Deux hommes, un chien, la déportation, une histoire remarquable ! Qu’est-ce qu’être homme ? Comment découvrir une parcelle d’humanité dans les camps de l’horreur ? Et si la réponse venait d’un chien… Par Françoise Félice.

 

Mort du chien et vie qui s’écroule

Dans une petite ville de Belgique, un médecin octogénaire vient de perdre son chien, écrasé par un véhicule.

Ne supportant pas l’absence de son plus fidèle compagnon, il met fin à ses jours et laisse à sa fille une lettre bouleversante dans laquelle il lui révèle des pans entiers de son existence, cachés jusque-là.

C’est son ami, un humain cette fois, qui prend connaissance de cette lettre, avant de la transmettre à la fille du vieux monsieur.

 

Un secret bien caché

Tour à tour les deux hommes parlent, racontent, expliquent, et à la manière d’une enquête policière, nous font vivre des flashbacks théâtraux pour donner corps à l’histoire de ce secret d’une vie.

Et, saisis par l’émotion, loin de tout pathos malgré tout, nous comprenons pourquoi Samuel Heymann, n’a pas supporté la perte d’Argos, son chien.

Chien qui lui en rappelle tellement un autre, rencontré il y a longtemps derrière un grillage à Auschwitz…

 

Capture chien

L’humanité retrouvée

Mais, bien au-delà de ce contexte historique si particulier, le sujet est tellement universel ! De l’amour à la haine, de la vengeance au pardon, quelle belle leçon d’humanité !

D’humanité humaine mais aussi (et surtout ?) d’humanité animale car « si les hommes ont la naïveté de croire en Dieu, les chiens ont la naïveté de croire en l’homme ».

 

Superbe adaptation

La mise en scène minimaliste (signée Marie-Françoise et Jean-Claude Broche ) donne tout son poids à ce texte magnifique, véritable bijou d’écriture, porté par deux comédiens, Mathieu Barbier et Patrice Dehent, impeccables de justesse et de sobriété.

On sort de ce spectacle, bouleversé, mais avec malgré tout espoir en l’humanité… Et la furieuse envie d’aller immédiatement adopter un chien…

Cette pièce, gros succès au festival off d’Avignon 2016, est extraite du recueil de nouvelles « Les deux messieurs de Bruxelles » d’Eric-Emmanuel Schmitt.

 

Envie d’aller voir cette pièce ?! Le Journal des Grandes Ecoles et Universités vous permet de gagner 10 invitations pour deux personnes. Pour cela, il suffit de vous rendre sur la page Facebook du Journal et de répondre à une question.