Communication. C’est ainsi que Philippe Arnaud (Maîtrise LEA Anglais-Russe en Affaires et Commerce, Master Spécialisé Gestion Financière, Essec 2013), Directeur Financier de Véhiposte désigne, non sans audace, le maitre-mot du DAF d’aujourd’hui. Rencontre avec un homme qui s’illustre, avec ses équipes, comme un pivot de l’activité de son entreprise.

 

Philippe Arnaud (Maîtrise LEA Anglais-Russe en Affaires et Commerce, Master Spécialisé Gestion Financière, Essec 2013) est Directeur Financier de Véhiposte

Philippe Arnaud (Maîtrise LEA Anglais-Russe en Affaires et Commerce, Master Spécialisé Gestion Financière, Essec 2013) est Directeur Financier de Véhiposte

Parlez-nous de Véhiposte.
Filiale à 100 % du groupe La Poste, Véhiposte a été créé pour assurer le financement et la gestion des 67 000 véhicules du groupe. La Poste a ainsi fait le choix d’un modèle inédit sur le marché, celui d’une structure dédiée à l’entreprise, dotée d’un business model identique à celui d’un loueur privé longue durée, mais s’adressant à un client unique. Cela lui permet de mieux maîtriser les coûts importants liés à la spécialisation de ses véhicules, mais aussi de les optimiser sur l’ensemble de leur chaine de valeur (achat, entretien, maintenance, assurance ou remarketing des véhicules en fin de vie). Véhiposte a donc une activité financière importante (financement d’actifs et pilotage des coûts), étroitement liée avec l’exploitation opérationnelle. En véritable entreprise de service, le commerce, la relation client, et la qualité de services sont au cœur de ses priorités. Ce point est d’ailleurs essentiel, car si Véhiposte a un monopole de fait sur les fameux véhicules jaunes de La Poste, il est en concurrence frontale avec tous les acteurs du marché pour les autres.

 

En tant que Directeur Financier, quel est votre rôle ?
C’est un rôle central car le Directeur Financier a l’équilibre économique de la société entre ses mains. Je dois notamment m’assurer de l’optimisation des financements. Parce que Véhispote acquiert chaque année pour 120 millions € de véhicules, il est en effet impératif de bénéficier des coûts les plus bas tout en présentant une enveloppe minimale de risques. Je participe ainsi aux ambitions de l’entreprise : optimiser les coûts de gestion de sa flotte et couvrir l’intégralité des véhicules des filiales de La Poste.

 

« La technique, tout
le monde peut l’avoir, ce qui fait la différence c’est le service et la communication.»

Quelle est votre conception personnelle de cette fonction ?
L’image du Directeur Financier 100 % technicien n’existe plus. Avec une vision d’ensemble des inducteurs du business model de l’entreprise, il remplit aujourd’hui une fonction pivot. Il doit tout savoir pour faire le lien entre la spécialisation des Directions et la vision globale de l’entreprise. Il agit comme un conseiller et doit, à ce titre, savoir se débarrasser du carcan de la technique pour mieux appréhender et comprendre les enjeux. De plus en plus en front sur les dossiers, c’est aussi, si ce n’est surtout, un communicant et un pédagogue qui donne des informations claires, simples et précises pour permettre une prise de décision rapide.

 

Quels profils recherchez-vous en priorité ?
La technique, c’est important mais ça ne fait pas tout. C’est pourquoi je porte surtout mon attention sur la façon dont un candidat appréhende sa fonction. A la question « Qu’est-ce qu’un bon contrôleur de gestion » j’attends par exemple qu’on me parle de communication. Je recherche donc des jeunes dotés d’une réelle curiosité intellectuelle, capables de sortir de leur bureau, d’aller vers les autres et de comprendre leur environnement. Je les encourage d’ailleurs à débuter par le contrôle de gestion. C’est en effet le meilleur moyen d’être rapidement plongé dans le business model d’une entreprise et d’en avoir une vision d’ensemble indispensable à tout bon Directeur Financier.

 

Un message aux jeunes diplômés ?
Soyez curieux et allez au-delà des chiffres. Appréhendez votre métier comme un métier de service et non comme un métier technique. Faire de la finance, c’est être au service de ceux qui pilotent l’entreprise. Il faut les considérer comme des clients internes auxquels on offre un suivi optimal dans leur intérêt et non dans le notre. La technique, tout le monde peut l’avoir, ce qui fait la différence c’est le service et la communication.

CW

 

Contact :
philippe.arnaud@vehiposte.fr
www.vehiposte.fr