Cette année, l’ESSEC Business School coordonne de nouveau l’édition francophone de la Global Social Venture Competition, le concours international de start-ups étudiantes mené par la UC Berkeley depuis 1999. Ces start-ups partagent toutes la caractéristique d’avoir un fort impact social et environnemental, mesuré à partir de leurs Business Plans et d’indicateurs développés par UC Berkeley et l’ESSEC. L’Institut pour l’Innovation et l’Entrepreneuriat Social de l’ESSEC développe depuis plusieurs années des initiatives pour faire connaitre l’Economie Sociale et Solidaire(ESS) au grand public mais aussi aux dirigeants de demain qui étudient dans les Grandes Ecoles. L’idée de l’entrepreneuriat social est simple : les solutions pour le développement économique doivent être encouragées au travers d’initiatives entrepreneuriales vertueuses économiquement et socialement.

Les candidats GSVC lors de la finale francophone 2012

 

Concrètement la Global Social Venture Competition permet aujourd’hui aux start-ups de gagner jusqu’à 20 000 $, mais surtout d’être coachées par des professionnels du secteur, de bénéficier d’un accompagnement accéléré, de faire rayonner son projet à l’échelle internationale et de se présenter à de très nombreux investisseurs potentiels. Parmi 139 projets issus de toute la zone francophone de la compétition, 20 projets ont d’abord été sélectionnés en janvier par un jury d’experts et d’étudiants, pour pouvoir s’affronter en finale au printemps. Le 21 mars prochain, seulement 2 seront choisis par des jurés spécialistes de l’ESS, après l’épreuve du pitch au cours de laquelle chaque équipe étudiante devra présenter clairement en 10 minutes les tenants et aboutissants de son projet et convaincre. Ces 2 projets iront à Berkeley le 13 avril pour la finale mondiale. Pour aider ces jeunes entrepreneurs à aller jusqu’au bout de la compétition, une équipe de 4 étudiants de l’ESSEC est dédiée à leur accompagnement (avec l’appui des mentors) et à la mise en place des différentes formations et étapes de sélection.

Le 21 mars prochain à Paris, se défendront ainsi les projets Artieco (Maroc), Energy for all (Burkina Faso), Faso Soap (Burkina Faso), My Green Electricity (France-Kenya), Moringasy (France-Madagascar), Nafa Naana (France), Pacha Mamas (France), Sen Fed sen Aada (Sénégal), Triple E (Liban), Te Roogo (Burkina Faso). Ils présenteront les enjeux et les besoins sociaux auxquels ils ont choisis de répondre, allant de l’insertion économique des femmes immigrés, jusqu’aux systèmes de recyclage des mégots de cigarettes ou des eaux usées, en passant par la production d’électricité ou encore de solutions alimentaires en Afrique, etc.

Chaque année les projets qui émergent à la GSVC sont plus nombreux et soulignent la pertinence de l’entrepreneuriat social en France, et dans tous les pays en développement dont la participation est de plus en plus riche. A titre d’exemple, l’école 2IE du Burkina Faso, dont trois projets finalistes sont issus, est un partenaire académique solide et dynamique qui canalise et soutient de nombreux projets de développement locaux initiés par des locaux.

 

Finale francophone de la GSVC
Jeudi 21 mars – 9:00 – 18:30
Dans les locaux de la MACIF – Place
Etienne Pernet – Paris – Métro Convention
ENTREE LIBRE !

 

Contact :

gsvc@essec.fr
01 34 43 28 14
Page facebook: Gsvc Francophone
Twitter: GSVC_ESSEC