Difficile de trouver une date pour rencontrer Alix : entre la voile, le théâtre, les séminaires qu’elle suit avec sa Chaire et tutti quanti, son emploi du temps est plus que chargé ! « Un de mes gros problèmes, c’est que je n’aime pas faire de choix.  Je n’arrive pas à dire non à des choses qui me plaisent », me confie-t-elle, l’air malicieux. Résultat : elle fait tout ! Finalement, l’interview est fixée, et Alix se prête au jeu de l’interrogatoire, prend le temps de parler d’elle et répond à mes questions avec passion et application.

Née à Dijon, elle a été élevée seule par sa mère journaliste avec qui elle entretient « une super relation, beaucoup plus forte que si on avait été une famille plus nombreuse. » C’est dans la cité phocéenne qu’elle fait toute sa scolarité, y compris  sa prépa au lycée Thiers. Elle avait commencé par une Maths sup’. « Je voulais être astrophysicienne ou ingénieure nucléaire », m’explique-t-elle. Elle déchante assez vite. « A 18 ans, je n’étais pas faite pour étudier des sciences toute la journée. J’avais besoin de lire, d’aller au ciné. Toutes les filles de la classe étaient très cadrées alors que moi j’avais  envie d’éclater de tous les côtés. » Elle choisit donc de se réorienter en prépa EC, pas par stratégie, mais parce que cela répondait à une question simple : «Qu’est-ce qui est bon pour mon développement personnel ? » Un choix qui s’est avéré judicieux : en prépa EC, elle s’est « trop éclatée ! »

Après avoir brillamment réussi ses concours, elle intègre l’ESSEC. Chaire Produits de Consommation, club voile, improvisation, théâtre, foot, éloquence, reportages pour ESSEC TV : au cours de ses trois premières années à l’ESSEC, Alix a tout expérimenté, ou presque. Et pour sa quatrième année, elle a choisi d’établir ses quartiers à Buenos Aires où elle étudie pour cinq mois, après avoir fait escale un mois au Bangladesh où  elle a suivi un stage de formation au micro-crédit. Profondément attachée à l’ESSEC qui comble à la perfection son hyperactivité insatiable, Alix se montre reconnaissante envers son école : elle a fait partie des jurés pour les oraux des admissibles, a encadré les business games auxquels participent les élèves de première année, a été élue pour représenter sa promotion. « J’adore tellement l’ESSEC que ça me paraissait normal de faire tout ça. » Et comment fait-elle pour tout gérer ? « Disons que ça pêche un peu sur ma scolarité… » Un projet professionnel ? « Pour l’instant, je ne suis pas du tout dans une approche stratégique », lance-t-elle, même si elle reconnaît être attirée par l’idée, un jour, de créer un projet de A à Z.

 

1 personne qu’elle admire :
Muhammad Yunus

2 valeurs qui lui tiennent à cœur :
La réciprocité (elle donne énormément mais attend beaucoup en retour) et l’effort personnel (« Je n’aime pas quand les gens se reposent sur leurs acquis, se laissent entretenir »)

3 expériences marquantes :
« Mon premier départ de régate dans le cadre de la Course Croisière Edhec. C’est l’un des moments les plus stressants que j’ai jamais vécus, et des plus excitants en même temps. »
– « Tout Plaidessec en soi est une expérience marquante », déclare-t-elle en évoquant l’association d’éloquence de l’ESSEC qui organise des débats oratoires entre étudiants, qu’elle a rejoint six mois seulement après sa création et dont elle a été vice-présidente. Pour finir, elle s’est lancée l’année dernière comme candidate au concours d’éloquence interne à l’école. Seule fille engagée dans la compétition, elle est allée jusqu’en finale !
« Mes deux chantiers bénévoles internationaux en Turquie et en Espagne : tu rencontres des gens qui ne viennent pas du même milieu que toi, qui n’ont pas le même âge. »

4 livres qu’elle a aimés :
La confusion des sentiments de Stephan Zweig, L’écume des jours de Boris Vian, La vie devant soi de Romain Gary, Polichinelle de Pierric Bailly. « Quatre auteurs qui jouent avec les mots. Quand j’écris mes plaidoiries, je m’inspire beaucoup de ça. »

5 traits de caractère
Enthousiaste, coriace (« Quand j’entame quelque chose, je m’y tiens jusqu’à y arriver »), avenante, très réglo,  fédératrice (« J’adore faire rencontrer des gens, créer des interactions entre eux, les rassembler autour d’un projet, et j’ai souvent porté des groupes à bout de bras – avant qu’ils ne tiennent tous seuls ! »)

 

Claire Bouleau
Twitter @ClaireBouleau