dans la découverte du milieu en lui-même, avec ses horaires et ses contraintes, mais aussi des relations entre collègues ou avec la direction qui s’avèrent très différentes de celles que l’on peut avoir entre amis bien entendu, mais aussi de celles que l’on peut avoir dans un milieu scolaire avec ses professeurs ou l’administration. C’est également une aventure humaine, car on y rencontre des gens provenant de toutes les catégories sociales et socio-professionnelles. Enfin, cela reste une aventure très personnelle, parce qu’il s’agit de se confronter à l’inconnu total, de se remettre en question en permanence. Bref, il y faut savoir rester humble et ouvert en toutes circonstances. Je pense y avoir beaucoup appris, et parfois dans des domaines auxquels je ne m’attendais absolument pas !

Une foule d’enseignements

Dans mon cas, je me suis retrouvé tour à tour agent de maintenance, d’entretien et parfois assistant d’aides-soignants. J’y ai donc effectué plusieurs métiers requérant pléthore de compétences sans aucun lien avec mes études actuelles : la plomberie, la serrurerie, le service lors des repas des patients, puis la plonge. J’ai également pu observer quelques soins basiques et les gestes à adopter avec les personnes en difficulté mentale. Toutefois, on ne peut absolument pas dire que cette expérience terrain ait été une pause ou un à-côté du cursus scolaire à l’ESSEC, c’en est bien la continuité. Vivre la vie d’une organisation employant 180 personnes pour autant de patients en tant qu’exécutant s’avère extrêmement intéressant et formateur quant aux relations entre la direction et le personnel, ainsi qu’entre les différents services. Il y a de fait de nombreuses leçons à retenir quant au fonctionnement du management dans les faits ; des leçons qui, je le sais, me seront utiles au sein de l’ESSEC comme en dehors. Enfin, évoluer dans le contexte particulier de la psychiatrie a été pour moi une source quotidienne d’étonnements, d’émotions, de bonnes ou mauvaises surprises et finalement une grande leçon d’humanité au travers de ces personnes que l’on a trop souvent tendance à oublier ou ignorer. Ces personnes en difficulté mentale, de tous âges et de tous horizons, nous renvoient à ce que nous sommes et ce que nous pourrions être.

Un souvenir inoubliable

J’ai donc passé un mois bien rempli, éprouvant tant physiquement que mentalement. Mais cela a été pour moi une expérience unique jusque-là, qui m’a, je pense, aidé à progresser et avancer personnellement, et qui j’en suis convaincu se révèlera plus tard un atout pour moi, tant sur le marché du travail que dans ma manière de travailler !

Pour en savoir plus sur l’expérience Terrain de l’ESSEC : https://www.youtube.com/watch?v=knSJl4MdQxg

 

Envie de découvrir les projets d’autres étudiants hors du commun, c’est par ici :

[SELFIE] La bonne note à tout prix !

Tuteur Privé, c’est LA plateforme qui démocratise le soutien scolaire d’excellence. Découvrez le portrait de son fondateur, François Fourmentin.

[selfie] Traqueur d’odeur

Doctorant à MINES ParisTech, Pedro Affonso Nobrega soutient une thèse sur l’élimination des mauvaises odeurs industrielles grâce au plasma. Explications.

Aux urnes, jeunes citoyens !

Audran Demierre, 17 ans, lycéen et fondateur de la plateforme citoyenne Le French Débat : la politique par et pour les jeunes.

[NOËL] Mes belles startups, reines de Noël

Vous n’avez pas d’idée de cadeau pour Noël ? Suivez le guide pour découvrir des jeunes pousses innovantes et promouvez le made in France ! Food, lifestyle, mode ou loisirs, retrouvez notre sélection

[SELFIE] Siham Meftahi, portrait d’une femme pour les femmes

Safe Eat est une entreprise sociale féminine initiée par Siham Meftahi, élève-ingénieure à Arts et Métiers Casablanca, et lauréate d’Ingénieuses 2018

Silence, cette jeune pousse !

En 3ème année à l’ISEP à Paris, cette étudiante a lancé sa ferme connectée au Cameroun début 2018. Rencontre avec une entrepreneure, la main sur le cœur.

Ma thèse en 180 secondes : doublé gagnant pour Grenoble en finale internationale

Philippe Le Bouteiller a remporté le 2ème prix du jury et le prix du public le 27 septembre dernier à Lausanne pour la finale internationale du concours Ma thèse en 180 secondes

Réfugié-entrepreneur

Réfugié soudanais de 28 ans, Motawakil Ali a pu se lancer dans l’entrepreneuriat grâce au programme Tremplin de l’université Paris-Dauphine.

Pour que les sportifs ne soient pas en RADS !

RADS, c’est le capteur connecté qui mesure les performances des sportifs de haut niveau (ou pas !). Romain Laurent présente l’innovation.

Rigg it !

Edgard Cros, étudiant en animation 3D à l’ESMA Montpellier, rigger hors pair : un profil qui a séduit le studio Illumination Mac Guff qui l’a pris en stage.