Entreprise de sous-traitance électronique liée au secteur automobile, Viapaq a doublé son chiffre d’affaires en 4 ans et en profite pour recruter nombre de jeunes talents à qui elle donne les moyens de leurs ambitions communes. Le tout sur fond de dynamisme, collaboration et bienveillance. Rencontre inspirante avec Claude Alemany (Arts et Métiers ParisTech 89), son Directeur Général.

 

Quand on demande à Claude Alemany ce qui pourrait rendre enthousiasmant pour un jeune diplômé de rejoindre ses équipes, il réfléchit peu avant de répondre : « Au regard de la concurrence, faire de la sous-traitance électronique en France est devenu un véritable challenge… que l’on peut tout à fait relever si l’on s’en donne les moyens ! C’est précisément ce que fait Viapaq, fort de ses 60 ans d’expérience. Lié dans notre ADN au secteur automobile, nous avons fait de la qualité notre grand cheval de bataille et cela nous vaut, en retour, de connaître une croissance continue et d’avoir doublé notre CA en moins de 4 ans.»

Bienvenu(e)s à bord !

Une croissance organique que l’entreprise compte bien amplifier dans les temps à venir au moyen d’acquisitions ciblées. Et de recrutements ! Plus de 50 jeunes diplômés ayant ainsi été embauchés récemment. « Chacun fait ses premiers pas chez nous au travers d’un parcours de formation destiné à le familiariser avec les différentes facettes de l’entreprise et bénéficie également d’un coaching individuel, sachant que nous accueillons nombre d’alternants (ingénieurs comme étudiants en master) et de stagiaires. Le but étant de rendre chacun autonome et responsable le plus rapidement possible ». Un objectif que Viapaq atteint d’autant plus vite que ses équipes sont composées tout à la fois d’anciens expérimentés ne demandant qu’à partager leur expertise, et de jeunes ayant soif d’apprendre pour pouvoir relever, à leur tour, les nombreux défis-opportunités que la forte croissance de l’entreprise et l’arrivée de nouveaux clients ne cesse de proposer.

Un verre à moitié plein !

« Ce mélange des générations crée, en interne, un climat excellent ; d’autant plus que c’est autant sur leur motivation que sur leurs diplômes que nous retenons nos candidats. De ce point de vue, Viapaq est devenue une véritable pépinière de jeunes talents motivés qui accroissent leur « empowerment » tout en développant l’entreprise. Et nous avons une manière bien à nous d’accompagner chacun : en travaillant principalement sur ses points forts ! Mettant ces derniers en valeur et tâchant de les améliorer encore. D’ailleurs, le management, qui à mon sens, ressemble de plus en plus à du coaching, ne vise-t-il pas, principalement, à faire ressortir le meilleur de chaque collaborateur et à l’aider à optimiser ses points forts au service de tous ?… »

 En quoi l’ENSAM  vous a-t-elle préparé à cette culture du changement perpétuel et de l’agilité devenues la règle aujourd’hui ?

« De par le nombre de matière enseignées (choisissant volontairement de rester généraliste) comme en raison de la manière de le faire, l’ENSAM engage ses élèves à deux choses : devenir curieux et s’intéresser à tout dans un premier temps ; apprendre à… apprendre, ensuite. Deux acquis précieux vous conduisant progressivement vers cette « flexi-agilité » devenue indispensable de nos jours. »

Contact : claude.alemany@viapaq.com

Des chiffres et des êtres

  • CA 2017 : 33 M€
  • 130 collaborateurs

Pendant ce temps là, à Arts et Métiers ParisTech…

Arts et Métiers : cap vers l’industrie du futur