Patrick Pouyanné (X 83) est Président-directeur général de Total, groupe mondial et global de l’énergie. Total est l’une des premières compagnies pétrolières et gazières internationales, et un acteur majeur des énergies bas carbone.

 

En tant que PDG, quels sont vos leviers pour fédérer vos équipes ?

Faire travailler ensemble 100 000 personnes est un défi. En devenant PDG, j’ai voulu m’atteler à créer une adhésion à Total de nature à transcender les particularités. Nous avons lancé un projet d’entreprise, One Total, qui valorise ce que nous avons en commun. Une réflexion à l’échelle du Groupe a ainsi abouti à la détermination de 5 valeurs constituant notre ADN : la Sécurité, l’Esprit Pionnier, le Respect de l’Autre, la Force de la Solidarité, le Goût de la Performance. Ces valeurs forment notre socle commun, que vous soyez foreur au Nigeria, raffineur en Belgique ou comptable au Qatar.

Total s’est historiquement développé dans les énergies fossiles. Depuis quelques années, il s’engage dans d’autres formes d’énergies. Pourquoi ?

Total a près de cent ans, signe que le Groupe s’est toujours adapté, et a toujours su se réinventer. La clé, c’est de ne pas oublier les fondamentaux : notre cœur de métier, historiquement et aujourd’hui encore, c’est le pétrole et le gaz. C’est ce qui assure notre chiffre d’affaires et notre rentabilité. Ces énergies ont été, et demeurent, synonymes de développement économique de la planète. Mais nous avons le devoir d’anticiper, de chercher les bons relais de croissance dans un paysage de l’énergie qui bouge. C’est pourquoi nous nous positionnons sur l’aval du gaz, sur les renouvelables, sur la chaîne de l’électricité, y compris le stockage de l’énergie, et nous exerçons une veille constante sur les innovations technologiques et les attentes de nos clients. Total propose une offre diversifiée d’énergies, parce qu’elles sont complémentaires. C’est la condition de ce que j’appelle une « croissance durable ».

Vous promouvez une vision d’ « Entreprise Citoyenne », pouvez-vous nous en dire plus ?

Je crois pour ma part qu’une entreprise est citoyenne, en ce sens qu’elle contribue à l’intérêt collectif, pour Total en apportant de l’énergie au plus grand nombre, au meilleur coût et la plus « propre » possible. Une entreprise, c’est d’abord une aventure humaine qui fait des profits pour pouvoir se développer durablement et remplir son ambition au bénéfice de toutes ses parties prenantes, ses salariés, ses clients, ses actionnaires, les territoires et les communautés où elle se développe. C’est pourquoi nous nous impliquons dans le domaine de l’éducation et de la formation des jeunes, où nous avons un rôle à jouer complémentaire de celui des institutions. Et en matière de lutte pour limiter le changement climatique, les solutions passent aussi par l’implication volontaire des entreprises, particulièrement celles de l’énergie. Tout ne procède pas des Etats. Les entreprises doivent assumer leur rôle citoyen.

Quelle place offrez-vous à de jeunes Polytechniciens au moment où l’entreprise vit ces évolutions stratégiques ?

Pour se développer, Total a besoin de talents, dans tous ses métiers. Chaque plateforme que nous mettons en production, chaque unité de pétrochimie que nous construisons, chaque projet de ferme solaire est un concentré des solutions technologiques les plus abouties. La qualité des Polytechniciens, comme leur nom l’indique, c’est la polyvalence, et je crois qu’aucun Groupe industriel n’offre une telle variété de métiers ni des perspectives aussi vastes que Total. Pour un jeune Polytechnicien, se frotter à la complexité du monde de l’énergie est un défi passionnant.

Vous parrainez la promotion 2017 de l’X. En quoi est-ce important pour vous de garder le contact avec les étudiants de l’école ?

Total est un Groupe qui se projette dans le futur, qui se renouvelle, qui veut être à l’avant-garde des mutations du monde de l’énergie. L’avenir que nous préparons est largement entre les mains des générations futures, dont certains ingénieurs qui terminent aujourd’hui leur scolarité à Polytechnique. Et parrainer une promotion de l’Ecole qui m’a formée, c’est quelque part aussi transmettre mon expérience aux jeunes générations qui prendront notre suite.

Les 35 ans de la promotion 83 : Quel souvenir marquant conservez-vous de vos années à l’X ?

Je garde le souvenir d’années d’épanouissement personnel au travers de multiples activités : organisation du Point Gamma, cours de pilotage aérien, binet Bridge. J’avais déjà le virus du voyage : le soir du 14 juillet 1985, après le défilé sur les Champs Elysées, je partais 45 jours faire le tour de la Chine en train avec 4 camarades de l’Ecole !

Que signifie pour vous être Polytechnicien en 2018 ? Les enseignements de haut niveau permettent de se confronter à de nombreuses disciplines techniques et économiques. Mais on n’attend pas d’un polytechnicien qu’il sache tout, mais qu’il sache aussi dire qu’il ne sait pas et qu’alors il sache écouter l’explication pour qu’il ne soit pas nécessaire de la lui répéter.

 

Chiffres clés : 98 000 collaborateurs / 130 pays / 10,6 milliards de dollars de résultat net / 2,57 millions de barils équivalent pétrole produits par jour

Contact : patrick.pouyanne@total.com