Fiche d’identité :
Damien Specq – 22 ans – Originaire d’Amiens – Classe préparatoire au lycée Louis Le Grand – 3A à l’Ecole Polytechnique

 

Dès son arrivée à l’Ecole polytechnique, Damien en profite pour renouer avec son goût pour la littérature – et plus particulièrement la poésie. Source d’émotion et d’inspiration, sa passion des mots l’emmène à vivre des aventures humaines et littéraires, loin des clichés du « profil ingénieur ». Portrait.

 

Damien Specq

Damien Specq

La présidence de XPassion : « une aventure collective »
C’est en attendant son tour lors de la visite médicale d’admission à l’Ecole polytechnique que Damien découvre XPassion. Cette revue – créée en 1991 et écrite par et pour les étudiants – séduit d’emblée le jeune homme. « Son côté étudiant rend la revue attachante. J’ai tout de suite été impressionné par le travail de recherche de ces rédacteurs chevronnés. » Tenté d’abord par le travail de relecture et d’écriture, Damien est vite porté par l’envie d’aller plus loin. « L’effervescence lors de la première mise en page m’a immédiatement plu. C’est naturellement que j’ai ensuite eu l’ambition de porter le projet XPassion. »Cette première expérience collective et associative est pour le jeune homme une vraie leçon de vie. « C’est comme dans une start-up, il faut toujours être moteur. C’est toi qui avance de A à Z, personne ne va le faire à ta place. L’exercice est parfois déstabilisant mais on apprend beaucoup. Je n’ai d’ailleurs aucun regret ! »
Enthousiaste et déterminé, son objectif est de « redynamiser » XPassion en diversifiant le panel des lecteurs et rédacteurs. « Au cours de mon mandat, j’ai par exemple choisi de traiter du Rock’n’roll par goût personnel, et parce-que c’est un sujet qui bouge et qui parle à tout le monde ! » Fier d’avoir participé à cette aventure, ses meilleurs souvenirs restent collectifs. « La passation du binet en 2011 reste un souvenir marquant. Il y avait quelque chose d’officiel dans la reprise du flambeau, c’était magique. »

 

Jury du Prix Littéraire des Grandes Ecoles : « voir les choses autrement »
Sensible et un brin rêveur, Damien aime lire et vibrer au son des mots depuis son jeune âge. La poésie l’emporte comme s’il était encore un enfant. « J’aime son ambiance inattendue, sa fulgurance, son coté entêtant. On se souvient d’un poème. Les mots nous prennent, comme des textes de la chanson française. » Et pioche ses lectures au gré du hasard. « J’ai tendance à lire ce qui me tombe sous la main mais j’ai une préférence également pour les romains historiques centrés sur un destin. C’est comme une vie augmentée, on apprend sur sa propre vie au travers de ces histoires. »

Curieux, Damien voit son expérience au sein du Prix Littéraire des Grandes Ecoles comme l’opportunité d’en apprendre toujours plus. « C’est très instructif, j’apprends l’analyse de la lecture. Je me rends compte de l’écart entre le savoir d’un vrai littéraire et d’un amateur. » Cartésien dans l’âme, il n’en oublie jamais sa passion des mots et reste fidèle à lui-même. « Il n’y a pas assez de poésie dans les sciences. Avec cette double casquette polytechnicien-littéraire que l’on me prête, cela me donne l’impression de ne plus avoir de casquette. On s’engage dans des voies originales en restant aussi ce que l’on est. »

 

Portrait chinois :
• Comment te définis-tu en 3 mots : curieux, pragmatique – quand je n’ai pas le choix et rêveur le reste du temps
• Un péché mignon : la crêpe au caramel beurre salé !
• Un credo : Ne pas se prendre trop au sérieux
• Un ouvrage : le recueil Paroles de Prévert, j’y trouve tout ce que j’aime dans la poésie. Le plaisir est dans la redécouverte des grandes œuvres

 

Audrey Froitier