Avec plus de vingt marques et 4 800 points de vente dans le monde, Vivarte relève le défi de la mode. Son métier ? Créateur de tendances et de valeurs. Avec un savoir-faire éprouvé depuis plus d’un siècle, le groupe affiche un positionnement unique entre prêt-à-porter, chaussures et accessoires. Un beau challenge pour Fiona Ferrier-Weil (université de Strathclyde 83), Vice-Président Exécutif Marketing.

Fiona Ferrier-Weil (université de Strathclyde 83), Vice-Président Exécutif Marketing

Fiona Ferrier-Weil (université de Strathclyde 83), Vice-Président Exécutif Marketing

Leader français de la mode grand public, Vivarte ne manque pas de challenges. En pleine transformation, le groupe repositionne ses activités autour d’une culture de marque, empreinte de valeurs fortes. « Aujourd’hui, le contexte commercial évolue à vitesse grand V, notamment avec l’avènement du digital. Nous avons pour ambition de nous différentier sur les trois segments de notre métier : la mode, les chaussures et les accessoires. » Avec un enjeu clé, se tenir à la pointe de la créativité, essentiellement sur le secteur grand public, qui représente 50 % de son chiffre d’affaires.

 

Création, innovation et réorientation
Comprendre les tendances, communiquer les envies, créer de la proximité… voilà la nouvelle stratégie de Vivarte, en France comme à l’international, à travers une communication différentiée. Un défi relevé à bras le corps par Fiona Ferrier-Weil, grâce à une forte expertise acquise dans la communication sur les stratégies et le positionnement de marque. Ses challenges personnels ? « Analyser, comprendre, écouter, rassembler, avoir du discernement et décider. Mes expériences précédentes m’y aident beaucoup. Le travail d’animation des équipes pluridisciplinaires et de leadership est primordial. J’accompagne les enseignes dans le choix de leurs égéries, la mise en scène de leurs univers… un peu comme un directeur éditorial. » Le groupe compte une vingtaine d’enseignes, soit autant de cibles. Il est donc crucial de clarifier chaque positionnement, de définir précisément une identité propre à chaque marque pour communiquer la vision stratégique à l’ensemble du groupe. Objectif : transformer les marques à travers des valeurs différentiantes. « Il faut être curieux et ouvert au monde extérieur pour comprendre ce qu’il se passe autour de nous, surtout s’avère indispensable pour sortir du cadre et se différencier. »

 

« Ma mission : accompagner Vivarte
à passer d’une culture d’enseigne à une culture de marque. »

Place aux jeunes talents
Pour atteindre ces objectifs ambitieux, Vivarte n’a pas hésité à procéder à une profonde réorganisation en interne autour de quatre métiers clés : la mode, les chaussures de marque, le prêt-à-porter et les chaussures grand public. « Toutes les deux semaines, j’anime un comité marketing rassemblant notre président, les différentes enseignes, les directeurs métiers… au cours duquel nous validons la stratégie qui doit être appliquée. » Une mécanique imparable qui permet au groupe de se montrer compétitif et qui s’accompagne d’une importante campagne de recrutement et de formation. Une aubaine pour les jeunes diplômés, d’autant que le groupe intègre tous les métiers : style, achats, management, RH… Une diversité encouragée en interne par des passerelles interenseignes. « Nous encourageons les échanges entre les métiers à travers des réunions. C’est très enrichissant. Treize personnes ont ainsi évolué entre août et septembre dernier pour exercer leur talent au sein d’une autre enseigne. Chez Vivarte, rien n’est normé, la meilleure formation reste le terrain et le travail en équipe. Nous valorisons beaucoup les initiatives, l’esprit d’entrepreneur. C’est une vraie dynamique et c’est très motivant. »

 

