Vous pensez que le dossier pour entrer dans l’école ou l’entreprise de vos rêves est complet ? N’oubliez pas la lettre de recommandation, LA cerise sur le gâteau qui fera toute la différence. Samya Esteves, enseignante et auteure de « Mon premier CV » (éditions Eyrolles) vous donne ses astuces pour obtenir ce sésame.

 

Step 1 : je la demande à qui ?

Si vous êtes étudiant, mieux vaut la demander au professeur d’une matière dans laquelle vous êtes particulièrement à l’aise, investi et présent. Si vous êtes encore lycéen, vous pouvez aussi vous tourner vers le proviseur, le CPE ou toute autre personne extérieure à l’équipe pédagogique pouvant apporter un éclairage différent sur votre parcours et votre personnalité.

Step 2 : je la demande quand ?

Si vous êtes étudiant ou lycéen, à la fin de l’année ou du semestre afin de pouvoir l’ajouter à votre candidature. Si votre dossier est un peu « juste », n’hésitez pas à la demander lors de passages charnières (entre la licence et le master par exemple), afin de mettre en valeur certains éléments de votre parcours. La lettre de recommandation est aussi faite pour mettre en avant vos marges de progression et votre capacité à les réaliser.

Si vous êtes dans un cadre professionnel (stage alternance, professionnalisation), vous devez en principe faire un bilan avec votre tuteur quelques jours avant la fin de votre contrat. C’est le moment de faire votre demande. Mon conseil pour ne pas mettre mal à l’aise un collaborateur qui souhaiterait réfléchir avant d’accepter de vous rédiger une lettre : indiquez lui que vous lui enverrez une demande par mail après votre entretien. Vous pouvez aussi formuler votre demande a posteriori mais pas plus de 6 mois après votre passage dans l’entreprise.

Step 3 : on y écrit quoi ?

Une lettre de recommandation n’est pas une copie de votre bulletin de notes. Si elle permet de mettre en avant vos savoir-faire, elle est surtout l’occasion de valoriser votre savoir-être, vos qualités, votre assiduité, votre intérêt ou votre curiosité pour une matière.

Dans le cadre d’une lettre de recommandation professionnelle, si les tuteurs de stage ont l’habitude d’en rédiger, ils apprécient que vous leur remettiez une liste retraçant les activités et les tâches que vous avez réalisées au sein de l’entreprise.

Enfin, n’oubliez pas que vos références sont vos meilleures ambassadrices. N’hésitez pas à demander à l’auteur de la lettre de recommandation d’indiquer ses coordonnées, un vrai gage de confiance pour l’école ou l’entreprise à laquelle vous la ferez lire.

Les 3 règles d’or de la lettre de reco

Ne jamais mentir. A trop vouloir bien faire, un tuteur peut parfois vous mettre en difficultés avec une lettre qui ne correspond pas tout à fait à ce que vous avez réalisé. Pour constituer un vrai plus pour votre candidature, elle doit rester fidèle à la réalité.
Ne pas la transformer en copier / coller de votre bulletin. Son mot d’ordre : complémentarité.
Oser la demander. Au pire, on vous dira non !