Lors de la remise des diplômes de l’institut de psychologie de l’université Paris Descartes en décembre dernier, le corps professoral a témoigné d’une grande émotion pour le départ de ses étudiants. Cette année cette manifestation de graduation s’est réalisée différemment : une première cérémonie, plus conviviale et plus proche des élèves a été organisée par spécialité. Ensuite, une seconde cérémonie regroupant l’ensemble des diplômés de l »institut a eu lieu pour honorer les majors de promo de chaque section.

 

L’institut de psychologique : 2 licences et 10 mastères

L’ensemble des classes représentant les spécialités de master étaient présentes pour connaitre le nom de chaque major de promotion :

1) Économie et psychologie

2) Neuropsychologie

3) Psychologie clinique et psychopathologie intégrative

4) Psychologie clinique, psychopathologie, psychanalyse

5) Psychologie cognitive fondamentale et appliquée

6) Psychologie de la santé

7) Psychologie du développement cognitif et social de l’enfant et de l’adolescent

8 ) Psychologie du travail, des organisations et du personnel

9) Psychologie gérontologique

10) Psychologie sociale : gestion des menaces sociales et environnementales

L’institut propose également une licence professionnelle Intervention sociale – Accompagnement de publics spécifiques et une licence de psychologie.

 

Ewa Drozda-Senkowska, la directrice de l’institut de psychologie a insisté dans son discours sur l’avenir des métiers de la psychologie.  « Vous êtes maintenant prêts à exercer l’un des plus beaux métiers au monde à mes yeux. Par les temps qui courent, être au service des autres est une grande responsabilité et où il y a tout ou presque à inventer« . Son discours fut clôturé par une citation de Jean Jaurès : « Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir. « 

 

Ce fut ensuite au tour de M. Grégoire Borst, responsable du master psychologie de s’exprimer auprès de ces nouveaux diplômés  :  » C’est l’aboutissement d’un parcours de 5 ans où vous avez été sensibilisés à tous les champs de la psychologie. Aujourd’hui vous avez un rôle à jouer contre la radicalisation pour promouvoir le « vivre ensemble » et la tolérance dans un monde où le nombre de victimes augmente. « 

 

Enfin, le président de l’université Paris Descartes, M. Frédéric Dardel a rappelé aux étudiants que leur diplôme, quelle que soit la spécialité du master choisie, leur donnait le titre officiel de psychologue. Malgré le cliché « psycho chômeur » cette formation est professionnalisante pour aider les personnes dans la vie.

 

Présentation du Master Psychologie sociale : gestion des menaces sociales et environnementales


L’objectif de ce master est d’offrir une formation adaptée au monde social et économique afin de répondre aux défis (sociaux et environnementaux) majeurs auxquels la société actuelle est confrontée.  Cette formation s’adresse à des étudiants motivés et attirés par une intervention dans le champ des menaces sociales (risques, exclusion sociale, mobilité, violence au travail) et environnementaux (épuisement des ressources, changements climatiques, aménagements urbains…). Cette formation permet aux étudiants de s’insérer dans le milieu professionnel et également de prolonger leurs études vers un doctorat ou de se former en tant que chercheur de haut niveau.

Métiers accessibles : Psychologue-social, psychologue-conseil, chargé de mission, chargé d’études, consultant-formateur..

Cette année, une promotion aux effectifs limités à 20 étudiants a permis des conditions optimales d’études.

 

Le meilleur des regards sur la formation est celui des étudiants


Au cours de la remise des diplômes certains jeunes diplômés se sont exprimés sur leur parcours, leur expérience et leurs projets pour l’avenir.

 

Aurore, la major de promotion raconte son parcours. L’approche générale enseignée en licence de psychologie (post bac), permet une découverte des secteurs. Mais ce sont les sous-disciplines de la psychologie sociale en 1ere année qui l’ont décidée à continuer en master. Aujourd’hui, elle souhaite devenir enseignant-chercheur dans ce même secteur. « Avec cette formation, on peut travailler dans de multiples entreprises, avec un minimum de culot. Il faut savoir ce que l’on vaut et ce que l’on veut. Tous les étudiants de la promotion ont chacun leur secteur de travail : RH, développement durable, vulnérabilité individuelle, psychologie de la communication et du marketing… » Une particularité qui permet de trouver sa place et de ne pas se concurrencer dans la formation et la recherche de stage.

 

Loïc, est en stage professionnel chez Orange à Créteil, dans le pôle prévention des risques psycho-sociaux. Il organise des groupes de travail et va à la rencontre des salariés pour diagnostiquer les risques liés à leur poste ; puis il présente ses observations au comité de direction. Sa thèse de fin d’études porte notamment sur la RSE.

 

Sarah a un parcours atypique puisqu’elle avait déjà commencé sa 1ere année de master en spécialité psycho-clinique à Nanterre, puis a bifurqué vers cette 2e année en menaces sociales et environnementales. Également dotée d’une expérience de pionne dans un collège pendant 1 ans lié à son intérêt pour le domaine scolaire, elle s’est tournée vers l’éducation nationale pour son stage de fin d’études. Dans cette grande administration, sa mission de psychologie est centrée sur la formation des nouveaux enseignants. Elle fait également partie de l’EMS, l’équipe mobile de sécurité pour intervenir sur les établissements en crise ou mettre en place des cellules d’écoute. Elle collabore avec une psychologue-clinicienne responsable de la sécurité et de l’hygiène et deux CPE pour traiter les demandes d’intervention. Celles-ci peuvent être issues de plusieurs facteurs : violences, suicides, chahuts, ou micro-violences… L’ensemble des actions mises en place vise à améliorer le climat social entre les étudiants, enseignants et directeurs.

 

Émilie est issue d’une licence en psychologie. Pour ce master, elle s’oriente vers l’étude du comportement de l’individu dans la société et les groupes. Pendant son stage de fin d’études dans l’armée, elle travaille aux cotés de deux psychologues militaires. Elle fait face à des problèmes psychologiques liés à la hiérarchie, au stress et aux combats. « Pour faire cette formation, il faut être hyper débrouillard. Il faut creuser plus loin que les simples offres d’emploi de psychologue. Il y a tellement peu d’opportunités qu’il faut saisir celles qui arrivent, même les négatives. Dans l’armée, on a du travail parce qu’il y a des problèmes environnementaux. C’est une variante du métier qu’il faut assumer« , conclut-elle.

 

http://www.parisdescartes.fr/