De janvier à juillet, The K-Brass Band, une fanfare solidaire, voyage à travers le monde et réalise des ateliers musicaux auprès d’enfants défavorisés. Premier arrêt aux Philippines.

 

Un projet qui vient de loin

Nés il y a désormais sept ans, les projets Fanfare Sans Frontières partent tous de la même idée : transmettre les valeurs que porte la musique telles que l’estime de soi et d’initiative. Pour notre première escale, nous avons été au village Ark of Noah, de l’ONG Gawad Kalinga, aux Philippines. Après une journée d’avion et surtout un an et demi de préparation musicale et pédagogique, c’était bel et bien parti.

 

Ark Of Noah

Ce village est à l’image du pays entier : en construction. Expulsés de leur squat d’alors il y a dix ans, les habitants se sont regroupés pour tenter de créer quelque chose ensemble. Avec l’ONG Gawad Kalinga, ils ont soudé leur communauté et commencé à s’aider pour construire le village, maison par maison. Aujourd’hui encore, il en manque, des familles vivant toujours dans des bidonvilles. Une école est cependant déjà construite et un dispensaire est aussi prévu.
Dans ce cadre, nos ateliers s’adressaient aux 5-13 ans. Chaque jour, deux heures après les cours, deux mois durant, les enfants ont pu ainsi s’essayer au chant, aux rythmes et à la danse, voire à l’improvisation. Au terme, nous avons produit un spectacle de près de 1h30 retraçant l’histoire du village, du « chaos » des bidonvilles originaux au village actuel, en passant par les inévitables moments de doutes, à attendre parfois plusieurs années qu’une seule maison soit construite, par manque de financements.

 

Le projet continue

Aujourd’hui, environ dix jours se sont écoulés depuis notre départ des Philippines. Nous continuons, toujours à treize, nos ateliers à Madagascar avec l’ONG Enfants d’Ankasina. Mais l’aventure ne finira pour autant pas là pour Ark of Noah, puisque les adolescents du village ainsi que des étudiants d’universités de musique du coin se sont motivés pour faire perdurer ce projet et l’étendre aux autres villages de Gawad Kalinga.

 

En attendant et si cette aventure t’intéresse, tu peux toujours venir nous rejoindre sur notre page facebook, nous lire sur tumblr et nous voir sur instagram et youtube. Entre l’apostrophe d’un taxi-brousse et un atelier, nous aurons peut-être même le temps de te répondre. Mais surtout, porte toi bien !

 

©Maxime Reiz