Aventurière du dimanche, bientôt le grand saut

 

Partir au Pérou en échange universitaire, c’est un peu comme monter un lama pour la première fois : il y a une part de risque, et une part d’euphorie. Une description en demi -teinte qui se retrouve d’ailleurs dans les discours de ceux qui, nombreux, m’ont raconté leur voyage au pays du Machu Pi chu. Des discours qui oscillent entre les avertissements (comme ceux de Sophie, dont le mari s’est retrouvé le pistolet sur la tempe dans un taxi, et dont les amis ont fini dépouillés parce que, insouciants, ils n’avaient pas écouté les conseils des Péruviens) et les encouragements (« C’est un pays magnifique ! » « Les gens sont vraiment gentils » « Tu as trop de chance ! J’aimerais tellement y retourner… »).

A l’approche du départ, mes valises sont, elles aussi, coincées dans cette contradiction : environ 138 médicaments contre le paludisme, la tourista, le mal de tête, le mal de terre et le mal de mer, une bombe lacrimo, un couteau, un spray anti mosquitos. Mais aussi des chaussures de rando, un appareil photo, un carnet et des stylos ! Le kit parfait de l’aventurière du dimanche, celle qui certes, ne dort pas dans des hôtels 5 étoiles, mais prévoit quand même bien à l’avance son parcours, et n’oublie pas de se tartiner de crème solaire. Une vraie lâche, pensez-vous ? Prévoyante, rétorqué-je ! Sur place, le programme sera digne d’un Indiana Jones en RTT, qui garderait son esprit aventureux tout étant bien décidé à s’assurer un minimum de confort. Logée à Lima, dans la famille d’Ana, une architecte soixantenaire au coeur d’or, habituée à accueillir les jeunes brebis égarées dans la jungle péruvienne ( «The most wonderful host-mom I could have ever asked for ! » selon les termes de Sophia, étudiante américaine qui a vécu plusieurs semaines chez elle ), je partagerai mon emploi du temps entre les cours à la Universidad del Pacífico, mes quatre heures hebdomadaires de kick boxing, et les week-ends passés à explorer le pays. Rien de réjouissant, vous trouvez ?

 

A vous d’un juger dans le prochain épisode
qui paraitra le 13 mai dans le Journal des Grandes Ecoles et Universités !

 

À SUIVRE !!!

 

Claire Bouleau,
étudiante en Master 2 à ESCP Europe, en échange universitaire
à la Universidad del Pacífico (Pérou) de mars à août