© Fotolia

© Fotolia

Pour bien démarrer à l’international, il faut d’abord aimer ça ! Quels que soient les outils, techniques, compétences… dont dispose un étudiant, rien ne remplace l’envie. Il est nécessaire d’aimer la découverte, d’aimer rencontrer des personnes aux cultures, us et coutumes différents. Travailler à l’étranger est très éloigné d’un voyage touristique d’où l’on revient enchanté par le caractère parfois exotique des lieux et des personnes. Il s’agit d’y vivre au quotidien loin de sa famille et de ses amis. A l’ESCE, école de commerce résolument tournée vers l’international depuis près de 50 ans, nous attirons des étudiants qui ont naturellement cette appétence. Au cours des 5 années passées à l’ESCE, nous leur offrons de multiples opportunités d’expérimenter et de tester leurs envies dans des conditions favorables. Cela peut être au travers de stages à l’étranger, de séjours académiques longs chez nos partenaires universitaires internationaux (jusqu’à trente mois au total pendant la durée du cursus). C’est également grâce à un campus international au coeur de Paris où nous accueillons des étudiants de plus de 50 nationalités qu’ils côtoient au quotidien dans leurs cours ou leurs activités sociales.

 

UNE MAÎTRISE DIVERSIFIÉE DES LANGUES ÉTRANGÈRES
Travailler à l’étranger, c’est souvent s’exprimer dans la langue de l’autre. Si l’anglais est devenu le sésame indispensable de toute carrière internationale, cela n’est pas suffisant pour travailler durablement dans un pays non francophone ou anglophone. D’une part, la vie à l’étranger ne se résume pas à y travailler, mais aussi à y vivre au jour le jour, s’y faire des amis voire y fonder une famille. D’autre part, même dans le cadre professionnel, les interlocuteurs locaux apprécieront les efforts (parfois chaotiques) d’intégration linguistique des expatriés, ce qui favorisera leur insertion et leur compréhension de leur environnement professionnel et in fine leur réussite. A l’ESCE, l’apprentissage de l’anglais est un incontournable complété par une troisième langue voire une quatrième, le tout avec des volumes horaires que peu d’écoles de management peuvent se targuer d’offrir et un communication center qui propose des outils d’apprentissage en ligne à la pointe.

 

UNE FORMATION INTERNATIONALE SOLIDE
Travailler à l’international, c’est aussi disposer du bagage de connaissances nécessaires à un exercice efficace de son métier. Il n’y a plus aujourd’hui de finance ou de marketing « français ». Nous vivons dans un monde globalisé où les frontières, au moins économiques, s’estompent et les établissements d’enseignement supérieur au management intègrent naturellement cette dimension dans leurs enseignements. A l’ESCE, les enseignants qu’ils soient permanents ou non ont tous un solide bagage international, soit du fait de leur parcours professionnel, soit en raison de leur nationalité ou de leur cursus. Et ils transmettent leurs connaissances et compétences à leurs étudiants dans leurs enseignements. De surcroît, ce qui est propre à l’ESCE et qui en fait son ADN depuis sa création, c’est la place qu’occupe le commerce international proprement dit ; présent tout au long des cinq années, cette spécialisation est obligatoire pour tous les étudiants en quatrième et cinquième années. Cela donne à nos étudiants un caractère distinctif fort pour leur future carrière professionnelle.

 

PAR JÉRÔME CABY, DIRECTEUR DE L’ESCE
ET KARINE GAUTIER, DIRECTRICE DES RELATIONS INTERNATIONALES