Aspirante cheffe de chœur et d’orchestre, Madeleine Bénézit est aussi en licence à Dauphine et même présidente de la Junior-Entreprise de l’Université ! Portrait d’une étudiante hyper active et ambitieuse qui ne se laisse pas mener à la baguette.

 

Étudiante engagée, Madeleine Bénézit se tourne très naturellement vers Dauphine après son Bac pour allier sa passion du management et son amour pour la musique. « Le parcours Talents était le choix parfait. Dauphine est un établissement d’excellence avec de vraies exigences académiques. Il offre une ouverture intellectuelle sans égal et permet de s’épanouir personnellement. Grâce à l’université, je peux mener de front mon diplôme en Sciences des Organisations et mon cursus de direction de chœur et d’orchestre. »

À la recherche de l’harmonie

Car entre Madeleine et la musique, l’histoire d’amour a commencé très tôt. Fille de musicienne, elle se lance dans l’apprentissage de la flûte traversière dès son plus jeune âge. Mais, c’était avant d’accompagner sa mère pour un concert donné pour les migrants de Calais, il y a 4 ans. « Le chef de chœur avait disparu et on m’a demandé de le remplacer au débotté. J’ai alors découvert une spécialité musicale peu connue : la direction. » Un coup de foudre qui l’a poussée à rejoindre le cursus direction de chœur et d’orchestre. « Ce qui m’a plu ? Ne plus être seule avec mon instrument, mais bien à la recherche d’une harmonie collective. » L’harmonie, Madeleine la recherche également entre sa vie de musicienne et sa passion pour le conseil. Dès son arrivée à l’Université Paris Dauphine, elle rejoint la Junior-Entreprise de l’établissement et en devient ensuite la présidente. Aujourd’hui, elle est à la tête d’une organisation qui génère 200 000 € de CA par an et gère plus de 60 actifs. « Tout comme la direction de chœur, le but est de travailler en harmonie pour atteindre un objectif commun. C’est une expérience managériale très complémentaire de ce que j’apprends en musique ou à Dauphine. »

Étudiante polyvalente

Avec ses trois casquettes, Madeleine Bénézit doit jongler entre sa vie d’étudiante, de présidente de J.E. et de musicienne. « Ces différents engagements me passionnent et aujourd’hui, je serais bien incapable d’en arrêter un ! »

Et pour relever tous ces défis, Madeleine sait faire preuve d’organisation… et de maturité. « Je suis une femme, j’ai 19 ans et ce n’est pas toujours facile de réussir à s’imposer face à un chœur ou un orchestre. De même, lors de mes échanges avec les clients de la J.E., je me dois d’être toujours plus professionnelle et rigoureuse. » Des qualités acquises dans ses nombreuses expériences. Et si à moins de 20 ans, la jeune fille réussit à mener de front cette triple vie, pas question de parler de sacrifice ! « J’ai toujours été guidée par la volonté d’avoir des responsabilités. »

“The best of both worlds”

Mais alors, conseil ou cheffe d’orchestre : où sera Madeleine Bénézit dans 10 ans ? Si sa passion pour la musique l’a toujours guidée, le management occupe une place importante dans sa vie. « J’ai encore le temps de choisir ma voie puisque je compte poursuivre en Master. Je sais cependant avoir été toujours très attirée par le monde du conseil et mon rêve serait de poursuivre ma carrière dans l’un des Big4. En tous cas mon expérience de musicienne me sera toujours utile et elle aura permis de m’épanouir et de développer des qualités indéniables de gestion d’équipe. »

Qui suis-je ?

Madeleine Bénézit

19 ans

Étudiante en 3e année de la licence Sciences des Organisations, de l’Université Paris-Dauphine, en Parcours Talents

En deuxième cycle de direction de chœur avec option direction d’orchestre

Présidente de Dauphine Junior Consulting

 

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec