Entre brillantes études et vie associative à 100 à l’heure, Hélène Daccord, étudiante en 4e année à l’ESSEC Business School nous raconte son quotidien.

 

Construire ensemble

 

Je viens du Sud-Ouest. J’ai fait ma prépa à Toulouse et je ne pensais pas vraiment intégrer une grande parisienne. Et pourtant, grâce à mes supers résultats au concours, j’ai rejoint la grande famille de l’ESSEC. Une école dans laquelle je me suis tout de suite sentie bien. Dès les oraux, l’ambiance était géniale : grâce à l’accueil du BDE j’ai été moins stressée et me suis tout de suite plongée dans la vie de l’école. Mais même si les oraux s’étaient bien passés, j’appréhendais un peu mon arrivée. Je n’avais pas fait une grosse prépa, je ne connaissais personne… mais toutes mes inquiétudes se sont envolées quand j’ai réalisé qu’on avait tous la volonté de rencontrer du monde et de construire des choses ensemble.

De la culture

 

J’ai d’ailleurs décidé de rejoindre une association pour monter de nouveaux projets : toutes les choses qui m’intéressaient mais que je n’avais pas le temps de faire avant, j’ai pu les faire à l’ESSEC ! Au niveau culturel d’abord. Pratiquant le violon depuis plusieurs années, j’ai créé un orchestre avec une amie. Un petit orchestre devenu grand : il rassemble aujourd’hui des étudiants de toutes les écoles de Cergy. Poussée par cet élan, j’ai été élue Présidente du BDA en 2e année, un rôle hyper intéressant qui m’a permis d’être en lien avec tous les projets culturels et artistiques du campus.

 

 

L’ESSEC nous donne les moyens pour créer. Ici tout est possible dès lors qu’on a la motivation nécessaire pour défendre et réaliser nos projets.

 

Du sport

 

A fond dans la culture, j’avais aussi envie de reprendre le sport. J’ai fait le choix d’une discipline totalement nouvelle pour moi : l’aviron. Une bonne idée car notre équipe en 8 de pointe a été sacrée Championne de France universitaire. Petite fierté personnelle : on a devancé HEC d’1.5 seconde !

 

Et du pro !

 

Mon engagement associatif dans la culture et le sport ne m’ont pas fait oublier ma volonté de profiter de mes études pour me plonger très vite dans une atmosphère professionnelle. C’est pour cela que j’ai rejoint ESSEC Solutions Entreprises. Après une formation de 7 à 8h par semaine en 1e année, on est immergés dans le grand bain en 2e année avec un rythme intense qui nous occupe près de 22h / semaine.

 

Insolites – A l’ESSEC ça butine sec !

 

Depuis 2012, des ruches trustent les toits de l’ESSEC. En 2015, la business school innove avec la mise en place du programme « Adopt a Bee, be api » qui permet à des salariés d’acheter une ruche et d’être formés par un apiculteur tout au long de l’année. En 2016, 5 kg de miel ont été récoltés afin d’assurer une réserve suffisante dans l’essaim et son développement au retour des beaux jours. Qu’il soit d’acacia, de châtaignier ou toutes fleurs butinés aux alentours de l’école : le miel Made in ESSEC se caractérise par son épaisseur, sa couleur foncée et son goût prononcé. De quoi faire de belles tartines à la cantine !

 

 

Retrouvez le Grand entretien de Jean-Michel Blanquer, Directeur de l’ESSEC Business School

L’ESSEC BUSINESS SCHOOL, « THE GREAT PLACE TO WORK ! »

Retrouvez le témoignage Karoline Strauss et Nicolas Glady, professeurs à l’ESSEC Business School

Ma vie de prof à l’ESSEC Business School