Engagée, passionnée et à l’écoute : telles sont les premières qualités que les proches de Pascale Ribon reconnaissent à la Directrice de l’ESTACA, une femme de caractère pour qui terrain rime avec humain. Partons à la rencontre de cette ingénieure toujours dans l’action.

Pascale Ribon est Directrice de l'ESTACA.

Pascale Ribon est Directrice de l'ESTACA.

Une passionnée de la construction
Diplômée de Polytechnique et des Ponts et Chaussées, Pascale Ribon se sent ingénieure depuis toujours. Enfant déjà, elle passait des heures à démonter et remonter des objets. Bonne élève, c’est donc tout naturellement qu’elle s’est tournée après le Bac vers les classes prépa, une période dont elle garde un très bon souvenir. « C’est un beau moment de ma vie. Il y avait beaucoup de travail (et très peu de filles !) mais pas de compétition. Il régnait un réel esprit de cohésion dans notre groupe. » Passionnée de construction, elle l’est aussi de l’action collective, comme en témoigne son parcours marqué par de belles responsabilités dans le secteur public. « J’aime m’investir pour l’intérêt général en lui apportant un regard résolument opérationnel. »

 

« J’ai la conviction
que le monde professionnel doit
être un espace
où on concilie sérieux, engagement et
qualité de vie. »

Son credo : le plaisir de travailler
Toujours à 100 % dans ce qu’elle entreprend, Pascale Ribon mène sa carrière avec le plaisir pour leitmotiv. « J’ai la conviction que le monde professionnel doit être un espace où on concilie sérieux, engagement et qualité de vie. Il faut donner du sens à son travail et montrer son utilité au-delà de soi. C’est fondamental pour un ingénieur pour qui travail d’équipe, solidarité, coopération et synergie sont incontournables. » Et cela ne peut se faire sans créativité. « On a trop tendance à enfermer le jeune ingénieur dans un jeu de règles qui bride son investissement. Même dans un univers très normé, il doit trouver des marges de manoeuvres pour transmettre ce à quoi il croit sans jamais s’enfermer dans une posture négative. »

 

Ingénieure, et alors ?
Cet état d’esprit, Pascale Ribon a d’ailleurs eu l’occasion de le mettre en pratique dans des sphères pas toujours au fait de la parité. « Alors que j’étais Directrice Départementale de l’Equipement, je me suis retrouvée sur le terrain face à un homme qui me prenait pour l’assistante du collaborateur qui m’accompagnait. Je me rappelle encore de sa surprise et de sa gêne lorsque celui-ci lui a lancé à la fin de la conversation « je ne crois pas vous avoir présenté ma patronne ». Mais cela n’entache en rien son attitude résolument positive. « Je suis habituée à travailler dans un monde d’hommes et cela n’a jamais bloqué mon parcours. »

 

« Elle et moi, on est de la même trempe : quand on dit oui, on s’engage jusqu’au bout »
« J’ai rencontré Pascale Ribon alors qu’elle cherchait un nouveau site pour l’ESTACA. Elle savait ce qu’elle voulait, je savais ce que je pouvais lui proposer : nous étions déjà d’accord sur tout au bout de 30 minutes ! Très à l’écoute, c’est une femme de terrain qui se donne les moyens de ses ambitions. J’apprécie sa volonté de nouer un partenariat très fort avec la ville qui accueille son établissement. Compétence, respect des engagements et confiance : voilà ce que m’inspire Pascale Ribon ».

 

« Une femme humaine, imaginative et tenace »
« La première fois que j’ai entendu parler de Pascale, on me l’a présentée comme quelqu’un de jeune, fourmillant d’idées et passionnée par les gens. Je n’ai pas été déçue en l’embauchant pour mener à bien la fusion de deux Directions du ministère de l’Equipement. Elle a besoin d’emporter les gens avec elle et sait être très persuasive. Alors que je n’y croyais pas du tout, elle a par exemple réussi à me convaincre de l’utilité du coaching dans notre structure : elle m’a mis un coach dans les pattes et il ne m’a pas fallu une journée pour être acquise à sa cause. A l’ESTACA, elle a à coeur de former des jeunes à la technique et aux valeurs humaines : ça c’est tout à fait elle.« 

 

CW.