Un deux en un, c’est toujours tentant. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’obtenir deux diplômes d’un seul coup. Que ce soit au sein du même établissement ou dans une autre école ou université, peut-être à l’étranger : si ça vous intéresse, n’hésitez pas ! Vous avez tout à y gagner. Voici quelques bonnes raisons pour vous motiver à sauter le pas.

 

Deux formations valent mieux qu’une

Autrefois rares, les doubles diplômes se multiplient aujourd’hui. Les universités mixent les filières et les écoles nouent des partenariats. Les offres de double diplomation sont toujours plus nombreuses et variées, et c’est tant mieux. Malgré les idées reçues, les frais ne sont pas forcément plus élevés, les démarches d’inscription peu compliquées et les emplois du temps aménagés. Profitez de ces cursus singuliers. Vous pourrez ainsi jouir du prestige de deux écoles à la fois ou mettre en avant l’unicité d’une double licence. Faites partie d’une espèce en voie d’apparition !

Une double chance d’être embauché

Un double diplôme c’est l’opportunité de compléter sa formation avec une seconde. Ce qui veut dire plus de compétences, une capacité d’adaptation à toute épreuve et la recherche de l’excellence. Un profil hybride parfait pour des postes de plus en plus complets, plébiscités par les entreprises. C’est un peu la clé qui vous ouvrira des portes verrouillées à double tour, LE critère qui fera la différence lors d’un entretien d’embauche. « C’est une plus-value inestimable qui répond aux besoins des entreprises ainsi qu’aux enjeux de l’innovation. Ce qui augmente en conséquence l’employabilité du double diplômé », confirme Olivier Guyottot, directeur de la formation initiale de TBS, où chaque année 30 % des étudiants obtiennent un double diplôme. Un emploi en un claquement de doigt (ou presque).

« La révolution numérique, les progrès de la robotique et l’intelligence artificielle ont installé durablement une économie de l’immatériel et de l’innovation, où l’hybridation des compétences devient une clé pour générer des solutions pertinentes», Christian Defélix, directeur de Grenoble IAE, Université Grenoble Alpes

Deux fois plus de possibilités de carrières

Faire un parcours bi-diplômant c’est aussi la formule au choix : vous pouvez piocher les ingrédients qui vous intéressent selon votre projet professionnel. Spécialisez-vous dans un domaine, devenez l’expert d’un autre ou soyez multifonction pour pouvoir postuler à plusieurs postes. C’est encore mieux si vous avez déjà une idée en tête. Olivier Guyottot met en garde : « Ça ne sert à rien de faire un double diplôme pour la reconnaissance uniquement, ça doit avoir une utilité derrière ». Pour Mathieu Denis-Delabrière, étudiant en PGE à TBS mais aussi en licence Médiation et gestion d’évènements culturels à l’Université catholique de Toulouse, c’était tout réfléchi. « Ce double diplôme c’est le moyen de devenir qui j’ai envie d’être : je vais pouvoir appliquer le management que j’apprends à TBS au monde de la culture vu en licence pour devenir organisateur d’évènements culturels. »

Des soft skills qui comptent double

« Même si le rythme est soutenu, ce double cursus m’évite le blues post-prépa et m’apprend à être mieux organisé », ajoute-t-il. Suivre deux formations à la fois, c’est devenir une sorte de caméléon qui sait s’adapter à chaque situation. « Les étudiants apprennent à être totalement autonomes, plus efficaces mais aussi plus ouverts d’esprit et finissent par être plus matures », explique Thierry Lafay, responsable pédagogique pour la partie gestion de la double licence cinéma et gestion à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. « Ils ont une meilleure compréhension de la chaîne de travail et de tous les acteurs avec qui ils sont susceptibles de travailler. C’est important d’avoir des connaissances minimales dans les expertises annexes à sa profession », complète son homologue, N.T. Binh, responsable pédagogique côté cinéma. C’est encore plus intéressant quand on sait que la double compétence a la cote ces derniers temps. Face aux nouveaux enjeux économiques et technologiques, conjuguer technique et qualités humaines, savoir-faire et savoir-être, est très valorisé. La figure de proue est celle de l’ingénieur-manager, fortement appréciée sur le marché du travail. Les compétences transversales, c’est donc le graal.

Alors être étudiant en double diplôme, pourquoi pas vous ?