Le lundi 23 janvier, l’Union européenne décide d’imposer un embargo pétrolier au régime iranien pour assécher progressivement ses finances et ainsi empêcher le développement de son programme nucléaire. Ces tensions ne sont pas nouvelles et inquiètent la communauté internationale, notamment à cause de l’extrême opacité du régime de Mahmoud Ahmadinejad.

 

Le prince Impérial d’Iran, Reza Pahlavi, et Jean-Pierre Elkabbach

Le prince Impérial d’Iran, Reza Pahlavi, et Jean-Pierre Elkabbach

 

Reza Pahlavi, que Jean-Pierre Elkabbach a qualifié de figure de la résistance à l’ayatollah d’Iran et symbole d’un Iran libre et démocratique, a partagé avec les étudiants de l’ESCP Europe sa vision et ses projets pour renverser le régime actuel. Il dénonce une dictature en place depuis la victoire de Khomeiny, les élections frauduleuses d’Ahmadinejad, la répression sanglante exercée sur le peuple iranien mais également le manque de réaction de la communauté internationale. Ce moment est peut-être ar rivé avec la décision de l’Union européenne qui, cette fois-ci, est une véritable matérialisation des menaces proférées. Reza Pahlavi considère que l’arme nucléaire est l’unique garantie de survie de l’Iran bien qu’il ait signé le traité de non-prolifération. Le fils du shah d’Iran se refuse à une quelconque intervention armée qui se transformerait inévitablement en guerre. Les Iraniens doivent être soutenus pour cela par le monde libre, d’autant que le problème de l’ingérence ne se pose pas car le peuple réclame cette aide.

Reza Pahlavi décrit un processus en plusieurs étapes pour instaurer un régime démocratique. La première étape consisterait à provoquer et soutenir une désobéissance civile du peuple iranien, qu’impor te la question du régime futur : républicain ou monarchiste. L’enjeu est de fonder un régime antithétique à un régime religieux. L’étape suivante serait de nature transitoire. Elle vise à créer un gouvernement pluraliste temporaire pour voter une nouvelle constitution basée sur les Droits de l’Homme. Enfin, le processus se ter minerait avec l’organisation d’un référendum pour déterminer la nature du gouvernement. Facilement énonçable, ce processus est pourtant particulièrement complexe à mettre en place.

Reza Pahlavi réclame alors un triple soutien de la communauté internationale : de principe, stratégique et financier. Ce dernier semble aujourd’hui en bonne voie, même si le soutien de l’Occident devra être ferme et pérennisé dans le temps. Néanmoins, pour que cette action soit couronnée de succès le fils du shah d’Iran réclame en parallèle un soutien direct au peuple iranien qui subit actuellement une situation économique et sociale chaotique. La volonté du prince impérial n’est pas réformiste, car les tentatives de réformes ont toutes été des échecs, mais réside dans un changement qui se veut radical.

La résolution de ce conflit ouvert réside ainsi dans l’association de l’action de la communauté inter nationale et le peuple iranien lui-même afin de restaurer un régime démocratique basé sur le respect des Droits de l’Homme et en abandonnant le développement de l’arme nucléaire.

 

Adrien Rivierre

 

Contact :
Association Tribunes ESCP
79, avenue de la République
75011 PARIS
tribunes.escpeurope@gmail.com