Depuis 15 ans, EMLYON a gagné ses galons académiques. Les organismes d’accréditations internationales ont souligné en 2014 une politique scientifique disciplinaire aboutie. Dans le cadre du déploiement de la stratégie Nouveaux Territoires 2020 initiée par son directeur Bernard Belletante, la recherche prend fin 2015 un tournant avec la création de trois clusters d’excellence transversaux. Le point avec Philippe Monin, directeur de la recherche de l’institution.

 

« EMLYON a gagné sa crédibilité et une reconnaissance internationale dans toutes les disciplines des sciences de gestion. Nous entendons conserver ce niveau grâce à nos 110 enseignants-chercheurs. Toute notre croissance et nos nouvelles ressources vont être au service de nos trois nouveaux clusters. »

 

Miser sur les forces scientifiques

 

Les clusters sont conçus tels des écosystèmes. Ils ont vocation à fédérer de la recherche, des formations, des collaborations avec des entreprises, de la production intellectuelle. Trois thématiques ont été définies. Deux sont en relation avec les forces scientifiques et académiques d’EMLYON : « Travail & organisation » et « Entrepreneuriat & croissance ». Le troisième s’intéresse à une thématique émergente : « Modes de vie & consommation », et est aussi lié à l’expertise en marketing de l’établissement.

 

Philippe Monin, directeur de la recherche d'EMLYON Business School ©EMLYON

 

Trois thématiques pour porter le développement global de l’institution

 

« L’approche disciplinaire n’est plus suffisante pour aborder des problématiques complexes mettant en jeu des expertises diverses et mondiales. Nous voulons en outre lier de manière indissociable recherche et pédagogie. Ces clusters, positionnés stratégiquement, vont porter notre développement global. » Les clusters vont s’intéresser aux thématiques sous l’angle de la transformation et de la mutation.

Ainsi, le cluster « Modes de vie & consommation » est piloté depuis le campus shanghaïen de l’école, cette thématique étant extrêmement porteuse en Asie. Le thème « Entrepreneuriat & croissance » est piloté par le responsable de l’incubateur à Lyon. « Nous anticipons une portée importante en Afrique et aux États-Unis. Le cluster « Travail & organisation » aura lui une résonance particulière en France et en Europe. La problématique concerne particulièrement les économies matures. » Les clusters sont conçus tels des leviers de développement international pour EMLYON.

 

Travail & organisation

 

Le cluster a pour objet d’études, d’expérimentation et de formation les organisations et formes de travail du futur. « Cela va du salariat multiple au self employment jusqu’aux enjeux de la transformation de la relation de l’individu au travail, illustre Philippe Monin. Les DRH ne sont pas encore prêtes à gérer la porosité entre vie professionnelle et vie personnelle. » Autre sujet d’avenir : l’emploi des seniors qui va drastiquement se développer en Europe. Avec la création du cluster, EMLYON nourrit une grande ambition : être leader en France sur la question de l’emploi, « grâce à des experts de premier plan qui vont fédérer leurs travaux et approches ».

« C’est un terrain mal traité et maltraité par les écoles de business. Un peu délaissé. Nous avons la prétention d’avoir un discours très fort, basé sur des faits, loin de toute doctrine ou idéologie. Nous n’entrerons pas dans une posture, mais explorerons quelles sont les pratiques. » Le cluster va expérimenter, incuber des projets dans des entreprises partenaires. On est loin des sempiternels séminaires de RH…

Le cluster va également explorer un second axe original : analyser les prédicteurs de comportement individuel sous l’impact des émotions et de la perception de la justice dans les organisations. « Nous sommes 8 à travailler sur ce thème, c’est l’une des plus importantes équipes en Europe. »

 

 

Creativity & Learning Hub d'EMLYON

Entrepreneuriat & croissance

 

EMLYON a développé une grande légitimité et expertise dans ce domaine en tant que pionnier de la formation et de la recherche en entrepreneuriat, finance entrepreneuriale, incubation, design thinking et créativité. Le World entrepreneurship forum de l’établissement est devenu une référence.  « Nous avons de très solides acquis dont la connexion va démultiplier l’impact. Nous allons notamment envisager l’impact des ruptures technologiques (numérique, robotique, intelligence artificielle…) sur les systèmes d’affaires.»

 

Modes de vie & consommation

 

Ce cluster est la surprise du chef. La thématique a émergé d’une myriade de niches explorées par l’institution : hospitality management, luxe, sport, innovation marketing (expérience client, multicanal), b to b, consommation selon les zones géographiques, rapport aux technologies, hédonisme et rapport à soi, data management, etc…

Quatre pôles ont été définis. Consommation et usages. Digital (frontière entre vie personnelle et vie sociale, intimité…). Transformation des marchés b to b sous l’impact du numérique. Comment les institutions façonnent les marchés, impact sur la consommation des règles éthiques et de développement durable.

EMLYON a ouvert 10 postes pour ses clusters. Ils ne sont pas liés à des disciplines. « Ce sont des profils atypiques pour une faculté d’école de management que nous recherchons, confirme le directeur de la recherche. Des spécialistes du design thinking, des digital humanities, des data scientists. »

 

Devenir une école de business médiation

 

Ecole de commerce hier, de management aujourd’hui, EMLYON devient une école de business médiation. « « Je suis partisan du réarmement scientifique de notre business school. Nous devons absolument nous ouvrir dans la faculté comme dans les promotions du PGE, a des profils scientifiques pour accéder aux domaines du codage, de la logique, des probabilités, de l’algorithmique. »

Le rêve de Philippe Monin ? Intégrer 50 élèves issus de maths spé par an dans ses promos.

A. D-F