Construire et enrichir son avenir. L’ouverture sociale à HEC Paris ça fonctionne dans les deux sens comme en témoignent Marie-Flore Kima et Nora Jabbari lycéennes au sein du programme PACE HEC et Albane Toussaint étudiante-tutrice au sein de PREP’HEC. Depuis 2007 et la création du programme Egalite des Chances, la mission égalité des chances d’HEC Paris et 150 étudiants-tuteurs ont accompagné 2 500 lycéens et préparationnaires. Objectif élever ses ambitions et en faire une réalité.

 

« J’avais besoin de conseils d’étudiants qui ont trouvé leur voie »

Marie-Flore Kima, lycéenne tutorée à HEC Paris

Marie-Flore Kima, lycéenne tutorée à HEC Paris

Marie-Flore Kima, en 1re STMG au lycée Dumont d’Urville à Maurepas

« Avant d’intégrer PACE, HEC Paris était pour moi une grande école qui recrute uniquement les étudiants de niveau d’intelligence très élevé et de famille très aisée, une école réservée à une certaine catégorie d’étudiants.

Je me suis inscrite au programme PACE par curiosité, et par motivation pour :

Me faire de nouvelles connaissances : je me suis fait des amis grâce à HEC, j’ai rencontré de très bons tuteurs et de sympathiques camarades de groupe

Gagner en confiance en moi : j’ai toujours eu du mal à m’exprimer. PACE était une opportunité d’apprendre à donner mon avis, à débattre et à m’exprimer

Une distraction : je n’ai pas d’activité en dehors des cours. Le programme PACE me permet de changer d’air et de m’évader

L’orientation : j’avais besoin de conseils et de témoignages d’étudiants qui ont trouvé leur voie. C’est beaucoup plus facile de discuter avec des étudiants qu’avec des conseillers d’orientation.

Ce qui me plaît le plus dans notre relation avec les tuteurs, c’est l’assurance qu’on ressent quand on est avec eux. Ils nous font avoir confiance en eux et nous pouvons parler avec sérénité. Grâce aux témoignages de nos tuteurs, aux ateliers, à des visites d’autres écoles, j’ai pu me faire une idée des études que je voudrais faire : en technologie dans une grande école comme HEC. J’ai pour objectif d’atteindre le master avec un très bon niveau.  »

Le détail des programmes et de l’ambition d’HEC Paris, c’est à lire ici

« Aujourd’hui je peux définir un véritable projet d’études »

Nora Jabbari lycéenne tutorée à HEC Paris

Nora Jabbari lycéenne tutorée à HEC Paris

Nora Jabbari, en 1ère S au lycée Pauline Roland à Chevilly Larue

« Avant d’intégrer le programme, je voyais une grande école telle que HEC comme inaccessible. Je ne pensais pas avoir, un jour, l’opportunité de découvrir cette école. C’est vraiment une chance de pouvoir participer à ce programme.

Mes motivations ont été de découvrir de nouvelles choses, d’acquérir de nouvelles connaissances, d’apprendre à m’exprimer devant des personnes, d’approfondir ma culture générale et de découvrir l’éloquence. J’ai pu apprendre à débattre et travailler mon argumentation ; développer ma culture générale, ce qui enrichit mes conversations avec mes proches. Tout cela a été le plus utile dans mon quotidien.

Avec mes tuteurs, je n’ai pas l’impression de parler avec un enseignant, mais avec une personne avec qui je peux échanger de tout et de rien. Il y a vraiment une relation plus familière avec mes tuteurs, c’est agréable.

Je souhaite un avenir dans la médecine car j’ai toujours voulu un métier scientifique et c’est ce qui me correspond le mieux. Aujourd’hui je peux définir un véritable projet d’études. »

 

« Je ne m’attendais pas à retirer autant de ce programme de tutorat »

Albane Toussaint étudiante-tutrice HEC Paris

Albane Toussaint étudiante-tutrice HEC Paris

3 questions à Albane Toussaint, tutrice au sein du programme de tutorat PREP’HEC/Fleur de bitume avec le Lycée Michelet.

Vos motivations pour devenir tutrice ?

La classe préparatoire est une expérience très particulière, et il est important de donner à tous les outils pour réussir. J’ai souhaité aider les étudiants qui avaient fait le choix de cette voie et leur permettre de vivre cette aventure pleinement. C’est pourquoi je me suis engagée avec l’association Fleur de Bitume au sein de mon école HEC Paris. Pour l’avoir vécue, je sais que la prépa comporte son lot d’obstacles, de découragements, et je sais aussi que la motivation est une part importante de la réussite aux concours. L’aide que je peux apporter n’est pas seulement dans une matière ou pour un exercice spécifique. Le soutien moral est un élément clé du programme : les tuteurs sont là comme « coachs ».

Un apport personnel de ce tutorat que vous n’aviez pas anticipé ?

Je ne m’attendais pas à retirer autant de ce programme de tutorat. J’espère leur avoir apporté autant que ce qu’ils m’ont apporté. Ce fut d’abord une très belle rencontre avec les tutorés. L’étudiant que je suivais m’a ainsi dit à la fin du semestre que sans cela, il aurait certainement abandonné. C’est une satisfaction et aussi une fierté que de réussir à les remotiver et de voir les efforts de ces étudiants payer. Nous avons noué une relation de confiance. Le tuteur est à la fois un professeur, un conseiller, un coach et une personne avec laquelle ils peuvent parler de leur expérience de la prépa, puisque nous connaissons tous les difficultés par lesquelles ils sont en train de passer.

Votre regard sur cette expérience ?

Outre la pédagogie, elle m’a surtout appris à écouter. Je commençais chacune des séances en faisant un point avec l’étudiant sur la semaine passée, sur les difficultés qu’il avait rencontrées et sur ce qu’il avait mis en place pour les surmonter.

J’ai constaté qu’il y avait de nombreux obstacles à l’égalité des chances dans l’éducation, notamment avec la persistance de freins psychologiques. Il faut encourager les étudiants à oser, à développer leurs ambitions et surtout à croire en leurs rêves. Je me suis aussi rendue compte que beaucoup d’étudiants ignoraient l’existence de programmes pour permettre l’égalité des chances dans l’éducation.

« La beauté d’HEC est que tout y est possible et au plus haut niveau »