Conscient que le monde de demain sera plus exigeant en matière environnementale, Veolia mise sur l’innovation. Hervé Suty (ESCOM 84), Directeur des Centres de Recherche explique comment et pourquoi la R&D est aujourd’hui un élément essentiel dans le développement du Groupe.

 

Hervé Suty

Hervé Suty

La recherche en synergie avec la stratégie
Chaque année, Veolia Environnement investit près de 150 M€ pour ses activités de R&D, dans lesquelles sont impliqués plus de 900 chercheurs et développeurs. « La recherche est un élément intégré à la stratégie globale du Groupe depuis lontemps et fait l’objet d’une croissance annuelle de 15% sur les 10 dernières années. Elle apporte une réelle valeur ajoutée au développement des branches du Groupe (eaux, déchets, énergie et transports) mais créé de plus en plus de la valeur aux interfaces nous permettant de développer de plus en plus de solutions intégrées ». Elle est ainsi en synergie totale avec la vision globale de l’entreprise : « Si nous réalisons des projets en fonction des cahiers des charges décidés en amont, notre rôle est aussi de proposer des idées nouvelles de nature à influer sur des approches stratégiques ».

 

La recherche
chez Veolia est incroyablement diversifiée. A ce titre, nous encourageons
à la fois la spécialisation et la pluridisciplinarité.

De l’élimination à la valorisation en passant par les services interactifs
Fil conducteur de tous les projets entrepris par Veolia, l’éco-efficience est au coeur de ses activités de R&D. « Un de nos axes de recherche majeur est non plus le traitement et l’élimination des déchets ou la dépollution des eaux usées mais plutôt leur valorisation matières. Nous développons par exemple la « station d’épuration du futur » dont l’objectif n’est plus de se ,concentrer sur le traitement des eaux usées mais plutôt sur lar valorisation des constituants de cette matrice. Nous changeons aussi radicalement notre approche du traitement des déchets. Nous sommes aujourd’hui dans une optique de recyclage et de valorisation matières avec en particulier la valorisation énergétique directe ou indirecte via la production de biogaz , le tri automatisé et le développement de nouvelles solutions pour récupérer des éléments à fortes valeur ajoutée dans des déchets industriels et produits en fin de vie… La gestion intégrée des services énergétiques en jouant sur la combinaison énergies centralisées et énergies décentralisées au regard de la demande est un autre axe de développement important où l’interactivité avec les utilisateurs est au coeur de l’approche. Cette interactivité qui s’appuie sur le développement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication est un aspect stratégique pour toutes nos activités de service et plus particulièrement pour la partie transport. L’intermodalité des transports dont l’objet est la combinaison des différents modes pour une offre optimale aux voyageurs ne peut pas aujourd’hui se concevoir sans développer des applications interactives avec les usagers via les outils de communication mobiles. »

 

Une ressource clé pour l’entreprise
Alors que la recherche est souvent considérée comme un secteur « à part » dans l’entreprise, elle est source de valeurs et de talents pour Veolia. « Pour la R&I, je coordonne 500 chercheurs évoluant dans 7 départements et 26 pôles et tous considèrent qu’ils travaillent dans un secteur clé de l’entreprise ouvert sur les métiers du groupe. Généralement, ils y consacrent en moyenne 3 à 10 ans et acquièrent une compétence qui leur permet d’évoluer dans le groupe très facilement vers une palette très large de postes ». Cette capacité d’évolution est aussi géographique : « Veolia est présent dans 774 pays et nos collaborations à l’international sont très significatives (Europe, Asie Pacifique, Amérique du nord, Pays du Golfe notamment). Nos chercheurs sont donc confrontés à des problématiques variées qui nous poussent à repenser nos activités et à développer d’autres champs d’investigation et qui leur ouvrent des perspectives à l’international. Nous avons beaucoup d’exemples de chercheurs qui ont évolué immédiatement après la R&D dans des fonctions à l’international. » De grands challenges se présentent donc pour la recherche chez Veolia qui offre ainsi des opportunités remarquables pour de jeunes talents qui souhaitent s’impliquer dans les grandes problématiques de notre siècle.

 

Un processus collaboratif
Afin d’acquérir de nouvelles connaissances et développer des technologies toujours plus innovantes, Veolia fait appel à un réseau de partenaires performants. Le Groupe entreprend ainsi chaque année une soixantaine de collaborations avec des entreprises de toutes tailles : PME, PMI et grandes industries. Il compte également plus de 120 partenariats publics dont 40% avec des grandes écoles étrangères. En France, Veolia travaille entre autres avec le CNRS, l’INRA, les Ecoles des mines, Polytechnique et Centrale sur des domaines extrêmement divers comme les mathématiques appliquées, la chimie, la physico-chimie, le génie des procédés, les biotechnologies et la microbiologie, la toxicologie et l’écotoxicologie, la sociologie, l’économie…, la microbiologie.

 

CW

 

Contact : herve.suty@veolia.com