Nos doctorants ont du talent !! C’est donc tout naturellement que le Journal des Grandes Ecoles et Universités a décidé de les mettre à l’honneur. Aujourd’hui, Pauline Oustric, en dernière année à AgroParisTech, vous fait découvrir son parcours et ses travaux de recherche.

 

Quelques mots sur mon parcours

Actuellement en dernière année à l’école d’ingénieur AgroParisTech, je suis spécialisée en nutrition humaine. Passionnée par le lien entre alimentation et santé, j’ai établi mon parcours autour de l’étude du comportement alimentaire. Après du conseil en santé et deux stages de recherche en comportement alimentaire, j’ai décidé d’effectuer ma thèse sur le comportement alimentaire et l’obésité dans le laboratoire de psychobiologie de l’université de Leeds.

 

Un contexte alarmant

La montée drastique de l’obésité en fait désormais la cinquième cause de mortalité. Il s’avère que les régimes sont efficaces pour la perte de poids à court terme mais pas pour le maintien du poids. Seulement 20 % des individus obèses impliqués dans un régime parviennent à maintenir la perte de poids sur le long terme. Le problème est donc le suivant : on sait maigrir mais on ne sait pas maintenir son poids. Or les modèles mathématiques incriminent fortement les changements de comportement alimentaire dans la reprise du poids. Pour mieux comprendre la résistance au maintien du poids, il semble alors nécessaire de faire le lien entre les adaptations physiologiques dues au déficit énergétique et les compensations au niveau du comportement alimentaire.

Mon challenge

L’objectif de ma thèse est de comprendre les mécanismes impliqués dans les changements de comportement alimentaire et donc dans le maintien du poids. Il s’agit d’analyser les processus physiologiques et psychologiques induits par la perte de poids qui pourraient entraîner la reprise de poids. Ainsi le but est de déterminer comment des adaptations engendrées par le régime pourraient affecter le comportement alimentaire et donc le maintien du poids.

 

Pour relever le défi

Pour ce faire nous mettrons en place une étude clinique faisant intervenir des individus obèses et normaux pondéraux. Nous les soumettrons à une intervention alimentaire pour manipuler deux facteurs de la perte de poids : le taux et la sévérité. L’hypothèse est qu’un taux plus fort et une diminution importante de la masse maigre/masse grasse (sévérité) induiraient plus de compensations comme les changements de comportement.

 

 

Ainsi ce projet permettra d’étudier les effets de la perte de poids sur la composition corporelle, le métabolisme, la dépense énergétique, les hormones ou encore le microbiote. Puis d’analyser l’influence de ces adaptations physiologiques sur le comportement alimentaire qui peut s’exprimer par la désinhibition, les préférences alimentaires ou encore le désir alimentaire. Nous créerons des modèles statistiques basés sur des populations plus vastes via des bases de données de mon laboratoire utilisant des variables physiologiques et psychologiques similaires. Enfin nous mettrons en place des enquêtes recrutant des individus ayant réussi à maintenir leur poids pour modéliser l’influence du taux et de la sévérité du régime sur le maintien du poids.

 

Un projet innovant

L’originalité du projet est d’associer l’étude des processus psychologiques et physiologiques pour comprendre le comportement alimentaire dans le maintien du poids. La finalité étant de développer des stratégies de maintien du poids, tenant compte de la variabilité individuelle et basées sur ces prédicteurs biopsychologiques.

 

Appel à collaboration

Pour finaliser mon projet, il me reste à trouver des financements. Je recherche donc des partenaires qui seraient intéressés par une collaboration pour mettre en œuvre ce projet.

N’hésitez pas à me contacter : pauline.oustric@agroparistech.fr

Ma thèse en vidéo et en moins de 3 min : http://francospheres.com/candidature/obesite-comportement-alimentaire-et-maintien-du-poids/