« Enrichir la vie des Hommes en se consacrant à la santé et au bien-être animal », c’est l’une des missions de Laëtitia Sabatier-Boisselier (HEC Paris 2003), Directrice Marketing International Animaux de Compagnie du groupe Vétoquinol. Diplômée d’HEC et Vétérinaire de formation, elle invite les jeunes diplômés à rejoindre le laboratoire de santé animale pour placer leur talent au service d’une activité qui a du sens !

 

Depuis plus de 80 ans, Vetoquinol accompagne les vétérinaires, les éleveurs et les propriétaires d’animaux de compagnie au quotidien. Une des spécificités de ce laboratoire exclusivement dédié à la santé animale est sa culture familiale, de proximité avec les collaborateurs comme les clients. « Ceci est tellement imprégné que nous en avons fait notre signature : “Accomplir plus ensemble ”, explique Laëtitia Sabatier-Boisselier. En tant que partenaire, nous allons bien au-delà des produits, que ce soit pour accompagner un vétérinaire à développer sa nouvelle clinique ou inventer avec nos clients de nouveaux services digitaux pour leurs propres clients. »

Faire confiance, oser et collaborer !

Ces trois valeurs, qui ont émergé après une consultation participative de plus d’un an auprès des quelques 2 200 salariés, reflètent la transformation du groupe. « Avoir la confiance comme une de nos valeurs était à la fois un défi et une évidence pour la majorité de nos employés. C’est ce qui est nécessaire pour grandir et s’épanouir. Notre mode de management leur offre plus d’autonomie et encourage la prise d’initiative. C’est la condition sine qua non pour notre deuxième valeur qui est “Oser”. Vous n’oserez pas si vous n’êtes pas dans un climat de confiance. Nos équipes ont la possibilité de s’impliquer vraiment et d’être forces de proposition, de manière agile. » Enfin collaborer chez Vetoquinol part du principe que l’on n’arrive à rien tout seul alors qu’on s’enrichit de la diversité et des talents des autres. C’est pour cela que le management encourage les projets transverses, les échanges inter départements ou interculturels quels que soient les sujets à aborder.

Soigner, c’est prendre soin

La santé animale a été le fil rouge du parcours de Laëtitia Sabatier-Boisselier. Avec un diplôme de vétérinaire (complété par une formation à HEC), il y a bien entendu une vocation « Depuis toute petite j’étais attirée par les animaux avec l’idée de les soigner dans le sens “en prendre soin”. Lors des études, j’ai réalisé qu’il me manquait un côté collectif dans l’approche du métier de clinicien et qu’il y avait d’autres manières d’atteindre ce but. C’est ainsi que je me suis orientée vers l’industrie, plus particulièrement le marketing. Le côté gratifiant du métier, c’est d’avoir à comprendre les besoins des clients, passer du temps avec eux afin de trouver des solutions à leurs problèmes et définir les produits et services de demain. » Présent dans le Top 10 des laboratoires pharmaceutiques vétérinaires mondiaux, Vetoquinol conjugue pérennité, développement et responsabilité. En Europe, la France est un des plus gros marchés vétérinaires, notamment sur le marché de l’animal de compagnie qui est celui dont s’occupe Laëtitia Sabatier-Boisselier. Aux jeunes diplômés susceptibles de la rejoindre, elle n’a qu’un message à délivrer « Si vous êtes intéressés par la santé animale, avez envie de vous développer et de mettre vos talents au service de quelque chose qui a du sens, ne cherchez plus ! »

Dans votre vie professionnelle ou personnelle, contre quel cliché lié à la féminité vous battez-vous ? 

J’ai toujours eu de la chance de travailler dans des entreprises où il y avait peu de clichés liés à la féminité. Par ailleurs dans ma vie personnelle, je suis aussi entourée de personnes qui en voulant lutter contre ces clichés m’autorisent à vivre pleinement à la fois ma vie de famille et ma vie professionnelle. Mais donc si je pouvais en citer quelques-uns ce seraient peut-être :

– le fait qu’une femme doit forcément être celle qui assure l’intendance domestique au quotidien, voir même la seule qui sache le faire, et que cela puisse entraver une carrière ! Mon conjoint assure aussi bien que moi au quotidien, particulièrement quand je ne suis pas là, ce qui me permet de partir en déplacement sereine et de consacrer le temps que j’estime nécessaire au travail.

– le fait qu’une femme ait un mode de management « féminin » : pour moi il n’y a pas de management féminin ou masculin. Il y a des gens qui ont plus ou moins d’empathie, plus ou moins d’écoute, mais j’ai vu de très bons managers hommes et femmes, comme de très mauvais aussi.

– le fait qu’une femme n’ose pas s’imposer ou imposer son point de vue et donc par voie de conséquent puisse manquer de leadership : idem, pour moi c’est une question de personnalité. Par ailleurs il y a d’autres formes de leadership que celle qui consiste à faire passer les messages de la manière forte.

Contact : www.vetoquinol.fr

une autre femme d’influence…

Avec Euler Hermes, donnez du crédit à votre carrière