Savoyarde et passionnée de montagne, naturellement attirée depuis toute petite par les barrages qui ponctuaient les paysages de sa Savoie natale, Céline Barbiero (Ense3), attachée à la coordination au sein de la Division Production Ingénierie Hydraulique d’EDF (EDF – DPIH) est aujourd’hui une ingénieure comblée ! Elle revient avec nous sur les challenges qui la font vibrer au quotidien.

Barrage de l’Escale sur la Durance

Barrage de l’Escale sur la Durance

quelles sont les missions d’edF – dPih aujourd’hui ?

La DPIH d’EDF a pour mission de produire de l’hydroélectricité grâce à l’eau des rivières et des fleuves via des barrages et des usines dont elle assure la maintenance et l’adéquation constante aux besoins du territoire et de l’environnement. Pour cela, elle dispose d’une ingénierie intégrée qui travaille en étroite collaboration avec les exploitants.

Pourquoi êtes-vous Fière d’y travailler ?

Depuis janvier 2000 j’ai eu la chance de pouvoir découvrir différents métiers et activités de la DPIH, aussi bien en exploitation qu’en ingénierie. Après 3 postes de management proches des équipes opérationnelles, j’ai maintenant un métier fonctionnel. Je suis en charge des comités stratégiques qui décident de sûreté, des référentiels techniques et des grandes orientations en matière de sécurité des salariés et des prestataires. Je pilote également des dossiers de gestion de crise et j’ai par exemple eu récemment l’occasion d’organiser un exercice grandeur nature de rupture de barrage, pressions médiatiques et institutionnelles comprises ! Enfin, j’ai pour mission de développer des synergies avec des institutions, des associations et des établissements d’enseignement supérieur comme l’ENSE3, dont nous parrainerons la promo 2019.

« Je travaille avec des équipes passionnées par leur métier dans une entreprise qui me donne toutes les opportunités pour évoluer dans un domaine qui me fait vibrer »

 

et demain ?

Je mets le cap sur la construction d’une nouvelle centrale souterraine de 95 MW sur la Romanche, en remplacement de six aménagements existants depuis le début du 20e siècle. Un projet qui augmentera le productible de 40 %, soit plus d’énergie renouvelable. Au-delà de la construction et de la déconstruction d’infrastructures, j’aurai également pour mission d’assurer l’exploitation et la maintenabilité des nouveaux aménagements ainsi que les relations avec toutes les parties prenantes (communes, région, usagers, autorité de contrôle…) afin de mettre en action un projet conjuguant énergie verte, réponses précises aux besoins des territoires concernés et exigences industrielles en termes de sûreté et de rentabilité.

Pourquoi Peut-on dire que vous êtes une ingénieure heureuse ? 

Je vais participer à l’aménagement d’une vallée avec la plus puissante usine hydroélectrique en cours de construction en France : quoi de plus challengeant pour une passionnée d’hydroélectricité comme moi ! Grâce à ces travaux, un territoire montagneux et isolé verra une partie de ses besoins énergétiques comblée par la production d’une électricité plus respectueuse de l’environnement. Mon travail au sein d’EDF – DPIH me permet de me sentir utile tous les jours, au service des territoires, de la Société, de la performance d’EDF et des citoyens. Dans une démarche de service public et dans une dynamique de construction collective, je collabore avec des équipes passionnées par leur métier dans une entreprise qui me donne toutes les opportunités possibles pour évoluer dans un domaine qui me fait vibrer.

Capture d’écran 2016-06-13 à 09.46.05

Pourquoi rejoindre edF quand on est Passionné-e d’énergie Bleue ?

Parce qu’EDF est l’entreprise qui exploite le plus grand nombre d’aménagements hydroélectriques en France et qui réalise des développements en France et à l’international ! Rejoindre le Groupe quand on est jeune ingénieur-e, c’est ainsi se donner la chance d’apprendre tout ce qu’il faut savoir sur l’hydroélectricité sans se mettre de barrière. Quand j’y suis entrée, je savais que je ne m’ennuierai jamais… et je ne me suis pas trompée.

ChiFFres Clés : En 2015, les 433 centrales hydroélectriques gérées par EDF – DPIH ont produit 38,97 TWh d’électricité, soit 8,5 %de la production totale électricité en France. 11 %de ces centrales ont une puissance unitaire supérieure à 100MW et 50 %d’entre elles ont une production inférieure à 12MW.

 

Clarisse Watine

Contact : www.edfrecrute.fr