Etudiant au Royaume-Uni, Pierre-Emmanuel Largeron, 25 ans, est un prodige de la musique. Il met son talent au service de nombreux évènements caritatifs. Son engagement lui a valu d’être élu lauréat du Trophée « Jeune espoir des Français de l’étranger ».

 

Premier prix de violon à 16 ans à peine, Pierre-Emmanuel n’a pas hésité à s’installer en Angleterre pour se perfectionner auprès des plus grands. A 21 ans, il sort diplômé d’un Master en Arts de l’Université de Londres, ainsi que du diplôme d’honneur avec la plus haute mention de la Royal Academy of Music. Un parcours hors du commun et une passion grandissante !

La musique dans les gênes

Cet amour et cette pratique de la musique, Pierre-Emmanuel l’a dans ses gènes ! « Mes grands-parents étaient musiciens et amateurs d’opéra, raconte le jeune homme. Ma mère a toujours dit que je battais la mesure en rythme dès mes premiers jours sur la “Petite musique de nuit” de Mozart, qu’elle m’avait fait écouter durant sa grossesse ! » Aujourd’hui, étudiant en 3è année de doctorat à l’université de Plymouth, Pierre-Emmanuel se consacre à la recherche musicale assistée par ordinateur, pour développer une application qui permettrait aux spectateurs d’interagir avec les musiciens lors d’un concert et ce, même à distance. Parallèlement, il poursuit sa formation afin de devenir chef d’orchestre et organise des concerts partout dans le monde. « Mes journées sont assez rythmées – sans faire de jeux de mots ! Je consacre 4 à 5h à la pratique du violon, je travaille au moins 6 heures sur mon projet de recherche. Et dès que je le peux, j’anime des masterclass ou des cours à de jeunes musiciens des alentours, je participe à divers orchestres et concerts… »

Le déclic de l’engagement

Outre son talent exceptionnel, c’est aussi son engagement caritatif qui lui a permis de recevoir cette année, le Trophée « Jeune espoir » des Français de l’étranger, décerné par lepetitjournal.com, le média d’informations des expatriés. En 2011, alors qu’il est admis comme boursier de la Fondation Rotary pour étudier dans la classe de Maurice Hasson à Londres, Pierre-Emmanuel devient Ambassadeur de bonne volonté du Rotary International. « J’ai alors l’occasion de participer à un concert au Japon, pour soutenir les victimes du tsunami de Fukushima. Quelle émotion lorsqu’une jeune japonaise est venue me remercier à la fin du concert, son père travaillant toujours bénévolement sur les lieux » ! L’évènement caritatif permettra de récolter 20 000 € ! Une somme inespérée, qui fait réaliser au jeune homme que sa musique peut apporter bien plus que du plaisir et du réconfort et contribuer à soutenir de grandes causes. Depuis Pierre-Emmanuel a mené d’autres projets bénévoles avec sa musique : participation à la construction d’écoles au Sri-Lanka, concert contre la polio mais aussi au service d’accidentés de la route à Londres… « Ces actions ajoutent une valeur humaniste essentielle à mon activité de concertiste. »

Toujours dans l’idée de s’ouvrir à d’autres domaines et faire de nouvelles rencontres, Pierre-Emmanuel collabore enfin de plus en plus en tant que soliste à l’écriture et à l’enregistrement de musiques de films, de courts-métrages ou même des chansons pop ! Et dès l’année prochaine, son doctorat en poche, le petit génie entend bien se faire connaître comme chef d’orchestre !

 

Un Français à l’étranger ! « Je voyage souvent et le fait de parler français m’a toujours permis de nouer rapidement des contacts. Le français a une image positive, il instaure relation de confiance, en particulier dans le domaine des arts. »

Pour encourager son rayonnement et favoriser les échanges, Pierre-Emmanuel a organisé, en mars, « la première journée de la francophonie » à l’université de Plymouth, en lien avec le consul honoraire de France et des membres de l’équipe enseignante.

Objectif de cette journée : sensibiliser le public local, jeune et universitaire sur la portée de la langue française et son apprentissage à travers le monde, souligner les avantages culturels, professionnels et personnels à la pratiquer.