Après un bac ES passé à Evry, Antoine, assez indécis quant à son choix d’étude, s’est orienté vers un DUT Technique de Commercialisation avant de prolonger ses études en Grande Ecole de Management à l’ISC Paris.

Antoine

Antoine

Pourquoi avoir débuté par une formation courte ?
Ce Bac +2 me permettait de découvrir un cursus généraliste à l’université avec néanmoins un suivi plus encadré et plus régulier que la fac classique. Je savais que je pourrai acquérir une base solide pour envisager de travailler après mes deux ans ou poursuivre mes études vers un master. J’ai eu l’occasion de voir un large éventail de matière (économie, maths, droit, marketing…) et certaines plus axées sur la gestion. L’encadrement reste présent, les professeurs sont disponibles et nous avons beaucoup de travaux dirigés en petit groupe. Ce DUT Technique de Commercialisation m’a permis de développer mon esprit pratique et surtout de réaliser deux stages en entreprise. Après mes deux années d’IUT et ces deux expériences professionnelles, poursuive mes études vers le master. Je me suis alors tourné naturellement vers les grandes écoles de commerce afin de continuer vers un cursus d’études bien plus opérationnelles qu’à l’université.

 

Pourquoi avoir poursuivi vos études à l’ISC Paris ?
A 19 ans, je ne me voyais pas déjà entrer dans le monde du travail et je souhaitais poursuivre mon apprentissage de connaissances ! En découvrant les métiers de l’entreprise aux travers de mes stages chez Danone et GD France, j’ai vite compris qu’un Bac +5 est un minimum pour les métiers auxquels j’aspire. De plus, j’ai découvert le domaine du marketing stratégique et j’ai très envie d’approfondir mes connaissances de base, tout en alternant les études avec des stages et des départs à l’étranger. En grande école de commerce, on débute par une année, encore généraliste, afin d’approfondir les fondamentaux du commerce, de la gestion et du marketing puis on choisit une spécialisation en master.
L’ISC Paris était la seule école offrant une large gamme de spécialisations, presqu’une vingtaine au total. De plus, la pédagogie de cette école met l’accent sur l’action. Dès la première année, j’ai pris des initiatives en m’engageant dans une entreprise étudiante, « Cosmo », qui accueille et encadre les étudiants étrangers arrivant à l’école. Les entreprises étudiantes de l’ISC Paris, regroupant toutes les associations, fonctionnent comme de réelles petites unités indépendantes qui nous permettent d’appliquer directement ce que nous apprenons en théorie : organisation d’évènements, analyse de contrat, réalisation de business plan, négociation…
Aujourd’hui, je suis président du Bureau des Elèves de l’ISC Paris et je gère une équipe de plus de 10 personnes. Le management, la gestion de budget, l’organisation, le sponsoring, la communication sont mes tâches quotidiennes et je sais que cette expérience incroyable offerte par mon école me permettra de m’adapter à la flexibilité dont les entreprises ont besoin. Je vais également partir étudier à l’étranger en dernière année, l’ISC Paris favorisant un départ chez l’un de ses 175 partenaires universitaires à travers le monde. J’aimerai faire un MBA avec les Etats-Unis car l’école, sans frais supplémentaire, nous le permet.
Pour finir, je voulais entrer en école de commerce car appartenir à un solide réseau d’anciens, une fois mes études achevées, est toujours une bonne chose pour notre carrière et développer les contacts pour plus de business !