Saisir les opportunités
Des évolutions métier mais aussi géographiques grâce à l’ambition internationale affichée par le groupe. Une politique qui sied très bien à Fiona Ferrier-Weil, elle-même de nationalité britannique, qui n’hésite pas à rappeler qu’elle a elle-même commencé en tapant des messages sur un télex ! « La carrière se construit par opportunités, même s’il est indispensable de proposer des perspectives d’avenir aux jeunes recrues. On s’enrichit toujours des nouvelles expériences donc il ne faut pas se poser trop de questions et savoir saisir les chances qui s’offrent à vous. Si les études sont une bonne formation de l’esprit, c’est dans le travail que l’on apprend le mieux. » La clé de toute évolution professionnelle ? Privilégier les soft skills plutôt qu’une formation surdiplômée : sens de la communication, relationnel, personnalité, capacité de travail en équipe, efficacité… ne s’apprennent pas sur les bancs de l’université !

 

La carrière : une question d’instinct
Chaque poste permet de construire une expertise. Voilà un conseil très utile pour les jeunes diplômés… surtout dans un groupe aux multiples possibilités. « Il faut bien évidemment savoir se montrer motivé et s’intéresser à l’entreprise pour en comprendre les enjeux. Être en phase avec les objectifs fixés et la stratégie du groupe est un bon facteur de stimulation aussi. Mais l’idée est clé est de rester connecté à ce qu’il se passe autour de soi pour relever les défis ! »

 

Plus de 40 % de femmes au comité exécutif
Une proposition de loi européenne place un objectif de 40 % de femmes dans les conseils d’administration des sociétés cotées pour 2020. Un objectif que Vivarte a amplement anticipé puisqu’aujourd’hui sept membres sur seize sont des femmes. De nombreuses enseignes du groupe sont également dirigées par des femmes. « Quand je suis arrivée il y a un an et demi, il n’y avait qu’une seule femme au sein du comité exécutif. Mais, au sein du groupe, les compétences priment sur le sexe pour le choix des candidats. Ici, les femmes peuvent vraiment s’épanouir dans des métiers à fortes responsabilités. » Une source de progression essentielle… à condition de rester consciente de sa valeur et de ses compétences. Mieux communiquer sur ses performances, voici la clé de toute promotion. « Il faut savoir identifier ses points forts et aussi changer de poste pour garder sa valeur. La passion reste le meilleur moteur pour avancer et progresser. »

 

Travail et vie de famille, le bon équilibre
Être une femme, une épouse, une mère de trois enfants et vice-présidente d’un grand groupe international, c’est possible. Fiona Ferrier-Weil le prouve au quotidien, toujours surprise par le fort taux d’activité des Françaises, 80 %, et leur faible proportion dans les fonctions dirigeantes. « C’est une question de confiance et d’organisation. La famille vous apporte un vrai équilibre, c’est aussi une source d’inspiration et une force dans le travail. C’est un choix qui s’effectue à deux, un vrai partage des tâches. Comme au bureau, il faut savoir s’entourer, déléguer… et dire non. Personnellement, j’ai toujours privilégié une certaine proximité géographique entre mon travail et mon domicile et je ne reste pas tous les soirs jusque 21h. Il faut savoir se montrer avare de son temps. » Réussir sur tous les fronts, en tant que femme, nécessite une grande énergie et implique de la réactivité, de l’anticipation… et d’être « bien dans ses pompes ». Ça tombe bien, chez Vivarte, on n’en manque pas !

 

Chiffres clés :
Fondation en 1896 – 4 800 points de vente dans le monde – 22 000 collaborateurs – CA global 2012 > 3 Mds €
20 marques (La Halle, Caroll, André, Naf Naf, Minelli, Chevignon, San Marina…) – 200 créateurs – 26e groupe mondial de prêt-à-porter et de chaussures

 

VC

 

Contact :
f.ferrier-weil@vivarte.fr – L’ensemble des postes pour les jeunes diplômés et de stages sont accessibles via le site corporate et le site jobteaser où le Groupe Vivarte a une page dédiée.